L'opportuniste

3 minutes de lecture

/!\ CONTENU SENSIBLE A CARACTERE SEXUEL /!\

(& complètement gratuit niark niark)

  Avant ce soir-là, je l'avais aperçue plusieurs fois. Arpentant les rues dans ses tenues légères, une Marlboro au bec et des sourires aguicheurs, fardée comme un camion tuning. Elle devait passer l’équivalent de mon RSA dans son maquillage. C’était l’une de ces filles qu’on a pour pas grand-chose. Quelques clopes, un joint, un lit pour la nuit. Ou juste un physique avantageux. Mes tentatives se percutaient à ses regards glacials, ses haussements de sourcils… Parfois ses rires humiliants. Elle se donnait des grands airs, perchée sur ses talons. Elle qui ne se refusait à personne (c’était connu) ne cessait de me rejeter.

  Ce soir, elle était là. Juste là, le long de la voie ferrée. La lune oscillait dans la nuit, claquant ses reflets dorés sur ses bijoux de pacotille. Toujours habillée comme une catin, sa mini-jupe, ses collants résilles et sa petite veste en cuir moulant lui donnaient, à la lumière de la nuit, des airs de princesse-salope. Je ne pus résister à ses attraits. Je l’abordai, de loin. Elle avait pas l’air dans son assiette, j'estimai que c’était peut-être justement le moment où jamais. Je lui demandai : « Eh ! tu veux qu’on baise ? » Elle ne me répondit pas, m’ignora, encore. Cette fois, je considérai ça comme un oui – qui ne dit mot consent non ? Réduisant la distance entre nous, son parfum atteignait mes narines. Des odeurs d’eau de toilette bon marché et de sexe rapidement consommé. Après avoir jeté un regard circulaire, m’assurant être seul, je la traînai dans un coin plus tranquille, loin du passage.

  Ça puait un peu la pisse, du verre brisé, des tessons et des mégots jonchaient l'asphalte. J’aurais aimé l’emmener ailleurs ; tendrement, l’inviter à se dévêtir. Elle aurait retiré son blouson, dévoilant son débardeur blanc, puis sa jupe. J’aurais dévoré son corps presque nu, ses collants dessinant sur sa peau leurs losanges affriolants. Sous le jersey, ses seins se seraient durcis et je les aurais avalés goulument. Puis je l’aurais hissée dans mes draps pour lui faire l’amour toute la nuit... Mais il n’est de parfaite situation. Le désir ne répond pas au confort.

  J’avais tant attendu de me retrouver avec elle, de toucher ses courbes, de la couvrir de baisers, que mon corps tressautait. Je lui caressai le dos du bout des doigts, plantai mes ongles dans sa chair par endroits (pour laisser la trace de mon passage). Cette fois, je la tenais, là, entre mes mains, à ma merci. J’étais dur comme jamais, l’excitation à son comble, d’avoir sa peau enfin à ma portée, et qu’elle ne puisse rien y faire. Elle se taisait, pas de sourire, pas de rire, pas de haussements de sourcils cette fois, hein ! C’était moi qui menait la danse, moi qui, quand ce serait fini, la laisserait sur le sol, comme la pute qu’elle était.

  Mes lèvres parcouraient sa poitrine, fièrement dressée dans un soutien-gorge noir vulgaire à souhait (un soutien-gorge de pute) en dentelle synthétique, qui dépassait de son maillot. Je découvrai son goût sous ma langue. Les petites bosses que créaient ses grains de beautés faisaient monter encore la pression sanguine sous ma braguette. J’avais envie de la prendre, rapidement, je savais que l’opportunité ne se représenterait pas de sitôt… Il fallait faire durer cet instant. Je serrai son buste contre le mien. Mon menton sur son épaule, je glissai ma main le long de ses bras (sa peau était douce comme son cuir, sans un poil, pas même un simple duvet) entrecroisant finalement mes doigts aux siens. Le contact de ses bagues sous mes phalanges me fit frissonner.

