Les retrouvailles

2 minutes de lecture

Tu la retrouves au coin de la rue, à 100 mètres de son nouvel appartement.

Cinquième étage sans ascenseur. Sous la porte cochère, tu as déjà envie de l’embrasser mais un couple de voisins sort à ce moment-là.

Vous empruntez l’escalier, elle passe devant comme pour t'exciter et te mettre la tête à la hauteur de ses fesses ou de ses jambes. Au fur et à mesure que les marches sont montées, tu réduis la distance. Tu vas la baiser là sur le palier du premier étage. Il y a trop longtemps que tu attendais ce moment. Tout l’été sans vous voir.

Premier étage, tu la retiens par le bras et l’attires à toi. Tu l’embrases, elle t’embrasse. Tout n’est qu’envie. Tu tentes de soulever sa robe mais elle a déjà gravi trois marches.

Tu la laisses monter pour voir si elle va t’attendre. Deuxième palier. Personne. La garce c’est pourtant excitant ici, discrètement et un semblant de publiquement.

Troisième étage tu es essoufflé mais elle n’est pas là. Bizarre tu ne l’entends plus dans l’escalier tu pensais qu’elle ... oui elle est là, collée à toi, dans tes bras la main sur ton pantalon de costume.

Tu la laisses te caresser, entrer sa main par la braguette et la laisser découvrir que tu sais aussi faire comme elle : une surprise sans sous-vêtements.

Elle apprécie le geste mêlant sa langue à la tienne tout en te tripotant.

La garce, elle va te faire jouir trop vite.

Tu joues son petit jeu et grimpes les escaliers ... arrivé au cinquième tu es pris à ton propre piège, car tu ne sais où aller.

Elle t’indique que c’est la porte au fond du couloir ... tu la suis de très près, l’arrêtant pour lui embrasser le cou, là, juste là où normalement elle a un orgasme.

Et malgré les semaines passées, ce baiser a toujours le même effet. Elle est sublime quand elle ne peut gémir par peur de déranger les voisins.

Elle fouille son sac pour trouver les clés et ainsi vous permettre de passer un long moment ensemble.

Pendant ce temps, tu cherches à la fouiller mais elle, pour une fois, te surprend en portant une culotte. Ça t’apprendra à lui avoir dit que tu kiffais les culottes plutôt que les strings. Elle t’a donné l’habitude de ne pas porter de sous-vêtements.

Enfin isolés. La porte est à peine fermée que tu la plaques contre le mur, baisses sa culotte en même temps que tu te baisses et la lèches. Ses mains sur ta tête, ses gloussements, sa mouille ... tout pour t’inciter à continuer.

Rêve ou réalité ? Réalité ou fantasme ? À faire ou à refaire ?

Le plus intéressant est de continuer.

Annotations

Vous aimez lire Justine For All ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0