Le dimanche matin

2 minutes de lecture

Dimanche matin. 9 heures.

La pénombre de la chambre laisse quand même deviner le soleil et le ciel bleu. Le printemps arrive, ça fait du bien au moral. Le printemps est toujours annonciateur de nouveautés et de bonnes choses sous les jupes courtes ...

Mais le printemps aurait-il déjà commencé à fleurir en moi ?

Mon intimité florale est immergée dans cette sublime substance à orgasmes. J’étais seule hier soir comme cette nuit. Aurais-je rêvé un peu trop ? Au point de me fabriquer cette pâte soyeuse d’excitation.

Je reste sur le dos à caresser mes objets de tentation : mes seins gonflent sous mes mains et mes tétons durcissent à vue d’œil.

Ma main glisse sur mon ventre que je contracte tout en enfonçant mes fesses sur le lit ... qui se demande si les hommes existent encore à force de m’y accueillir seule tous les soirs.

Mais je veux découvrir mon corps, lentement ma main se pose sur mon pubis. Jambes écartées, mes doigts et ma paume restent à la surface, lisse, en détaillant les contours des grosses lèvres mais en taquinant l’orifice clitoral.

Je goûte avec ma langue un de mes doigts avant de le remettre en place pour qu’il m’excite avec ses 4 autres camarades. La chaleur de ma main, la légèreté de mes caresses, des seins gonflés d’envie ... tous les indices sont présents pour que je passe un bon moment.

Je joue avec ce clito et mes grandes lèvres avant de détailler mes petites lèvres. Le souvenir d’une bouche aspirante, d’une langue chercheuse me procure une sensation humidifiée et agréable.

Mon seul doigt majeur ne tient plus à l’extérieur et s’engouffre à l’intérieur, au chaud. Mais il sait où se rendre pour transformer ce hammam en piscine. Il déclenche l’alarme incendie en appuyant sur le point G (celui même que certains cherchent peut-être encore). Une fois enclenché, est générée automatiquement un afflux de mouille vaginale que je ne cesse d’activer pour tarir la source.

Je sors rapidement mon doigt pour le porter à ma bouche. J’avale tout. Je comprends à cet instant pourquoi les hommes restent longtemps la tête coincée là entre mes cuisses.

Il ne faut pas longtemps pour que ma source à orgasmes ait une telle production que le lit commence à être inondé, que mon petit orifice qui n’a rien demandé, se retrouve noyé à son entrée ...

Ah que c’était bon quand mes mains étaient les tiennes.

Ah que ce sera bon quand tes mains seront miennes.

La sensation de flottement et de flottaison pleine de mouille à attendre que tu viennes à moi pour calmer cette excitation que nous devrions partager ... est presque parfaite. Tous les souvenirs rejaillissent et malgré tout finissent peu à peu par s’estomper... les sensations procurées par mes propres mains ne seront jamais identiques et si intenses que celles ressenties sous des mains masculines et encore moins s’il entreprend la fouille spéléologique. Avec des merveilles à découvrir à chaque passage en surface comme en profondeur. Des merveilles qui en déclenchent d’autres. La magie féminine.

Rêve ou réalité ? Réalité ou fantasme ? A faire ou à refaire ?

Le drap du lit sait ... et bientôt la machine à laver.

Annotations

Vous aimez lire Justine For All ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0