18 juillet 1918

Une minute de lecture

Ma tendre aimée, viens dans mes bras

Contre moi, lèvres embrassées

Mais un sifflet sonne le glas

Je me réveille dans la crasse

Et bien serré contre mon cœur

Mon ami Fusil te remplace

Hors de la tranchée, il est l’heure !

Ordonne le Commandement

En moi s’immisce la terreur

Les balles et leurs sifflements

Je cours, cours, la peur en mon âme

Les canons et leurs grondements

Balle coupant telle la lame

Mon bras gauche mais je m’acharne

Le courage en moi belle flamme

Le mauvais sort sur moi s’acharne

Un obus près de moi éclate

Lacère ma trop jeune carne

Dans le ciel bleu tel l'acrobate

Blanche lumière est en avance

Sol drapé d'un rouge écarlate

Mort pour la paix et pour la France

[Réalisé pour le Marathon poétique semaine 7 : https://www.scribay.com/defis/defi/2045611299/marathon-poetique-7---52]

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Arnvald ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0