[Le scénario] - De l'idée au sujet

3 minutes de lecture

On a vu que la première phase de conception d'une histoire passe par « l'idée ». L'idée pourrait se résumer à « de quoi ça parle ». Vous croisez un ami dans la rue, vous taillez le bout de gras cinq minutes au milieu du flux des passants et là il vous dit « putain, j'ai lu un truc excellent ! Ça s'appelle « machin-chouette au pays du houlala », tu as lu ?

- Non, de quoi ça parle ? »

A ce moment précis, la première définition de l'histoire que va vous donner votre ami, c'est « l'idée ».

- Bin écoute, c'est l'histoire d'un gars qui tombe dans un monde chelou plein de monstres qui veulent le choper et l'offrir en sacrifice à un dieu cannibale.

- Humm, intéressant, et il se passe quoi exactement ? »

Bonne question. Là, vous êtes toujours bousculés par les poussettes et les gars pressés avec leurs casques façon chignons de la princesse Léïa, votre ami n'a donc que peu de temps pour vous convaincre que cette perle de littérature post-moderne est faite pour vous. L'énoncé qui va suivre l'appât qu'il vous a tendu en exprimant « l'idée » s'appelle… le SUJET.

Le sujet

Le sujet est le développement de l'idée. Il s'agit d'un résumé de l'intrigue qui s'appuie sur quelques personnages principaux. Nous sommes toujours, à ce stade, dans la conception de notre histoire, on ne parle pas encore du récit.

Le sujet raconte l'histoire à quelqu'un qui ne la connaît pas, sans en dévoiler le dénouement (sans « spoiler » ;-)). Il met en place le canevas dans lequel l'histoire va pouvoir éclore dans toute sa complexité (ou pas).

Pourquoi rédiger l'idée et le sujet ?

Certains vont s'interroger sur l'intérêt de ces deux étapes (comme j'ai pu déjà le voir dans les échanges via les commentaires sur les billets précédents).

Il y en a deux :

1. Comme le dit l'adage, ce qui s'énonce clairement se conçoit simplement (ou l’inverse ;-P). En tant que racines de votre histoire, l'idée et le sujet vont vous servir tout du long de votre rédaction, comme bouées de sauvetage, chaque fois que vous vous laisserez entraîner loin de votre but. Chaque fois qu'une nouvelle idée (géniale bien sûr) fomentée par votre cerveau machiavélique en perpétuelle ébullition fera dévier votre plume et que vous ne saurez plus comment rassembler les morceaux, vous reviendrez à votre sujet et vous replacerez les choses dans leur contexte. Ce qui dépassera, vous le couperez (ça fait mal, mais c'est nécessaire : j'ai sabré plus de 150 pages de mon histoire « La changeline » après m'être laissé déborder par des intrigues secondaires sans rapport avec mon sujet). Les idées sont comme les bactéries : elles peuvent se reproduire très vite dans un environnement propice ;-). Il y en a des bonnes, qui aident l'histoire à s'épanouir, et des mauvaises, qui gangrènent le récit en le plombant de méandres inutiles.

2. Le sujet, c'est un peu le résumé qu'on vous demande de rédiger sur les plateformes d’écriture pour attirer le lecteur. C'est un objet de séduction qui permettra de développer le bouche à oreille et ferrer le poisson.

C'est aussi la première chose que vous demandera un éventuel éditeur : de quoi parle votre histoire ? Quel est le sujet ? Si vous n'êtes pas capable de répondre clairement à cette question, cela laisse supposer que vous ne maîtrisez pas votre histoire… et c'est probablement le cas.

Enfin, dernier point spécifique au travail en équipe (dans le cas de rédaction à plusieurs), le sujet permet de mettre tout le monde d'accord sur l'orientation à prendre.

