Komarov

5 minutes de lecture

 

Mikhaïl Komarov était le chef de la recherche de Futura Genetics. Craig avait vu en ce jeune russe de vingt-sept ans tout le talent nécessaire à cette vaste fonction. Mais les choses n'étaient pas aussi simples.

En fait, lors de son arrivée en Russie, Craig avait pris soin de s'attirer les bonnes faveurs des puissants de ce pays. Il s'était arrangé pour être bien vu de ceux qui tenaient la Russie d'une main de fer. Et il s'avéra, hélas, que ces hauts dirigeants avaient une nostalgie malsaine de la grande époque soviétique, et n'avaient que deux idées en tête.

La première était de se faire de l'argent – une montagne d'argent – et ils s'y attelaient avec une telle ferveur et une telle passion que cela confinait littéralement à l'obsession. La seconde grande idée de ces dirigeants, et pour le coup il s'agissait effectivement plus d'une idée que d'une obsession, était de restaurer la grandeur de la Russie. Et bien que Craig n'ait pas eu le moindre souvenir d'avoir jamais ressenti ce genre de sentiments pour son propre pays, il s'agissait après tout d'une volonté patriotique compréhensible. Voire même fort louable.

Quoi qu'il en soit, certaines têtes pensantes de la Russie avaient exigé de Craig qu'il embauche dans son équipe un maximum de Russes – histoire de dire que les chercheurs de la Russie nouvelle version étaient effectivement de taille à se mesurer aux scientifiques high-tech fraîchement arrivés d'Amérique. Craig doutait fortement d'une telle assertion, mais il n'avait pas trop eu le choix. Il avait donc accepté d'incorporer quelques scientifiques russes dans son équipe, à condition – il avait su se montrer très clair – qu'ils satisfassent à tous ses critères d'excellence. Espérant pouvoir rebuter toute forme de prétendants tout en présentant toutes les formes d'ouverture et de bonne volonté auprès des dirigeants de la « grande » Russie, Craig pensait pouvoir plier l'affaire en peu de temps sans avoir à embaucher le moindre popov.

C'était sans compter ce décidément fameux Mikhaïl Komarov.

Repéré par son équipe de recrutement, Mikhaïl s'était d'abord montré timide, voire hésitant. Pensant n'en faire qu'une bouchée, Craig avait décidé de parcourir rapidement son dossier, juste le temps de relier son bureau à la salle d'entretien.

Mais il avait dû s'arrêter en route.

Ce Mikhaïl était parvenu à l'intriguer au plus haut point, et à mesure qu'il listait les exploits de ce jeune russe d'origine sibérienne, Craig se sentit hésitant à son tour.

 Après tout, pourquoi pas ?

Si ce jeune imbécile, dont la tête ne lui revenait décidément vraiment pas, était parvenu à finir premier de sa promotion lors de ses études de génie génétique tout en se rendant célèbre pour avoir hacké le FSB – ex-KGB – et en multipliant les prouesses en algorithmes de séquençage, après tout, il se pouvait bien que Craig ait trouvé là un collègue intéressant. Car, oui, Mikhaïl Komarov s'était avéré être un surdoué de la génétique doublé d’un très grand génie de l’informatique et, plus particulièrement, de l’algorithmique séquentielle, multitâche et temps réel. Craig ne réfléchit pas longtemps à la problématique, puisque pour lui ce n'en était finalement pas une : pas question de se priver de ce genre de talent.

Et il se félicitait d'avoir pris la bonne décision.

Car ce petit con de Komarov à la tête d'éternel adolescent était parvenu à augmenter drastiquement la vitesse de convergence de certains des algorithmes « maison » de Futura Genetics, algorithmes qui faisaient pourtant la fierté de l'entreprise puisqu'elle s'était grandement reposée sur eux pour parvenir à séquencer le génome humain. Avec Komarov à la tête de son bureau de calcul, Futura Genetics allait, à n'en point douter, faire des ravages. Et puis, Mikhaïl avait finalement assez vite sympathisé avec Craig et ce dernier, pourtant limite russophobe à son arrivée, avait rapidement changé d'avis sur la culture du pays.

