L’autre banc public

2 minutes de lecture

Ils se retrouvent à la terrasse d’un café pour partager le verre de l’amitié,

Trinquer aux retrouvailles comme à l’été.

De temps à autre, ils se rencontrent, comme ça,

ils n’y voient rien contre, à ce nouveau plaisir-là

Évoquer les souvenirs, bons

comme les autres plus cons

Mais qui continuent de sentir bons.

Ils parlent des enfants, des gens,

Des monuments, du parlement,

Des grands, abusivement.

Comme souvent, ils reviennent aux amants

De l’ancien temps, se plaisant et se taquinant

À la commémoration de leurs élans.

C’est l’été, il fait chaud. Ils se donnent chaud,

Évitant de croiser leurs regards, par des doux mots,

Évitant de s’effleurer par des allusions en visio.

Ils se remémorent la danse de leurs corps

Qu’ils voudraient encore. Mais la raison ignore

Ces ébats adultères qui étaient leur fort.

Puis la raison revient.

Mais l’alcool a déteint

Dans leurs esprits sains.

Ils prolongent la soirée

Par un repas salé

Avec cette envie sucrée.

Il lui dit être dur

À l’écouter parler futur

Elle s’étonne de cette bosselure.

Il avoue penser souvent

À elle au bout de son gland

Emporté par le vent.

Elle ne veut raviver

Ni rallumer

Il faut le calmer.

L’air commence à être frais.

Ils décident d’aller à pieds

Mais ont du mal à se quitter.

Elle l’accompagne

Vers la campagne

Après les lasagnes.

Dans la nuit noire, leur trajet

Revient sur le sujet

De son rejet.

Sur le mélange charnel

Qu’ils se rappellent

Mais qui était sans appel

Le blessant face à sa femme

Le laissant dans les flammes

De l’adultère avec deux femmes

Pour autant leurs débats deviennent plus coquins

Il en profite pour malaxer son sein

Elle lui saisit la main.

Dans les rues désertes ils se lancent

Un défi fou qui a du sens

Et les met en transe.

Un regard dans le blanc des yeux

La tentation d’être à deux

Mais ça ne se peut.

Poursuite avec des thèmes plus sérieux,

Dans la pénombre des regards malicieux.

Ils sont chanceux,

D’avoir maintenu ce lien indescriptible,

Parfaitement indestructible,

Indéfectible.

Ils s’amusent et rient

Racontant leurs âneries

Sans tromperie.

Il fait chaud à marcher

Un banc pour se poser

À la fraîcheur d’un pré.

Elle pose sa tête sur son épaule.

Il s’auto contrôle.

Mais il a la gaule.

Elle pose sa main sur sa cuisse.

Il se sent de nouveau complice.

Et glisse un doigt dans son entre-cuisse.

Elle ne peut s’empêcher avec ce type

De vouloir lui faire une pipe

Ils forment une équipe

Seuls au monde

Sa bouche il inonde

D’une substance immonde

Il faut le dire

Ce goût loin de l’élixir

Qui fait raccourcir.

Le stress du lieu

L’interdit a eu lieu

Ils sont à mille lieux

Se ressaisir

Ne pas faillir

Juste du plaisir

La distance reste de mise

Ils se font la bise

Chacun retournant sur sa banquise.

Avec le souvenir de ce banc

Celui où les hommes blancs

L’avaient emmenée en sang

Après la mise en sang

De ces veines en rang

Pour la perte de cet amant

Trois ans plus tôt

Après une rencontre de trop

Qui a viré au chaos

Rêve ou réalité ? Réalité ou fantasme ? À faire ou à refaire ?

Annotations

Vous aimez lire Justine For All ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0