Mon papa qui me manque

3 minutes de lecture

Comme je l'ai dit, je veux publier un petit chapitre sur mon papa. J'espère que vous prendrez le temps de le lire, car je vais essayer de vous expliquer pourquoi il me manque tant. C’est avec beaucoup d’appréhension que je commence ce chapitre, que je viens de refaire encore une fois.

***

Papa travaillait pour une grosse société et il était ingénieur senior de super structures et voyageait souvent pour le travail. Comme je l’ai dit dans les chapitres précédents, il partait en général plusieurs semaines et principalement dans les Émirats arabes unis.

Depuis deux ans, il voyageait beaucoup vers Dubaï pour faire des calculs de structure pour une ile artificielle sur laquelle il y a beaucoup d'hôtels pour faire venir les touristes. J’y suis allé deux fois et c’est très beau, mais depuis sa mort, je ne veux plus y aller, car cela me serait insupportable.

Depuis tout petit, il a toujours été très souvent absent, mais quand il rentrait à la maison, il passait tout son temps avec nous et on faisait beaucoup de choses ensemble. C'était intense, car il voulait toujours rattraper le temps qu’il passait loin de nous.

En 6th Grade, (je crois c'est la classe 6e pour vous en France), il avait pris l'avion pour venir le temps d’une soirée voir le spectacle que je faisais. Il avait mangé avec nous au restaurant et était reparti dans la nuit. Tu vois, il voulait toujours que je sois heureux. Il savait qu’en me rendant heureux, il rendait ma maman heureuse.

Depuis toujours, j'aime les Lego et on a fait ensemble beaucoup de machines. Il m'aidait toujours à les faire encore plus belles. On avait fait un trieur pour les cartes (comme pour le poker).

Quand je suis parti dans la nouvelle maison, je voulais que personne ne touche la boîte avec la machine dedans. J'avais mis du scotch partout pour ne pas la casser. Je l'ai encore dans ma chambre et, à chaque fois que je la regarde, je pense à lui. J’imagine tous les bons moments qu'on a passés à améliorer cette machine. Même avec le FaceTime, on la faisait quand il n’était pas là.

Je suis heureux d'avoir eu un tel papa et il ne me grondait jamais. Je sais qu'il ne disait jamais rien quand maman avait décidé quelque chose. Il ne voulait jamais se fâcher avec nous, mais il était des fois en colère dans son coin, mais jamais longtemps.

Il me faisait beaucoup de câlins et tellement de bisous ! Tout cela me manque et encore plus aujourd’hui.

En 2018, il travaillait à Dubaï et, dans l'avion (un petit jet privé), il a eu une crise cardiaque. Le temps que le pilote arrive en bas, il était trop tard. Il avait un problème avec son cœur qu'on ne connaissait pas. Des fois, je pense que c’est de ma faute, car toute l’attention était pour moi et mes problèmes de santé. Il volait autour de l'ile pour décider de l'emplacement de la nouvelle construction.

Ce matin-là, maman est venue me voir en pleurant pour tout m'expliquer. Je sais qu’elle devait avoir beaucoup de mal à parler. Je n’ai pas quitté ma chambre pendant deux jours. Même Cole n'arrivait pas à me consoler. Je n'ai pas voulu aller à l'aéroport quand il est revenu par avion.

Perdre son papa si jeune, c'est très dur et c'est encore très dur de repenser à cet accident. Alors, encore aujourd'hui, je touche le maillot de la NBA qu'il avait acheté pour nous deux et j'essaye encore de sentir son odeur dessus. Cela me rassure de savoir qu'il l’a touché.

Maman n'a jamais rencontré un autre homme, car c'est trop tôt et elle sait que je n'aimerais pas qu'elle le remplace. Je sais que ce n'est pas gentil et j’essaye de ne pas en parler.

Cole me dit qu'un jour ce serait mieux pour elle et aussi pour moi de retrouver quelqu'un. Je sais qu'il a raison, mais il sait que je ne veux pas en parler. Alors, à chaque fois, je lui fais un bisou pour lui dire comme un STOP et il comprend, car il connait ma peine. Il sait surtout que je ne gère pas bien les émotions.

J'ai du regret, j'aurais aimé qu'il m'accompagne encore un peu plus loin dans ma vie et qu'il découvre ce que je ferai plus tard.

Voilà, c'est ce que je voulais dire sur lui, car je sais qu'il doit avoir de la place dans mon histoire.

Annotations

Recommandations

LanyHU
J'ai décidé, pour rendre mes Tomes plus structurés, de vous faire part ici de mes journées, par des moments de ma vie.
Je n'ai aucune prétention dans l'écriture et encore moins dans ce volet. Si vous aimez ces petits sentiments volés sur l'instant, j'essayerai de vous en faire un ou des chapitres dans un de mes Tomes.

Avertissement : je suis une personne très sensible et vous demande de respecter cela.
232
244
114
27
Défi
PLS 879
En mode tétine et couches
3
2
0
0
Adrien de saint-Alban


Chômeur, je vis au quotidien la dure réalité du chômage. Je suis rejeté par ma famille. J’ai voté à gauche pour sortir de ma condition de chômeur. Il est vrai, j’avais fini par tirer parti des avantages que me donnait l’oisiveté: affalé devant la télé, me couchant tard, me levant tard, gorgé de bière, la plupart du temps. J’étais souvent saoul comme un cochon, incapable de la moindre initiative, attisant la colère de ma femme. J’avais obligation néanmoins de me présenter aux convocations de pôle emploi sous peine de perdre mes droits, enfin ce qu’il me restait au bout de trois ans de chômage. Autant dire qu’il ne me restait pas grand-chose. Après avoir perdu mon travail, les années passèrent et le temps passe vite quand on est chômeur. J’ai perdu dans la foulée et ma femme et mes gosses, j’ai fini par vendre ma maison pour payer mes dettes, mes impôts aux socialos et les diverses taxes. J’étais pour ainsi dire chômeur à la rue. Maintenant, je vis dans une caravane. Mon dossier de logement s’est perdu dans les méandres de l’administration, oublié en bas d’une pile de dossiers en souffrance. Mon frigo est vide. Je suis en fin de droits et je fais les fins de marché. J’accepte les dons de fruits et de légumes encore mangeables. Je suis juste un grade au-dessus de clochard. Je regarde autour de moi. Le marché se vide. Les derniers chalands ont donné leurs derniers sous, des gens qui, comme moi, le dos courbé, remuent les poubelles, des sacs remplis d’immondices, espérant trouver une pitance salvatrice.
1
0
0
10

Vous aimez lire LanyHU ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0