C'était ainsi que, depuis quelque temps, les deux hommes allaient régulièrement boire un verre ensemble, un verre qui se finissait de plus en plus souvent en une pelletée de bouteilles vides. C'est également à Mikhaïl que Craig devait, et il en était sincèrement redevable, la découverte du bania, une espèce de mélange de sauna et de hammam à la russe, où l'on mourrait de chaud comme dans une cabane à frites en se faisant joyeusement fouetter par de belles branches de sapin vert de Sibérie.

A priori absurde, voire limite SM, cette pratique s'était finalement révélée à Craig comme extrêmement bénéfique puisqu'incroyablement énergisante et revigorante. Ce qui n'était pas un luxe, au vu de l'immensité de sa tâche et de ses responsabilités. Quoi qu'il en soit, Craig et Komarov étaient devenus, certes non pas les meilleurs amis du monde, ni même des amis tout court, mais de bons camarades.

De bons tovaritch.

Il en fallait plus pour entrer dans le cercle très privé des prétendants à l'amitié de Craig. Il en fallait toujours plus. Cet homme était un roc, un véritable titan blindé contre l'attachement et l'émotion, et sa méfiance naturelle couplée à sa franche paranoïa n'arrangeaient pas les choses, coupant court à toute tentative d'amitié approfondie. Au final, Mikhaïl était donc devenu le chef de la recherche de Futura Genetics, s'occupant tout particulièrement de la section « Calcul », et faisait partie des proches et privilégiés auprès de Craig, si tant est que cette expression ait un sens, puisque Mikhaïl le savait : ils avaient beau avoir discuté pendant des heures et des heures en buvant des millions de litres de vodka, il ne serait jamais un véritable proche.

C'est pourquoi, alors qu'il était extrêmement préoccupé par la perte du numéro 101, Komarov savait pertinemment qu'il allait en prendre plein la gueule, puisqu'il n’avait pas la moindre idée de qui avait bien pu se passer.

Craig allait lui passer un savon monumental et il n’y pourrait rien.

Il pourrait juste acquiescer en silence et attendre que l’orage passe. Craig pouvait parfois se mettre dans une colère noire propre à pulvériser les étoiles. Et Komarov sentait, dans un désespoir profond qui accablait tout son être, qu'aujourd'hui Craig pourrait aller jusqu'à s'en prendre à la galaxie. Surtout que Mikhaïl ne lui avait pas tout dit.

Mais le pouvait-il seulement ?

Il attendit que les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Il alla droit vers le bureau de Craig, se contentant d’un simple salut de la tête pour Carole.

— Vous m’avez demandé, monsieur Craig ? fit Mikhaïl, très calme.

— Tiens ! Tu ne m’appelles plus Nathan ? lança Craig avec une pointe de sarcasme.

— C’est que…

— Je sais. Tu as fait une connerie alors tu rases les murs.

— Une connerie ?! Non, vous… s’emporta Mikhaïl, qui savait pourtant que ce n'était pas la chose à faire.

— Qui était le numéro 101 ? Qui ? coupa Craig.

— Comment ça, qui ? Mais… personne ! Enfin, personne de spécial ! fit Mikhaïl, tentant de rassurer Craig sans trop savoir si son mensonge était crédible.

— Vraiment ? J’ai ouï dire certaines choses… Je croyais pourtant avoir été clair… Non ?

— Très clair. Rien n’a été tenté dans ce sens.

— Très bien. C’est donc un monsieur tout le monde qui erre, là, dehors ?

— Bien sûr. A ceci près que…

JE SAIS !!! coupa Craig. C’est bon. J’en ai fini. Nous attendrons que Youri en sache un peu plus. Retourne dans ton goulag.

— Bien, conclut Mikhaïl, avant de quitter le bureau, littéralement liquéfié, mais n’en montrant rien.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Alexis Van Acker
Des vers, des vers et encore des vers,
Dansent aux Bois-mes-Os, mes os
Semblent une forêt sous vent sévère,
Et tempête tisonne les plus beaux.

Les ornements comptent six parties, dans l'ordre :
- Ode : poème introductif en plusieurs parties (en cours)
- Haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus critiques : (terminé)
- Nouveaux haïkus qu'elle me réclame : (terminé)
- Haïkus à la vitre : (en cours)
- Les ornements : poèmes de formes diverses (en cours)

Et sont suivis de deux recueils de vers divers :
- Vrac : (en cours, réunit certains de mes anciens défis)
- Vers glanés : (en cours)

Couverture : My Winnipeg, 2007 (photogramme, détail).
129
110
8
20
Papillon blanc


Une vague brume et puis cette supême dignité
La douleur plane dans l'air comme un puissant sceau
Qui signe la fin et le début...

