L'amie de Montmartre

4 minutes de lecture

Ils avaient rendez-vous pour une première rencontre, en terrasse discrète, près de la Gare du Nord ...

Ils avaient juste échangé des photos de leur bouille la veille au soir ... 24 heures après, ils étaient donc face à face à se noyer dans les yeux l’un de l’autre, après deux bises rapides. Elle avait faim, n’ayant pas pris le temps de déjeuner le midi … D’ailleurs avait-elle pris une pause ? Non pour pouvoir être à l’heure au rendez-vous imprévu, voire improvisé à la hâte. Mais le bar n’avait que des panacottas aux fruits rouges, donc ce fut deux bières. Le houblon, ça nourrit un peu non ?

Après des échanges sur leur vie professionnelle car plus ou moins la même, il propose de bouger et l’emmène dans le métro parisien, bondé à cette heure-ci ... Ils sont très proches, il lui dit « je m’excuse par avance pour le côté absolument pas romantique mais ... » et ne termine pas sa phrase pour l’embrasser à pleine bouche ... ce premier baiser dure 1000 ans avec ses mains sur ses fesses, et des jeux de langues déjà passionnés.

Arrêt du métro et direction le quartier parisien le plus touristique ... à se promener main dans la main, s’arrêter tous les 10 mètres pour des baisers de plus en plus enflammés. Deux quadras qui se comportent comme des ados. C’est ça la crise de la quarantaine ?

Ils se posent sur un banc et s’embrassent avec fougue, se touchent un peu plus que les mains ...

Il est déjà l’heure de repartir, ils croisent des collègues à elle dans le métro mais ils l’avaient anticipé en se tenant à l’écart … ou plutôt moins collés serrés que sur le banc public. Elle saute son train en l’embrassant furtivement... les échanges de SMS durent toute la soirée, ils sont divins, fougueux, sans équivoque et se concluent par la programmation du rendez-vous suivant ... au lendemain matin, 8h30, chez lui ... elle sait où il habite car va régulièrement dans sa rue en clientèle.

La nuit passe vite. Ils se retrouvent chez lui. Tout est doux et précautionneux... il la déshabille lentement tout en l’embrassant sur la bouche, dans le cou, les seins ... elle fait de même ... il lui propose de s’asseoir sur le lit et continue de la déshabiller lentement tout en la caressant ... il est encore en pantalon mais son érection est déjà perceptible ... elle le caresse pour susciter encore plus son envie, leurs envies ... il l’allonge pour mieux découvrir son entrejambe, rasée intégralement... sa bouche et sa langue sont divines (curieusement il n’y met pas beaucoup les doigts), elle a déjà un orgasme... il la pénètre doucement mais intensément et lui prend les deux mains en la regardant droit dans les yeux qu’elle ferme pour mieux mémoriser ce moment unique ... il lui change les jambes de position tout en restant en elle ... il fait chaud dedans, dehors, dans leurs corps mais ils sont bien... sans jamais que leurs sexes ne se séparent, elle se retrouve sur le ventre, jambes serrées ... leurs corps ont vite trouvé le même rythme, les va-et-vient sont plus ou moins intenses ... mais toujours en osmose, en harmonie... elle gémit, voire crie de plaisir, lui n’émet pas de son mais même le dos tourné, elle perçoit son plaisir ... qui s’intensifie peu à peu jusqu’à ce que tous les deux soient au summum du plaisir et qu’il déverse sa sève en elle, profondément et intensément... il s’allonge sur elle, l’embrasse dans le cou, sur la joue cherchant sa bouche ... puis leurs deux corps basculent sur le côté pour qu’elle se retrouve lovée dans ses bras sentant son corps bouillant contre le sien. Une pause tendresse pour retrouver leurs esprits, leur rythme cardiaque et se parler de tout et rien ... elle se tourne vers lui pour mieux lui happer la bouche et y mêler leurs langues. Ils sont bien mais ils savent aussi que le temps est compté : il a une réunion en visio à 10h30. Ils se mettent à la fenêtre pour partager une cigarette. Il en profite pour commenter les différents bâtiments et monuments vus ou perçus depuis cette fenêtre. Ils sont encore nus, collés l’un à l’autre... prennent une autre cigarette. Il reste peu de temps mais l’envie est là de faire à nouveau l’amour plus brutalement, plus sauvagement mais cela reste agréable pour eux deux et le plaisir et la jouissance sont intacts, comme la première fois ... la douche lui est douce car elle se savonne avec son odeur, dont elle s’était imprégnée la veille, et qu’elle gardera toute la journée.

Elle part le corps léger sans vouloir ouvrir son cœur car c’est dangereux à ce stade, elle le sait mais elle sait aussi qu’il est différent, lui... différent des sexfriends accumulés depuis quelques temps. Différent de son unique amant amour mais elle se sent bien avec lui et a hâte du prochain rendez-vous quelques jours plus tard pour une nuit complète qu’ils passeront ensemble à l’hôtel dans leur quartier !

Elle a oublié son briquet chez lui, en a acheté un autre et n’a plus fonctionné le jour où ils se rencontraient pour la Xème fois (il y en a eu tellement qu’elle ne les a pas comptées les rencontres) mais c’était un signe : le soir même, il était juste venu pour rompre cette idylle.

Rêve ou réalité ? Réalité ou fantasme ? A faire ou à refaire ?

Montmartre, magnifique quartier parisien :-)

Annotations

Vous aimez lire Justine For All ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0