Imprévu

3 minutes de lecture

 

La grande limousine noire s'arrêta lentement sur le parking, juste devant les grandes marches de marbre menant à la gigantesque entrée vitrée du bâtiment de Futura Genetics. Le building étincelait dans la nuit, zébré de reflets de dizaine d'imposants projecteurs. Le trajet depuis le restaurant n'avait pas été long. Et Craig n'avait pas la moindre idée de ce qu'il allait bien pouvoir raconter à Abby.

Comment tout cela allait-il bien pouvoir se passer ?

Craig donna au chauffeur une épaisse liasse de billets. Abby s'en serait bien étonnée si elle n'était pas aussi stressée. Ils descendirent de voiture en silence, dans un mutisme absolu. La situation s'était incroyablement tendue pendant le trajet. Craig commença à gravir les marches, lentement. Abby lui emboîta le pas. Nerveusement. Craig ne savait vraiment plus où il en était. Cet abruti de Mikhaïl s'était emporté pour rien et lui, il avait bêtement suivi le mouvement.

Il se devait d'inventer quelque chose, et vite. Peu importe que ce soit une histoire à dormir debout, il n'avait plus le temps. L'heure n'était plus à la réflexion, mais à l'action.

Il aurait peut-être pu lui montrer le supercalculateur ? Non, Komarov l'avait déjà fait. Les simulations 3D de réassemblage chromosomique, alors ? Non, sans intérêt. Une batterie de cellules-souches clonées ? Ridicule ! Il devait absolument trouver autre chose. Mais il n'y arrivait pas.

Et puis, de toute façon, il n'en avait même plus envie.

 Car Abby n'était pas un problème. Ce n'était pas une menace. Elle ne fouinait que sur de vagues histoires sans le moindre intérêt. En enquêtant du côté de Rokov, jamais elle ne se douterait de ce qu'il se tramait réellement. De plus, elle lui était sympathique.

Mieux que ça : elle lui plaisait.

Et il avait cru sentir que c'était peut-être bien réciproque. Craig gravissait lentement les marches, à la recherche d'un mensonge impossible qu'il n'avait même plus envie de mettre sur pied, tiraillé entre une colère sans bornes à l'encontre de Komarov, un déni de lui-même et une suave et douce attirance envers Abby. Attirance, certes, mais attirance mêlée à une étrange défiance. Mélange aussi curieux que détonant, pensa-t-il. Mais au moins, il en était conscient. Et peut-être même arriverait-il à se contenir.

Mais ce n'était pas gagné, se dit-il en soufflant.

Parvenu en haut de la dizaine de marches glissantes recouvertes de vieille neige, par delà la baie vitrée faiblement éclairée, Craig vit Komarov, loin dans le hall. Il les attendait.

C'était sans issue.

Ils y étaient. Il n'y avait désormais plus aucune chance qu'il arrive à mettre sur pied une histoire suffisamment convaincante pour qu'Abby ne soit pas définitivement alertée.

À moins que...

A moins qu'il ne se retourne, brutalement, qu'il s'approche d'elle, qu'il la prenne dans ses bras.

Et qu'il l'embrasse.

Là. Tout de suite. Maintenant. Oui. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire. L'idée d'embrasser Abby lui plaisait terriblement, d'autant plus qu'elle se laisserait sûrement faire. Ils en avaient sûrement autant envie l'un que l'autre. Et puis cet étrange revirement, cette démonstration amoureuse aussi impromptue que maladroite, suffirait sûrement à dissiper toute cette méfiance réciproque, pesante, qui s'était installée. Et ce serait juste assez bizarre pour qu'il puisse prétexter qu'en fait il ne savait pas trop quoi faire, qu'il agissait sur un simple coup de tête, et qu'il n'y avait jamais rien eu ici qu'il voulait lui montrer.

Oui, c'était une bonne idée.

Joignant l'utile à l'agréable, éloignant définitivement le spectre de Komarov et de ses prétendues intuitions.

Alors, il se retourna vivement vers Abby, le regard plein d'entrain. Mais ce qu'il vit lui fit l'effet d'une terrible douche froide. Sous l'éclairage faiblard d'une lune voilée et de néons éthérés, Abby avait le regard triste et fuyant. Elle était toute décoiffée et elle avait l'air fatigué. Son visage était impassible. Fermé. En un instant, la belle assurance de Craig s'effondra comme un château de cartes. Une fois de plus. Non. Ce n'était pas une bonne idée. Elle n'en aurait pas envie.

Pas maintenant. Ca n'allait pas marcher.

Il fit donc volte-face, l'air sombre et résigné, puis il aperçut Komarov derrière la baie vitrée, s'avançant vers eux. Il les avait vus. Et puis...

Et puis il y avait quelqu'un d'autre, que Craig n'avait étrangement pas immédiatement remarqué, et qui suivait Komarov d'un pas vif et assuré, réajustant son impeccable veston d'un mouvement de la main faussement négligé. Il ne fallut pas longtemps à Craig pour se rappeler qui il était.

Son sang ne fit qu'un tour.

Non!

Ce n'était pas possible. Ce ne pouvait pas être... lui ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0