  Je faufilai sa main dans mon pantalon (il fallait qu’elle sente, qu’elle sente comme elle me rendait fou, comme son corps me rendait fou). Ses doigts frôlaient ma verge, je les refermai dessus, exécutant de brefs et lents (très lents) va-et-vient. N’y tenant plus, je remontai sa jupe et arrachai ses collants comme je pus (dans les films, ça fonctionne bien, moi, j’ai dû y mettre les deux mains, et les dents) et d’un mouvement de doigts écartai sa culotte pour me blottir dans son antre. Elle était sèche, aride même. Je n’arrivais à rien. Tant pis pour les préliminaires, je crachai dans mes mains et me saisis de ma grandiose érection que je tapissai de ma salive. Avec force je m’insérai en elle, malgré ses cuisses raides qui me rejetaient. Aussi froide dedans que dehors. Je vins malgré tout en quelques minutes. Mon plaisir n'avait jamais encore été si dense, si profond, si... saisissant.

  À nouveau je me blottis dans ses bras, transi. J’avais envie de l’embrasser, de glisser ma langue contre son palais, et mes doigts dans ses cheveux, de perdre mon regard dans le sien… C’était tellement dommage de ne pas avoir trouvé sa tête ! 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Dldler
Entre souvenirs et avenirs…
4
3
4
7
JAC LYNN


Je m’extirpe doucement de ma mélancolie et de mon club de cuir fauve. Mon fauteuil, je l’emmène. Certes il m'a fallu batailler mais j'ai tenu bon du haut de mes cent trente ans, jugement et fringance ne me faisant guère défaut. La Commission Européenne Sociale a dû faire avec: je partirais assis dans ce vénérable siège pour ma sénior-sphère. J'y ai obtenu une place tout près d’une Zoo-bulle abritant des espèces animales rescapées d’Afrique. Verrais-je pour autant plus souvent mon arrière-arrière-arrière descendance?
Sigismond secoue le doute, pousse son carnet pour caler la petite amphore de porphyre que ses mains cramponnent sur ses genoux. Puis son regard s’accroche à l’éditorial qui s’affiche en images sur le mur de son container: la Tour Eiffel pointe son ossature de métal sur la crête des vagues. Les dômes de Montmartre et des Invalides, deux seins à l’agonie ballotés sur une onde déchaînée…s’y entrechoquent des pans de verre, Montparnasse a explosé! Une voix nasillarde commente :
"-Dans les égouts et les stations de métro, les parisiens se sont organisés, les antennes du Secours Planétaire se sont mobilisées. La Russie moins touchée a dépêché trois sous-marins. Des sondes ascenseurs assurent les navettes à la surface, une plateforme fonctionne nuit et jour pour recycler l’eau de mer en eau potable."
Le reportage s’engouffre ensuite dans une autre tourmente :
"-Les termites et le sida ont dévoré l’Afrique tout autant que la faim. L’océan l’a submergée pour partie, gommant sa corne et son crâne de rhinocéros, naufrageant ainsi bon nombre d’ethnies. Les Pelotons de Lutte contre l’Immigration ont déserté leurs barges de surveillance pour renforcer l’effectif des cyber-stations postées vers la Russie. Dans les déserts africains on a stocké les derniers A380 vendus aux enchères pour fabriquer des navettes privées. La fonte brutale de l’Arctique a déchaîné un tsunami dévastateur pour l’enclave méditerranéenne, balayant les états du Maghreb. Le blog international a confirmé l’éradication d’Al-Qaïda dans le cataclysme."
Sigismond claque des doigts et le mur se tait…il continue d'écrire.
7
18
0
9
Défi
Jérôme S

 La couleur dont je veux vous parler est très commune. Elle fait à la fois l'horreur dans  certaine situation que la joliesse ,la surprise de se retrouver là ou l'on ne doit point être . La pudeur à sa couleur comme la colère ou la peur.  Elle s'adapte au visage de l'homme selon ses émotions et ses humeurs et ses efforts. La linguistique nous a appris un code quasiment universel pour toute forme de langage . La couleur dont j'aimerais vous parler aujourd'hui est celle de l'éveil sensoriel, mais aussi celui de l'interdit. Pourtant et c'est ce qui est le plus remarquable c 'est aussi celui de l' honneur.
Je suis le Suis le Dieu Seth Egyptien, et phénix je sais renaître de mes cendres... Je porte en moi la dite couleur en permanence et j'entend bien la conserver.
Ah?mais! la splendeur des coquelicots, d'une belle de nuit, d'un camélia!
Je suis la couleur préféré du cardinale Richelieu. Qui suis je? 
 
3
2
3
1

Vous aimez lire 6_LN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0