Mon école et mon univers

6 minutes de lecture

Un lien pour écouter : https://youtu.be/jSfZj89WqCw

Je vous mets une petite musique que le père de Ry m’a appris à jouer au piano. J’espère que vous aimerez. Je la termine par un petit passage que Cole aime beaucoup, car c’est For Ever. Je ne sais pas si vous avez reconnu, car mon niveau n’est pas très bon.

Pour situer un peu ma vie, j'ai toujours habité dans le quartier de Pacific Palisades. C'est là que Cole, Ryder, Macaulay habitent aussi. Je me rends compte que je n'ai pas encore parlé de Macaulay. C'est un très bon copain et je vous en dirai plus après.

Mon quartier est à 10 miles de Beverly Hills (The Hill's, comme on dit chez nous). Je vais souvent là-bas avec Cole et des amis pour aller chez Ben & Jerry's qui est sur Ventura Boulevard. J'adore la glace (Aïe ! mes dents). On fait souvent un triangle entre la maison, le B&J's et The Hill's. C'est un quartier que j'aime beaucoup et les magasins sont superbes. Je vous souhaite à tous d'y aller un jour, car c'est magnifique ! Peut-être, que nous nous rencontrerons là-bas, mais en ce moment avec le covid cela me manque beaucoup.

Ici, c'est un quartier important, car Los Angeles est vraiment très grand. Dans mon quartier, il y a environ 28 000 personnes. Je sais qu'en France vous pourriez l'appeler une ville. J'avoue que nous vivons dans un cadre très privilégié, mais j'apprécie ma chance et ne la prends pas comme un dû.

Pour venir à la maison, il faut passer un poste de contrôle pour éviter que les gens qui ne vivent pas ici viennent perturber les habitants. Quand on te connait, tu passes sans devoir t'arrêter. C'est nécessaire, car beaucoup de personnes célèbres vivent ici.

Mon école s'appelle le lycée Français et il est à côté de ma maison, non loin du Museum of Jurassic Technology. Je pense que nous sommes environ 950 élèves, mais c'est difficile à dire, car c'est grand et tout le monde n'est pas toujours là. Avec Cole, nous avons toujours fréquenté cette école. Enfin, je ne me souviens plus pour les petites classes. On oublie aussi ! Mon papa me disait toujours que la plus belle des facultés de l'homme c'est de pouvoir oublier.

Avec le covid, on fait maintenant souvent l'école de la maison avec le MacBook. Le contact de mes professeurs me manque beaucoup. Je suis un garçon un peu spécial (vous en connaissez les raisons), mais les professeurs ont toujours été gentils et compréhensifs.

Je dois souvent quitter l'école pour les séances de mannequinat, mais au lycée ils comprennent et il y a beaucoup d'enfants de gens connus aussi qui partent régulièrement.

Avant, Ryder accompagnait souvent son père dans ses tournées. Enfin, ce n'est pas son vrai père, mais il le considère ainsi et lui aussi. Il a aussi un petit frère, Bing, et une nouvelle petite sœur. Un jour, je ferai un chapitre sur lui, quand il le voudra bien.

Nous avons un programme, Close to School and Ur Friend's, qui nous permet de continuer l'école même en voyage. Il est payant et très cher. Aux États-Unis, il faut payer pour tout et encore plus ici.

Dans l'école, il y a plusieurs campus. Chaque campus regroupe des enfants du même âge ainsi que certaines spécialités comme le sport, la littérature…

Chez nous, l'école est importante et nous y allons, même quand il n'y a pas école, pour faire des activités comme le Summer Camp & Sleep Away et plein d'autres choses. C'est surtout bien expliqué sur le Parent Square mais je ne peux pas vous le montrer, car c'est interdit pour protéger la vie privée. Chez nous, c'est risqué de raconter cela et les gens attaquent rapidement en justice. Mais je trouve que vivre dans un tel monde devient très compliqué.

