Reliques

2 minutes de lecture

 

De retour chez elle, tard dans la nuit, Abby n’arrivait pas à dormir. Son réveil projetait l’heure au plafond :

03:17.

Cette journée l’avait épuisée et, pourtant, elle ne trouvait pas le sommeil. Elle n’était pas fébrile, ni stressée. Ni même anxieuse. Non, elle n’arrivait tout simplement pas à comprendre. La semaine avait été très riche en informations, mais elle ne parvenait pas à faire le lien.

D’un côté, deux cadavres retrouvés gelés dans la Moskova. L’un était nu, l’autre possédait des documents de Futura Genetics. D’un autre côté, Futura Genetics, justement, plus importante société de biotechnologie au monde, dirigé par Nathan Craig. Un personnage brillant, beau et charmant que rien n’était venu sérieusement entacher après quelques mois d’enquêtes. Il y avait aussi Mikhaïl Komarov, chef des recherches sur le génome humain, qu’Abby qualifierait d’étrange sans pour autant trop savoir pourquoi. Juste une vague impression. Peut-être simplement parce qu'elle lui plaisait.

Et puis il y avait les Sini Bojé. Un groupe religieux à l’idéologie créationniste plus que douteuse qui avait fait un don important à Futura Genetics, dans le cadre de ce qui apparaissait à Abby comme une simple, mais fumeuse opération de séduction. Même si elle devait bien avouer qu’elle ne connaissait que peu l’affaire.

Si ce n’est ses possibles dessous.

Drôle d’affaire, là encore. Les Sini Bojé auraient mis la main sur d’importantes reliques historiques – Hitler et le Christ ! – et auraient demandé à Futura Genetics d’en faire des analyses.

Quel genre d’analyse ?

Cela lui semblait insensé au plus haut point. Quelle que soit la valeur du don fait par les Sini Bojé, Abby voyait mal Futura Genetics se risquer à de tels actes. Le Saint Suaire était une relique sacrée et, comme les restes d’Hitler, le tout était extrêmement bien gardé et le seul fait d’être en possession de composants de ces reliques était forcément illégal.

Sans compter l’impact émotionnel sur l'opinion publique. Le Christ, adoré par au moins deux milliards de personnes sur la planète, et Hitler, sans doute la personne la plus haïe du XXe siècle ! Un mélange détonnant qu’aucune analyse scientifique, aucune justification sérieuse ne pourrait jamais désamorcer dans l’esprit des gens. Futura Genetics serait forcément fustigée de toutes parts.

La société n’avait sûrement aucune raison de tenter une opération aussi insensée.

Mais il y avait autre chose qui gênait Abby. Elle avait appris que, c’était officiel, les dirigeants russes possédaient les restes du Führer. Soit. Grand bien leur en fasse. Aussi stupéfiant que cela puisse lui paraître, c’était un fait avéré. Mais concernant les reliques christiques, elle bloquait. Bien qu’elle n’ait eu strictement aucune connaissance sur la Tunique d’Argenteuil et le Suaire d’Oviedo, elle connaissait bien le Saint Suaire de Turin et, surtout, elle n’ignorait pas qu’il s’agissait d’un faux. Si ses souvenirs étaient bons, à la fin des années 1980, une équipe de scientifiques avaient procédé à la datation au carbone 14 de la « sainte » relique. Et le résultat avait été sans appel. Elle ne se souvenait plus de la date précise, ou, plutôt, de l’intervalle de confiance lié à la technique du carbone 14, mais le suaire datait du XIIIe siècle. Absolument pas de l’an 30 et quelques de notre ère comme cela aurait dû être le cas s’il s’agissait bien du suaire du Christ. Et c’était depuis la position officielle de l’Eglise elle-même :

Le Saint Suaire était un faux.

Elle devait en avoir le cœur net. Elle devait retourner voir les Sini Bojé. Mais avant tout, elle devait aller à la morgue.

Cette affaire était trop étrange. Elle voulait voir les corps.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0