PCR

6 minutes de lecture

 

Transie de froid, le visage emmitouflé dans une grande écharpe, Abby tapa son code puis poussa la porte du Moscow Times en maugréant. Elle tapa ses pieds dans l'entrée, libérant une tonne de neige, puis entreprit de dérouler cette fichue écharpe qui l'empêchait de respirer. Le visage tout rouge, elle retira ses gants puis son manteau en se disant que, vraiment, le froid polaire qui étreignait Moscou était une plaie.

Elle avait passé la journée à tourner en rond au dehors, à se repasser son entrevue avec Craig. Il était maintenant minuit passé. Les bureaux du Moscow Times étaient vides. Ses collègues étaient peut-être toujours là de bon matin, mais ils étaient bien prompts à quitter le bureau avant l'heure. Si Abby devait comptabiliser toutes les heures sup qu'elle faisait la nuit, elle les battrait sûrement tous à plate couture. Mais au lieu de ça, elle passait toujours pour la petite flemmarde incapable de se lever le matin. Abby avait en horreur d'entendre tous les jours ces petits commentaires désobligeants, alors qu'elle n'avait jamais plus de quelques minutes de retard, et qu'elle compensait plus que largement par toutes ces heures de nuit que ses collègues, bien sûr, se plaisaient à ignorer.

Abby démarra son ordinateur puis tenta de faire un peu de tri sur son bureau en attendant que sa session de travail soit ouverte.

Nom de dieu que c'était lent à démarrer !

Abby avait une profonde aversion pour l'informatique. Il y avait toujours un problème : logiciel qui plante, connexion qui saute, fichier détruit ou introuvable. Et pour ouvrir un simple document de bureautique, il fallait parfois encore une bonne trentaine de secondes.

Abby tapota des ongles sur son bureau, se retenant de flanquer un bon coup de pied dans l'unité centrale de son PC pour lui intimer l'ordre de se magner, mais elle savait bien que ça ne servirait à rien. Elle soupira donc puis attendit en silence, excédée, considérant d'un œil morne les restes d'un fast-food qui traînaient sur son bureau, noyés dans un mélange froid de ketchup et de mayonnaise. Ce spectacle peu ragoûtant – qui aurait écœuré n'importe qui d'autre – lui donna faim. Elle attrapa le sandwich défraîchi puis mordit avec plaisir dans la viande froide avant d'entreprendre de mâchonner quelques frites molles. Le fast-food était son vice et la malbouffe son grand plaisir. Fichus froggies, se dit-elle avec un sourire, sans vraiment le penser bien sûr.

Lorsque son PC eut enfin fini de démarrer, elle consulta ses mails puis ouvrit ses documents.

Elle prit quelques minutes pour taper son rapport de la journée. Mais elle n'était pas bien avancée. L'entrevue avec Craig avait été prometteuse dans le sens où elle allait pouvoir le revoir, mais elle n'avait pas eu le temps de poser les questions qui lui tenaient le plus à cœur. Evidemment, il y avait cette histoire de cadavres à la morgue. C'était intrigant au plus haut point, certes, mais Abby ne pouvait pas en parler ainsi à Craig, de manière aussi frontale que brutale. Elle tenait l'information de Dimitri – qui était loin d'être extrêmement fiable – et ce serait de toute façon beaucoup trop prématuré.

Non, elle n'aurait pu se résoudre à en parler.

Il y avait cependant Daryznetzov, le second laboratoire de Futura Genetics, perdu dans la toundra. C'était un sujet dont Abby aurait bien aimé avoir le temps de discuter avec Craig. Ce n'était a priori que partie remise, mais elle commençait à trouver le temps long. Elle avait longuement pensé à se rendre directement là-bas. Mais personne ne l'aurait laissée entrer. Les autorisations pour visiter le site n'étaient plus délivrées depuis un bon moment.

Depuis l'inauguration, en fait.

Abby avait pu en discuter avec un certain Piotr, un des collègues de Dimitri qui avait couvert l'ouverture de ce gigantesque laboratoire de biotechnologie. Mais qu'en avait-elle retiré ?

Rien.

Piotr lui avait gentiment expliqué que les journalistes invités sur place n'avaient rien vu d'autre que des bâtiments gigantesques, des laboratoires à moitié vides, car en cours d'installation, de grandes baies vitrées, un gigantesque parking et beaucoup de gravats.

En fait, le laboratoire de Daryznetzov avait été présenté en grandes pompes alors qu'il était encore loin d'être terminé. Et puis surtout, fait étrange, il n'y avait aucun journaliste scientifique sur les lieux. L'équipe technique qui avait présenté le site à la presse aurait pu raconter n'importe quoi, personne n'avait le moindre recul pour analyser les données. Les journalistes avaient vu une quantité impressionnante de matériel scientifique – microscopes, ordinateurs, centrifugeurs et autres automates – présenté de manière terriblement succincte ou horriblement technique, si bien que personne n'en avait rien compris.