Je vais encore me servir de mon roman en cours d'écriture comme d'un bon contre-exemple, car j'accumule les bourdes dans mon travail : après avoir zappé les deux premières étapes, je suis passé directement à la rédaction du synopsis, que j'ai dû abandonner en cours de route parce qu'il ne correspondait plus à ce que je voulais écrire au bout de quelques années. En l'absence de « sujet » clairement défini à l'origine, j'ai été incapable de reprendre la rédaction d'un nouveau synopsis, car je ne savais plus où j'allais. J'ai donc relancé une réflexion sur le sujet, dont j'ai changé trois ou quatre fois et sur lequel je ne suis toujours pas définitivement fixé. Du coup, je diffère la rédaction de mon nouveau synopsis et je continue d'écrire très lentement en me laissant porter par quelques idées à court terme.

Bon sujet, mauvais sujet ?

Inutile de s'obstiner à chercher LE sujet exceptionnel et ultra original. Une fois de plus, il n'y a pas de bon ou de mauvais sujet mais des bons ou des mauvais traitements du sujet. C'est dans le développement ultérieur, par le scénario et à travers le récit que le sujet pourra s'épanouir et révéler toute sa saveur.

Les « grands » sujets son universels. Le meilleur sujet pour un auteur est celui qui lui permettra de mettre en valeur son univers en y dégageant une structure dramatique de qualité.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Sirius Ciel
Adopté lors de l'atroce Nuit Rouge durant laquelle tout les vampires de Londres furent exterminés, Leroy a grandi dans une Église, caché de tous. Son passé reste brumeux, tout comme son enfance nocturne et ombragée.
Le jour où Leroy fait la connaissance d’Elizabeth, une jeune fille orpheline, les éléments de sa descente aux enfers se mettent doucement en place sur l'échiquier...

Tout comme son Père il y a neuf ans, le petit prince va devoir choisir un camps.

Mais saura-t-il surmonter les secrets de sa naissance ?
20
71
9
43
Défi
Sébastien Legrand
Ma réponse au défi.
10
12
2
1
Chocolat



"ET TU FERMERAS A CLEF EN PARTANT"
Ses parents aimaient lui hurler des choses à travers l'appart', au dernier moment, et toujours les mêmes. Vivement qu'il parte, même s'il les aimait beaucoup. Eh puis, comme s'il allait oublier de fermer à clef.
Mercredi dernier, il revenait de l’université assez tard et avait passé une journée lorsqu’il tourna trois fois la clef dans la porte. Ouf : ses parents ne sont pas chez lui. Il entre et referme derrière lui, pas à clef. Quelque chose l'intrigue. Le bouquet de roses dans l'entrée n'était pas disposé comme ça lorsqu'il est parti ce matin, et qu'il a fermé clef. Il était déplacé d'une manière que sa mère jamais n'aurait acceptée. Ni , d’ailleurs.
Il appelle ses parents : aucun n'est revenu pendant la journée. "Non pas aujourd'hui j'avais plein de rendez-vous au bureau, pourquoi ?”.
Il appelle Charles, l'homme de ménage. Il n'est pas passé aujourd'hui puisqu'on est jeudi. Charles suggère que peut-être est-ce un courant d'air ou le chat.
Gallieux se souvient bien avoir fermé les fenêtres en partant, comme ses parents lui disent à chaque fois, et avoir prêté le chat à la voisine, qui l'adore et vit toute seule.


Il vérifie les fenêtres : elles sont fermées. Pas une trace d'effraction. Le pot de fleurs est pourtant bel et bien déplacé, par opposition totale à la manie de sa mère qui s'efforce de placer chaque chose à sa place comme si les objets avaient une âme.
Soudain il sent une odeur spéciale. Comme de la putréfaction. Il se dirige vers la cuisine. Son coeur s'arrête net. "AH !!"
Une forme, allongée par terre. Une bête difforme sous des haillons noirs, de la taille d’un chat, du sang dégouline de tous les côtés, du sang frais là et du sang séché ici, une terrible envie de vomir le prend et sa vue devient floue puis la question émerge : Comment cette chose est-elle entrée ?
La porte était fermée.
Les fenêtres, fermées.
Personne n'est repassé par la maison.
Personne n'a les clefs de la maison, pas même la gardienne.
Même ses grands parents n'ont pas la clef.
Le noir. Sa bibliothèque. Gallieux se réveille en sueur. Il a rêvé qu'il avait oublié de fermer à clef en partant.

0
2
11
2

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0