Halte

3 minutes de lecture

 

Le Hummer était garé n'importe comment sur le petit parking de ce restaurant miteux perdu au milieu de nulle part. A travers la vitre, Abby observait l'avant défoncé de leur véhicule. Il avait beau être blindé, toute la partie droite du capot était pulvérisée. Heureusement, le phare gauche fonctionnait encore. Abby soupira.

Ils avaient roulé toute la nuit.

Mais même s'ils devaient faire vite, Craig n'en pouvait plus. De toute façon, qu'ils se pressent ou non, Craig savait qu'ils arriveraient trop tard. Sibirsk avait sûrement envoyé deux équipes : celle qui les avait pourchassés sur la route et une autre pour s'occuper du laboratoire de Daryznetzov. Le mal était sûrement déjà fait là-bas aussi. Craig avait donc levé le pied et, résigné, il s'était accordé une pause. Sibirsk allait peut-être envoyer une seconde équipe à sa poursuite. C'était une possibilité, mais Craig en doutait. Sibirsk attendrait sûrement leur retour à Moscou pour s'occuper d'eux. De toute façon, ils avaient suffisamment d'avance sur cette hypothétique contre-attaque. Alors, il ne dit rien à Abby.

Il décida qu'elle en avait déjà assez vécu comme ça.

 Terriblement fatigué, Craig avait dit avoir besoin d'un grand café. « D'une bassine de café » avait-il même plaisanté. Abby ne l'aurait contredit pour rien au monde. Elle aussi était morte de fatigue. Et elle ne savait même pas dans quoi elle avait accepté de s'impliquer.

Les effluves de la petite cuisine aidant, ils ne s'étaient finalement pas contentés que d'un café. Abby était morte de faim, mais n'était pas parvenue à se décider. Gentiment exaspéré, Craig avait alors commandé pour deux. Lorsque le serveur leur amena les assiettes, Abby frémit et se demanda soudain pourquoi elle l'avait laissé choisir. Peu avenant, le plat se constituait de frites blanchâtres baignant dans une vieille huile recyclée et d'une espèce d'énorme beignet au chou rouge et à la viande.

C'était assez curieux.

C'était russe, en fait. Et ça baignait dans le gras.

Abby se souvint que Craig avait usé d'une démonstration scientifiquement implacable à ce sujet. Elle n'était plus très sûre de la tournure exacte de la chose, mais c'était du genre :

« C'est russe, donc c'est gras, donc c'est bon ».

Abby en avait fortement douté avant de goûter pour, effectivement, succomber aux plaisirs du gras. Elle avait mangé avec entrain son beignet qui lui semblait tout de même peser plus d'un kilo.

Abby en resta donc là, et quelle ne fut pas sa surprise de voir Craig venir à bout des deux « portions » de frites à lui tout seul. Il lui avait expliqué qu'il mangeait habituellement très diététique et que, par corollaire, cela lui causait de très fortes carences en matières grasses. Ecœurée, elle le vit finir de bâfrer son immense assiette de frites avant de se lécher les doigts luisants de gras.

Ca n'était pas franchement romantique, mais Abby commençait pourtant à apprécier le personnage.

Qu'il soit plongé jusqu'au cou dans une affaire tellement douteuse qu'elle était probablement en passe de devenir le plus grand scandale scientifique de tous les temps ne pourrait jamais rien y faire. Il était grand et beau. Son physique était même absolument irréprochable. Craig transpirait la force et la virilité. En fait, il avait un délicieux côté brutasse qui ne lui déplaisait pas du tout.

La classe et l'élégance en plus.

Et puis la connaissance et la science émanaient de lui, un peu comme une onde de savoir rayonnant dans un monde d'incultes. Abby se surprit à le dévorer des yeux alors qu'il regardait arriver sa troisième assiette de frites, arborant un sourire radieux, comme un gamin ravi se jetant sur son Happy Meal.

Et en plus, il peut être simple, soupira-t-elle intérieurement.

Craig se sentit soudain observé. Il arrêta un instant de gober ses frites par poignées de douze pour jeter un regard suspicieux autour de lui. Il découvrit qu'Abby était en train de lui sourire béatement.

Pour ne pas dire bêtement, se fit-il la réflexion.

— Eh bien ? Qu'est-ce que vous avez ? fit-il avec un sourire qui la fit fondre.

— Oh ! Rien... Vous m'étonnez, fit-elle en se ressaisissant.

— Comment cela ? demanda-t-il sur la défensive.

— Je me demandais juste combien de tonnes de nourriture vous pouviez ingurgiter. J'en suis arrivée à la conclusion suivante : beaucoup, répondit-elle avec un large sourire.

— Ah ! fit-il en reposant les frites qu'il portait à sa bouche. Vous avez raison. Je vais m'arrêter là, reprit-il, un peu boudeur.

— Oh, non ! Ne croyez pas que...

— Ce n'est rien. Allons-y. De toute façon, nous avons encore une longue route devant nous, conclut-il abruptement en posant un billet sur la table.

Abby rassembla ses affaires en toute hâte et se lança à la poursuite de Craig, un peu déboussolée, priant pour ne pas l'avoir froissé.

Décidément, les choses ne pouvaient se passer normalement avec lui au restaurant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0