Laissez-nous rêver ! Réflexions autour du scénario et de la construction du récit

2 minutes de lecture

"Laissez-nous rêver", cette phrase apparemment banale, lâchée par un de mes professeurs d'analyse filmique, me fit l'effet d'une supernova. Elle éclipsa le reste : le sens psychanalytique, la construction parfaite, la technique rodée, les paradigmes censés nous permettre d'écrire LE film parfait, celui qui déplacerait les foules et nous ferait monter les marches des festivals en remplissant nos poches de lingots... Gloire, pouvoir, argent, carrière, vie à 200 à l'heure, contraintes, angoisses... Tout cela balayé d'un simple revers de la main par une courte phrase, trois mots essentiels. Regardons-les de plus près pour mieux comprendre ce qu'ils nous racontent :

"Laissez", ça c'est un ordre. Mais à qui s'adresse-t-il ? A ceux qui ne veulent pas nous laisser vivre les choses comme on l'entend, pardi ! Comme c'est un ordre, il agit d'autorité, comme un rejet puissant, un cri du cœur.

"Nous", ça se précise. Qui c'est "nous" ? Nous, ce sont ceux qui poussent le même cri, bien sûr ;-) Ceux qui ne veulent pas qu'on leur dicte les choses. On sent derrière cette association comme une révolte adolescente contre un ordre établi.

"Rêver", là on touche au but et en même temps on ouvre la porte vers l'infini. Rêver est un mot qui peut s'écrire de la même façon dans tous les sens : à l'envers, à l'endroit... il n'a pas de sens préférentiel. Tout comme la matière des rêves. Il coule de droite à gauche, de gauche à droite, on ne peut pas le coincer ou l'arrêter. Il est l'essence même de l'évasion.

Aujourd'hui, des années plus tard, ces mots résonnent encore avec force dans mon esprit. Ils me disent : ne t'inquiète pas pour la technique, ne t'occupe pas de la mode, ne te laisse pas influencer par ce que la logique peut te dicter, ne laisse pas les autres te dire ce que tu dois raconter ou comment tu dois écrire, n'écoute que ce qui te porte. Laisse-toi rêver... et partage tes rêves.

Dans la suite de ces billets courts, je vais partager mon ressenti sur l'écriture : comment finalement le rêve se nourrit de certaines alchimies essentielles, parmi lesquelles figurent (paradoxalement) de la technique et de la matière grise, de la sueur, du doute et pas mal de volonté. Car il y a d'un côté l'imagination et de l'autre sa communication vers un lecteur : activité de destruction/reconstruction qui peut s'avérer fatale... ou magique. 

Passer du rêve au récit du rêve, voilà un énorme challenge.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Kanikatya
Pour celui que j'ai perdu.
5
10
23
2
Gueguette

Des branchages sont éclairés par un
réverbère,
Et moi je suis là et je rêve,
De tes baisers et mains expertes.

L'église est illuminée,
De toute beauté, et en pieusite,
Je te regarde flirter avec Morphée.

La chaleur envahie la voiture,
Le clairon sonne deux heures,
Avec toi je n'ai pas peur.

Les campagnols chassent et couinent,
Sur la banquette de la cyprine,
Sept degrés au dehors en cette nuit.

Tu dors et moi j'aime à ecrire,
Je te donne une caresse à l'echine,
L'église sonne, l'atmosphère est bonne.

.
Les feuilles bougent sous la lumière,
Le moteur tourne en boucle,
On est bien pas de doute.
1
0
0
0
Stéphane Lavenère


J’ai envie de baiser, grave, et gras. J’ai carrément la dalle !
Je prie pour qu’on me presse la pulpe et que ça couine des p’tits cris.
Je génère des fantasmes diaboliques qui renvoient les satyres s’embrouiller avec des jeux d’éveil.
Je suis l’aphrodisiaque de la luxure, la machine à orgasmer le chaland.
En deux coups de langue, j’ai retourné la face A et la face B jusqu’à Z.
J’en vois qui tombent du plafond. Ça s’arrose !

Ce n’est pas histoire de mettre les petits plats dans les grands, mais de manger à l’infini.
L’indice spectral d’un sourire post-coïtal. Je lis la vie dans la chair, je tourbillonne dans le présent, et c’est plus qu’une déflagration vaginale, c’est l’éruption des monts de la jouissance.
Mords-moi profond, si tu veux que j’arrête, mais je te prie de croire que ça m’excite.

De corps en corps, je joue la symphonie des amants avec maestria.
Je rends aveugle juste avec l’étincelle qui brille dans les yeux.
Je remue toute l’aura et glisse mes doigts dans l’âme.
Je palpe.
Je redresse la douceur et dresse la rage.
Je suis l’Accomplissement.
Mille petites morts à la seconde.
Tellement plus que ce que l’esprit peut imaginer.
Je déchire la septième voûte céleste et je transperce le paradis.
9
6
0
1

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0