Aller plus haut

Moins d'une minute de lecture

Le corps de cet homme ne produisait pas d'octréotide, l'hormone inhibitrice de croissance.

Il mourut à l'âge de quatre-vingts ans, d'hypoxie : l'oxygène était trop rare à six kilomètres d'altitude.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

ZuriTodoroki
J'ai décidé de me mettre au challenge de tous les pairings de NCT. WayV compris. J'ajouterais les nouveaux membres à chaque fois.
0
0
0
0
Aude Prmnt

Et si vivre c'était ce consumer : Psychologiquement, puis notre corps se réduirai en cendre, il n'y aurais plus rien pour le soutenir, plus de raisons pour qu'il reste debout, plus rien pour qu'il soit exhumé. Puisque vivre, c'est s'infliger des douleurs, de la souffrance. On vit sans même savoir pourquoi.
Vivre, doit être beau, on doit se sentir aimer et être aimé. On doit être heureux(se) et non l'inverse. On vit tous dans le pêché et la peur. Personne n'a la conscience tranquille. Alors, pourquoi se cacher ? Pourquoi s'en cacher ? Les préjugés sans doute. Si une personne fume, on va lui interdire, tout cela parce que c'est soit disant mauvais pour sa santé. On l'interdit sans même savoir pourquoi cette personne fume. Sans intérêt vous dites ?! Il y a un intérêt à tous les actes que l'on fait. Il y a des conséquences certes.
Lorsque l'on pense être amoureux cela se résume juste à être obstiné, lorsque l'on pense être heureux, c'est le contraire. Dans la vie, on meurt, petit à petit. On attend juste dans le doute notre mort. Peu importe où l'on va, notre passé nous rattrape.
Peu importe ce que l'on construit, dieu nous l’enlèvera. Ce tuer à construire une chose pour au final tout perdre un jour. C'est sa vivre. Envier autrui. Se demander chaque soir comment va se dérouler le lendemain. Tout cela dans la pauvreté de l'âme. Avoir des rêves qui ne se réaliseront point c'est comme croire en une chose ou une personne qui n'existe pas. Une perte de temps. Favoriser les riches et détruire les pauvres. Intéressant mais cruel à la fois. Que dire de ceux et celles qui croient en rien ni personne. Épanouit ?
Non, je ne pense pas, on se sentirait seul(e) au monde avouer. Et à tous ceux et celles qui croient en quelque chose ou quelqu'un. Avez-vous la conscience tranquille ? À raconter vos péchés à vous seul(e)s. Parce que oui je suis comme un nuage gris survolant le ciel, rendant le soleil disparu en attendant la tempête. L'orage qui donne envie de se cacher, la pluie qui donne envie de déprimer. Oui c'est tout moi. J'aime cela.
Comment ne pas aimer cette odeur de flottes ? On est tous incohérent dans ce que l'on fait et ce que l'on dit. Parce que vivre, c'est traître. Parce que parler c'est mentir. Parce que agir c'est soi-disant bien. Rien de tout cela n'est vrai. On a tous peur de quelque chose ou de quelqu'un et même pourquoi pas les deux tant qu'on y est. On est tous coupable d'une chose. Coupable d'un mal affranchi, coupable d'une blessure, d'une mort. Personne n'est victime. Alors, ne pleurait pas sur votre sort. Comme bien pire va se produire. Telle une épine d'une rose, celle-ci vous plantera sans raison, sans excuse, elle vous détruira. Si seulement tout cela n'était qu'un rêve. Mais eux font mal, à visualiser une personne, à l'approcher, sentir ces toucher, sans pour autant se réveiller, ils se transformeront en cauchemars.
En se réveillant, on aura une peur, la boule au ventre. Le soir même, on s'endormira plus tard que les jours auparavant. Violence physique et psychologique voulu ou non tels est méprisant n'est-ce pas. Abattre une personne sans défense, enlever une vie. On est plus nous-même après sa. Le mal nous ronge, mais il n'existe pas. Notre imagination sans doute nous joue des tours. Qu'il est malin celui-là avec ces airs de romantique, de joie. Au final même lui nous aura.
Le cerveau étant composé de 100 milliards de cellules nerveuses, je me demande même parfois si lui aussi ne serait pas à l'origine de notre mal-être, à vouloir tout contrôler en nous, notre corps, notre façon de penser, de voir, d'imaginer. Mille et une question, telle est ma vie. Ne soyez pas comme moi. Ne soyez pas pessimiste. C'est tellement dur à se l'avouer, à en parler. Mon âge fait que je ne devrais pas penser tout cela. Serait-ce de la discrimination. Ce n'est pas de ma faute bordel. Parfois je regrette même de vivre.
0
0
0
3
Math Gred
Après que le monde a été envahi par des êtres inconnus amenant l'homme à sa destruction, les derniers humains restant ont évolué et sont devenus capables de contrôler et développer leurs propres gènes pour survivre à cette menace constante.

Nous suivons l'aventure d'un jeune garçon solitaire, ne prenant rien au sérieux dans la vie, sauf les paroles de son grand-père, un vieil homme qu'il a rencontré inconscient dans la rue, il y a un an.
0
0
22
4

Vous aimez lire Caiuspupus ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0