L'homme de l'ombre

4 minutes de lecture

Ta demande est claire : une rencontre à l’hôtel sans rencontre préalable.

Les échanges écrits sont puissamment excitants : elle se laisse convaincre par l’idée car finalement on n’a qu’une vie.

Elle a rendez-vous dans un hôtel proche de chez elle, qu’elle connaît pour y manger fréquemment. Mais là elle doit y entrer discrètement. Elle passe par le parking et monte directement au deuxième étage.

La porte est entrouverte.

Tu l’attendais et elle est pile à l’heure.

Tu as volontairement éteint toutes les lumières Sauf celles de la salle de bain. La porte étant fermée, seul un rai de lumière passe.

Elle te cherche malgré tout. Tu es derrière le rideau attendant qu’elle se change dans la salle de bains.

Tu devines qu’elle se déshabille. Tu prêtes attention aux moindres bruits. Tu entends ses vêtements tomber au sol un à un. La douche coule : tu imagines son corps nu sous l’afflux d’eau chaude.

Elle est rapide, elle est sûrement en train d’enrouler la serviette autour de ses seins. Comment sont-ils ? Elle t’a dit qu’elle les aimait donc ils doivent être beaux à regarder. Tu as hâte de la découvrir.

Tu restes bien caché derrière le rideau à regarder dehors.

Tu perçois la lumière de la salle de bains pénétrer la chambre. Tu vas bientôt pouvoir sortir de ta cachette et la respirer, la sentir avec tes mains.

Elle bafouille quelque chose que tu t’empresses d’empêcher en posant ton doigt sur sa bouche.

Elle a enfreint une règle. Ça mérite sa première punition. Tu l’as fait s’agenouiller.

Et pousses sa tête à tes orteils. Elle comprend qu’elle doit te lécher. Tes fantasmes les plus fous se réalisent en une seule prise : une inconnue soumise que tu t’apprêtes bientôt à sodomiser. Mais avant cela elle te suce les orteils uns à uns provoquant chez toi une vive érection.

Elle reste agenouillée. Tu la guides pour qu’elle penche sa tête en avant et relève sa croupe.

D’un coup sec, sans ménagement, tu la pénètres par le petit trou. Elle hurle car ce n’était pas le scénario imaginé avec elle. Elle doit être surprise et ça doit faire mal n’ayant pas préparé le terrain ni avec les doigts ni avec un gode.

Mais après les cris de douleur viennent les gémissements de plaisir.

Elle ondule son bassin comme tu l’espérais comme tu le souhaitais ... elle est extrêmement jouissive cette nana. Ou n’est-ce juste que la situation ? Ces bruits t’excitent et te dérangent. Tu mets tes mains sur sa bouche comme pour la faire taire mais aussi pour avoir une prise sur elle et vous guider mutuellement.

La position est idéale le lubrifiant naturel agissant ... votre cadence est juste parfaite et elle te donne de grands coups de rein signifiant son plaisir t’en donnant encore plus ... tu sens ta sève monter ... tu vas jouir ... bientôt... tu jouis dans un râle unique mais fort en même temps qu’elle lâche des cris de bête tellement l’intensité du moment est forte.

Tu te retires et prononce ces seuls mots « c’était très bon. Tu peux partir. »

Elle se relève et se dirige vers la salle de bains. Tu restes à lui tourner le dos. Tu ne veux pas la voir. Tu n’as finalement pas touché la totalité de son corps.

Tu reprends place derrière le rideau pour la laisser partir librement.

Elle quitte la chambre mais tu restes à observer dehors. Est-ce elle que tu devines partir à pieds ? Oh mais même de loin elle est bandante ... tu lui mets immédiatement un message.

« Si tu le souhaites reviens, j’ai encore envie de toi. »

Tu la devines découvrir ton message. Elle s’arrête puis marche trois pas avant de se tourner vers l’hôtel. Zut elle a dû te voir.

Elle te répond « ok à la seule condition que tu m’attendes nu sur le lit allongé sur le dos. »

Par la fenêtre elle voit ton signe de tête. Elle revient sur ses pas, la porte de la chambre est entrouverte comme celle de la salle de bains vous laissant l’opportunité de vous voir malgré la pénombre. Elle n’enlève que ses chaussures et s’allonge directement sur toi, habillée.

Tu te demandes ce qu’elle va te faire ... si finalement elle n’avait pas apprécié le jeu précédent et venait se venger. Ton érection disparaît d’un coup avec cette idée dans la tête.

Mais elle t’embrasse avec une telle fougue et telle passion que tu pressens une autre fin. Elle se frotte à toi, ses vêtements frottés ainsi sur ta peau te font mal mais elle a un corps qui ne demande qu’à être dévêtu pour que tu profites de chacune de ses parcelles.

Tu cherches à la déshabiller tout en tentant de maîtriser ton gland, grossi et grossissant. Elle ne te laisse pas trop d’occasion d’arriver à tes fins : elle est déjà empalée sur toi, cambrée en arrière tout en déboutonnant son chemisier révélant ses seins.

Nus.

Ses va et vient sont puissants et son plaisir est communicatif. C’est une chienne cette nana. Elle sait y faire. Mais elle ignore que tu ne parviens jamais à jouir ainsi. Elle te fait mal tellement tu aimerais jouir, et elle parait tellement insatiable. Il faut que tu jouisses à tout prix ...

« Attends » dis-tu la faisant stopper net sans trop comprendre. Tu la repousses et lui laisses peu de répit pour la prendre en levrette. C’est rapide car tu jouis quasi immédiatement mais là encore très très très bon.

Puis vous vous allongez pour faire connaissance et rire de la situation que vous venez de vivre.

Car sans le savoir vous vous connaissez de longue date et le rendez-vous dans l’ombre était un risque à courir mais le risque des réseaux à ne pas dire toute la vérité en fait partie.

Vous refaites l’amour plusieurs fois dans la nuit car finalement elle reste là avec toi... et de nombreuses rencontres sont programmées à l’avenir car d’un temps de folie entre inconnus, une osmose sexuelle vient de naître ...

Rêve ou réalité ? Réalité ou fantasme ? A faire ou à refaire ?

À toi de le savoir.

Annotations

Vous aimez lire Justine For All ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0