Départ

4 minutes de lecture

 

Ils avaient couru à en perdre haleine dans le dédale de couloirs. Ils avaient enfin atteint le grand hall central. Craig se reposa contre un mur, le regard dans le vague. Abby s'accouda à la réception. Elle était encore toute tremblante, mais elle put enfin commencer à se reposer.

— On s'en sort bien, fit-elle, comme pour tenter de se rassurer elle-même.

Craig ne répondait pas.

— Bon, vous allez me dire ce qu'il s'est passé ? C'était qui, ces types ? Ou plutôt, c'était quoi ?

— Je vous l'ai dit : des clones.

— Oui, mais des clones de qui ?

— Si je vous le disais, vous ne me croiriez pas.

— Dites toujours.

— Un certain Jésus Christ. Ca doit vous dire quelque chose ?

Abby ne répondit même pas. Elle regardait Craig, le visage ravagé de stupeur.

— Je vous l'avais bien dit que vous ne me croiriez pas.

— Si. Je vous crois. Maintenant que vous le dites... c'est ce que Komarov a tenté de dire. Juste avant de mourir.

— Précisément, approuva Craig.

— Mais ces clones ne ressemblaient en rien à Jésus ?

— Vous savez, je suppose que sans la barbe, la toge et la couronne d'épines, Jésus était un type parfaitement banal. Et puis, ces clones ont été dopés. Classiquement. Et génétiquement. Ca faisait partie de nos recherches sur le génome. Mais il n'avait jamais été question de cloner le Christ. C'est Komarov tout seul qui l'a fait.

Abby repensa soudain à cette liste de médicaments dopants que lui avait montrée Dimitri. Tout concordait parfaitement.

— Mais je pensais que cette histoire de Suaire, c'était du bidon ?

— Je le croyais aussi. J'avais eu vent des tentatives de Komarov pour se procurer des extraits du Suaire. Mais je n'y croyais pas sérieusement.

— Mais enfin ! Pourquoi aurait-il cloné le Christ ?

— Par curiosité, je suppose. Komarov a toujours été passionné par l'Histoire. Il parlait souvent de ramener à la vie d'illustres personnages. J'aurais dû faire plus attention.

— Vous voulez dire qu'il a recréé le Christ par curiosité ? Mais c'est complètement fou !

— Non, ça n'était probablement pas une simple histoire de curiosité. En fait, je pense qu'il y a été obligé. Rokov a probablement voulu contenter les religieux du côté des Sini Bojé. Pour éviter qu'ils n'aillent tout raconter. Quelque chose dans le genre. Vous savez, je vous rappelle qu'on est en Russie, Abby. Les événements suivent une autre logique que celle à laquelle vous êtes habituée.

Abby ne put qu'acquiescer en silence. Elle se sentait si fatiguée.

— Au moins, pour nous, tout finit bien, fit-elle, ne cherchant plus trop à comprendre.

— Non. Rien n'est fini, lâcha Craig, d'un air presque navré.

—... Pardon ? souffla Abby. Comment ça, rien n'est fini ? Qu'y a-t-il ?

— J'aimerais que vous veniez avec moi. Il reste une chose à faire, très importante. Mais c'est potentiellement dangereux.

— Mais nom de Dieu, Nathan ! Qu'est-ce que vous racontez ? Regardez ce que nous venons de traverser !

— Je sais, fit-il en haletant. Mais j'ai besoin de vous. Vous acceptez ?

— Je...

— Komarov est allé beaucoup plus loin que tout ce que vous pouvez imaginer. Ce n'est pas terminé. Même si la fin est pour bientôt. Tout va terriblement s'accélérer. Il faut faire vite.

— Mais enfin, Nathan ! Dites-moi de quoi il s'agit !

— Pas avant que vous ayez accepté de me suivre, répondit-il d'un air navré. Mais je peux déjà vous dire que je vous offre le reportage de votre vie.

— Vous délirez. De toute façon, j'appelle une ambulance, fit-elle en décrochant le téléphone de la réception. Komarov et Rokov ne sont peut-être pas morts, poursuivit-elle sans trop y croire elle-même.

Craig lui attrapa la main et la força à raccrocher le combiné. L'espace d'une seconde, elle prit peur. Mais l'expression qu'elle lut sur le visage de Craig stoppa son angoisse. Il lui sourit, faiblement, mais il lui sourit. Sincèrement.

— Une journaliste sur les lieux, extérieure au problème, voilà ce qu'il me faut, reprit-il. Car quelque chose de très grave est en train de se passer. Vous devez m'aider.

— D'accord, fit-elle, ne sachant trop pourquoi.

Elle supposa qu'elle faisait confiance à Craig, désormais.

— Très bien. Merci infiniment. Allons-y.

Sur ce, Craig se mit en marche vers la sortie, puis se dirigea rapidement vers le fond du parking. Abby lui emboîta péniblement le pas commençant seulement, lentement à réaliser que, peut-être, il était effectivement en train de lui offrir le scoop de sa vie. Et puis elle se rendit aussi compte, avec un sentiment étrange – mais pas désagréable – que, finalement, à cet instant précis, sa carrière lui importait peu. Craig avait du feu dans les yeux et quelque chose de grave était manifestement en train de se passer.

Et il avait besoin d'elle.

Et c'était infiniment plus gratifiant que n'importe quel scoop, fut-il le plus important de tous les temps.

— Où allons-nous ? demanda-t-elle.

— Là où vous avez toujours voulu aller, répondit-il avec un sourire.

Abby marqua une pause.

Daryznetzov ?

— Précisément.

Craig passa devant sa Lada sans s'arrêter, puis il fit le tour d'un Hummer aussi monstrueux qu'imposant.

— On a vraiment besoin de ça ? fit-elle, essayant de détendre l'atmosphère.

— On ne sait jamais, répondit-il simplement avec un haussement d'épaules.

Quelques instants plus tard, Abby était installée dans l'imposant habitacle du véhicule. Le Hummer démarra en trombe.

Dissimulé dans une allée sombre du parking, un homme retira ses gants avec ses dents. Il poussa un juron, fit claquer son téléphone portable puis porta le combiné à son oreille.

— C'est Sibirsk. On a un problème.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0