Les informations sur l'orientation réelle des travaux qui y étaient menés restaient donc très floues, et plus aucune personne extérieure à l'entreprise ne pouvait s'y rendre. Entre temps, l'éloignement et l'isolement du laboratoire de Daryznetzov avaient suffi à le faire oublier, surtout que les projecteurs étaient toujours restés braqués sur le laboratoire principal situé en plein cœur de Moscou. A tel point que tout le monde ou presque avait fini par oublier l'existence de ce second laboratoire.

Tout le monde, sauf Abby.

Car même si elle n'était pas du genre à fouiller les placards, toute cette opération ne ressemblait que trop à un écran de fumée savamment orchestré : le laboratoire avait été présenté, son existence était officiellement avérée, et pourtant sa vraie nature restait un mystère subtilement voilé. Alors, bien sûr, Abby n'était tout de même pas la seule à se poser des questions. D'autres avant elle avaient exigé des réponses auprès de Craig en personne. Celui-ci avait su se montrer plus ou moins convaincant en expliquant que les recherches menées à Daryznetzov étaient suffisamment particulières pour justifier son éloignement. Il avait notamment parlé des organismes de synthèse, en expliquant que c'était la ville de Moscou elle-même qui lui avait demandé de bien vouloir se tenir à l'écart pour éviter toute contamination.

Craig en avait rajouté une couche en expliquant que le laboratoire manipulait de grandes quantités de substances toxiques ou explosives dans le cadre de leurs recherches, et qu'il était de fait impossible de les effectuer au beau milieu de la population. Le laboratoire menait également des expériences nécessitant une très grande précision et donc une stabilité mécanique incompatible avec la pollution vibratoire qui régnait dans n'importe qu'elle ville en raison du trafic routier, des outillages et autres sources de nuisance. Et puis, installer plusieurs milliers de mètres carrés de laboratoire à Daryznetzov était infiniment moins coûteux qu'en plein centre de Moscou.

Tous ces arguments étaient effectivement séduisants, mais Abby n'était pas totalement convaincue pour autant. Surtout lorsqu'elle avait découvert – par des moyens plus ou moins détournés et donc difficilement avouables – une liste précise du matériel de laboratoire installé à Daryznetzov.

     Futura Genetics avait acquis auprès d'une importante société allemande plus de vingt-cinq mille thermocycleurs à PCR à deux mille cinq cents dollars pièce, soit une facture de plus de soixante millions de dollars.

       Soixante millions de dollars.

Il avait fallu un certain temps à Abby pour analyser la liste et prendre toute la mesure de l'information. La facture était impressionnante, bien sûr, mais c'était surtout le nombre de ces machines à PCR qui était stupéfiant. Après renseignement, il s'avéra en effet qu'aucun laboratoire au monde n'en utilisait autant. Futura Genetics possédait le plus imposant stock de machines à PCR de la planète.

Et de très loin.

De tellement loin qu'Abby avait presque fini par croire à une erreur. Mais non. Daryznetzov était un laboratoire réellement hors-norme. Pour savoir ce qu'il pouvait bien s'y tramer, Abby avait bien évidemment cherché à connaître la fonction première d'une telle machine.

La PCR, pour polymerase chain reaction ou réaction en chaîne par polymérase, avait révolutionné la biologie moléculaire dans les années 1990. Mais cette méthode était depuis devenue une technique extrêmement classique, utilisée par les laboratoires du monde entier, réalisée à l'aide d'une simple petite machine pas plus grande qu'une imprimante de bureau. Tout le monde l'utilisait à tour de bras. En fait, la PCR n'avait strictement plus rien d'extraordinaire. Mais qu'est-ce que Craig pouvait bien faire de vingt-cinq mille de ces machines ?

Là était la vraie question.

Un thermocycleur à PCR n'avait peut-être rien d'extraordinaire, mais que pouvait-on faire de particulier avec plusieurs milliers de ces machines, là où un laboratoire classique n'en possède pas plus de dix ? Abby avait donc cherché dans cette direction. Avec autant de machines, Futura Genetics s'était forcément lancée dans un processus industriel à grande échelle totalement inédit.

Abby avait alors questionné un certain nombre de chercheurs qui faisaient couramment usage de la PCR en laboratoire pour leur demander ce qu'il pouvait bien y avoir derrière tout ça. Et lorsqu'elle avait lâché son chiffre de vingt-cinq mille unités, on lui avait ri au nez. Car la réaction en chaîne par polymérase était un processus permettant simplement de multiplier l'ADN.

En fait, c'était juste une photocopieuse biologique capable d'effectuer plusieurs milliards de copies d'un morceau d'ADN en à peine une heure.

Abby avait alors demandé :

— Quel intérêt peut-on avoir à utiliser autant de PCR si une seule machine est déjà capable d'un tel rendement ?

Ce à quoi on lui avait presque invariablement répondu :

Aucun.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0