J'aime beaucoup apprendre la littérature et les arts. À l'école, on fait des cours en anglais, mais aussi beaucoup en français. Je pense que tous les Français qui habitent mon quartier mettent leurs enfants dans cette école. Enfin pas tous, car c'est très cher. Maman m'explique souvent que chez vous l'école n'est pas chère et que l'accès à l'éducation est plus facile qu'ici. C'est une bonne idée de donner une chance à tous, alors qu'ici cela n'existe pas.

Dans mon école, il y a aussi des cantines pour manger. Je suis végan, mais, des fois, je mange aussi de la viande et du poisson. Je vous avoue que je ne suis pas un vrai végan, mais je fais très peu d'entorses. Ce n'est pas mon choix, mais plutôt une obligation, car je ne digère pas bien les protéines animales et que je suis allergique à beaucoup d'aliments. Je bois quand même du lait, mais de soja. Cole, lui, il mangerait une vache devant moi tellement il aime cela.

Je m'en fiche et cela ne me dérange pas, je le fais pour des raisons médicales et non par conviction. Je trouve quand même un certain réconfort à cette obligation, car ainsi je ne fais pas de mal aux animaux. Oui, vous l'aurez compris : j'ai une petite santé, mais quand je fais attention, tout va bien.

Nous avons aussi un révérend que j'admire et je suis très croyant. Si vous n'avez pas la foi, je comprends et je n'oblige personne à croire. Mais il m'a beaucoup aidé quand mon papa est mort et avec les problèmes que j'avais quand j'ai douté. J'ai mené avec lui beaucoup d'œuvres de charité.

Quand on s'ouvre aux autres, on reçoit plus que l'on donne en fin de compte et j'ai appris à apaiser ma colère et ma tristesse en guérissant celle des autres.

J'aime les gens et je pense que tout le monde est beau à sa manière (sauf Trump que je n'aime pas du tout !).

Il y a Macaulay, c'est mon deuxième meilleur ami après Ryder (Cole n'a plus sa place dans la liste de mes amis, car lui, il est mon Babyy). Il habite à proximité de chez nous. Avant, quand nous habitions dans l'autre maison, il était de l'autre côté du parc.

Je passe toujours devant notre ancienne maison que maman ne veut ni vendre ni habiter. On la prête à une amie suédoise qui vient à Los Angeles de temps en temps avec sa famille et son fils, Björn (je trouve que c'est un très joli garçon). Quand je passe devant notre ancienne maison, je tourne toujours la tête et j'accélère le pas. J'imagine que je ne suis pas encore prêt à m’arrêter devant.

Le père de Macaulay est un homme d'affaires. Il est Canadien et sa maman vient de l'Oregon. C'est un état en dessous de Washington pour ceux qui ne connaissent pas. À ne pas confondre avec Washington DC qui est la capitale. La région de sa maman est vraiment belle et j'adore quand on va voir sa grand-mère. Son grand-père est mort il y a plus de 5 ans.

Je ne veux pas trop parler maintenant de Macaulay. J'ai une histoire à vous raconter entre lui et moi et je pense que ce n'est pas le moment dans ce chapitre, mais elle va beaucoup vous faire rire.

J'ai essayé de vous parler un peu de moi aujourd'hui, de mon école et j’espère que vous avez aimé.

***

Ah si ! Pour finir, une blague, même si Cole dit que j'ai un humour très bizarre, pour répondre à la demande qu'il a faite :

Hier, il y a un garçon, je crois, qui me demande par MP c'est moi sur la photo. Je lui réponds pour rigoler : « Non c'est Donald Trump quand il était jeune ». Et il me dit : « Il était beau avant ». Et moi je lui dis en rigolant en tapant sur mon iPhone : « Oui, tu vois la bêtise rend laid ».

Je trouve cela marrant, mais Cole dit que c'est douteux (dubious chez nous).

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0