La brique rouge et ses reflets noirs
l'arrondi et les pierres des pavés rouilles
Les cascades de branches nues, qui dévalent mélancoliquement

La brume qui se meurt
Dans la gravité de l'heure
La foule compacte se presse sur le trottoir
Immobile, anxieuse, parcourue d'un sourd mouvement
Une vague imperceptible,
Comme un frisson qui court
Dans un millier de corps,
En symbiose,
En larmes furtives.

Des silhouettes, ombres noires chapeautées,
Passent dans ce suprême silence
Des élèves à travers le temps,
Dizaines de visages au regard hagard
Sont sortis aux portes,
Ce vaste édifice les a recrachés,
En honneur à la défunte.

D'un coup
La rumeur se meurt.
Elle disparait dans la froideur de cette fin d'Octobre.
Des lumières vagues,
Un halo jaune pale et sale
Passe dans les nuages gris
Alors que le cortège s'engage
Dans la ruelle légendaire

La mort certes
Mais une perpétuité dans le temps
Qui brise les choses
Et s'enfonce dans l'intangible et l'ineffable.

Le convoi moteur éteint
Hommes et femmes inconnus
Et plus poignant que tout,
Le regard reconnait entre tous
La silhouette du directeur presque orphelin
Eblouissant de dignité dans sa douleur

O qu'il est beau ce respect
Cette déférence accordée à la disparue,
Qui fait de toute cette scène
L'accompagnement d'une féminité suprème
Vers sa dernière demeure
Au fin fond de l'Angleterre...

"La voix de mon Bien aimé a frappé,
Elle a voulu cueillir une rose, ma soeur..."
La voix se brise
Et son écho court se perdre dans les ruelles
Pour faire tressaillir les coeurs...
1
0
0
1
Défi
Isabelle Grenouillat

Enfin les vacances, je pars pour les Seychelles demain matin, l’avion part à 10 h, destination soleil, plage, piscine, farniente.
J’ai eu une année dure et fatigante, un boulot de dingue, une histoire sentimentale ratée et des parents âgés et grabataires dont il faut s’occuper tout le temps, avec l’aide heureusement de mon frère.
J’avais réservé une chambre dans un hôtel de moyenne gamme, je m’y plu tout de suite, c’était magnifique.
Cet établissement recevait des personnes de tout âge.
J’ai fait la connaissance de Franck, 45 ans, il était pizzaiolo dans un restaurant parisien. « Je suis ravi de faire votre connaissance » me dit-il, c’était réciproque. Nous avons sympathisé, en tout bien toute honneur. Nous nous promenions ensemble et nous prenions souvent nos repas à la même table.
Trois jours après être arrivés, nous avons aperçu une petite fille sur une balançoire dans l’espace jeux de l’hôtel, elle avait l’air heureux, elle riait. Cela m’a rappelé mon enfance.
Nous aimions essentiellement nous promener sur la plage pour regarder la mer et nager.
Un jour nous avons observé, dessinée sur le sable, une licorne. Je l’ai prise en photo avant que la mer ne la recouvre et l’efface. C’était magique, tellement bien reproduit que l’on aurait dit qu’elle était vivante.
Nous sommes allés aussi au marché faire quelques emplettes, des souvenirs de l’île. Le seul moment où j’ai été effrayée, entre les étals, nous avons aperçu un rat, un gros rat noir, j’ai hurlé et Franck m’a pris dans ses bras pour me rassurer.
Un peu plus tard au coin d’une ruelle, nous avons entendu deux français se disputer, l’un a dit à l’autre « ceci n’a aucun rapport avec Gisèle ». C’était incongru, nous qui étions si loin de la France, de rencontrer des compatriotes en pleine dispute. Nous avons ri mais nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, peu importe.
Le séjour durait 15 jours pour moi et je suis repartie le cœur plein de souvenirs heureux.

Nous nous sommes échangés nos coordonnées Franck et moi. Il y aura peut être une suite à cette histoire.
3
2
2
1

Vous aimez lire Corentin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0