[Dossier MedFan] Cheval mon ami

12 minutes de lecture

Aujourd'hui je me lance dans une série de billets sur les contextes sociaux, historiques, militaires et la vie telle qu’on peut la concevoir dans un monde médiéval teinté de fantastique.

L’idée m’en est venue en lisant divers textes dont l’action se situe dans des mondes fortement imprégnés de culture médiévale, textes qu’on pourrait ranger dans la catégorie « médiéval fantastique ». Cette catégorie peut d’ailleurs englober pas mal de récits tagués « fantasy », du moins s’en rapprocher suffisamment pour que mes billets restent valable dans tous les genres qui en découlent.

En quête de crédibilité

L’idée derrière tout ça, c’est d’échanger des connaissances sur des sujets qui touchent de près les backgrounds ou éléments qui émaillent les récits MedFan, rendent leurs univers crédibles ou au contraire, les décrédibilisent. Parmi tous ces sujets, qui peuvent aller de « mangeait-on dans une assiette au haut moyen-âge » en passant par « quel type d’armure portait un fantassin des royaumes occidentaux au début de la Renaissance », j’ai envie de commencer avec un thème qui me tient très à cœur : le cheval ! Vous allez voir que c’est un sujet vaste...

Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée

Dans la plupart de nos chers romans MedFan, on prend son cheval comme on démarre sa bagnole le matin, la goule enfarinée. La bête fringante est là, toujours prête, pétant la santé, piaffant de pouvoir à nouveau porter les tonnes d’armures, d’armes, de coffres et sacs de ravitaillement divers. Car, souvent, notre cheval combine à lui seul tous les avantages de la Porsche Carrera (rapidité, agilité, vivacité), du break familial (coffre immense) et de notre bonne vieille routière Citroën (fiabilité, faible consommation, autonomie quasi illimitée, facilité de stationnement).

Vu comme ça, on se demande pourquoi on a abandonné nos montures pour passer au moteur à explosion ! La Révolution Industrielle ne serait-elle qu’un leurre ? On nous aurait menti pour nous vendre du pétrole ?

Remettons en lumière quelques paramètres qui me paraissent importants (bien que souvent occultés dans nos romans) tant ces animaux, pourtant essentiels, sont traités comme des éléments quasi magiques, sans qu’on daigne leur accorder un seul paragraphe d’attention.

Qui veut voyager loin…

Ménage sa monture… ça peut paraître évident, mais qui tient compte de l’endurance d’un cheval ?

Combien de bornes peut-on parcourir sur le dos de son pur-sang fétiche avant de le crever sous l’effort ?

Un cheval, en tant qu’élément essentiel du voyage, ne doit pas être traité à la légère. Si on se réfère aux courses d’endurance organisées de nos jours, nos chers amis équins peuvent parcourir sans encombre jusqu’à 160 Km en une journée. MAIS, il faut tenir compte de paramètres propres à nuancer cette distance :

- Le cheval porte-t-il un ado de 45 kilos, bottes en caoutchouc incluses, ou un chevalier lourd avec armes et armure ?

- S’agit-il d’un pur-sang arabe ou d’un percheron ?

- L’animal est-il bien nourri, avec picotin et botte de foin, ou doit-il se débrouiller tout seul pour brouter les rares brins d’herbe qu’il pourra attraper dans la limite que la longe de son licol, accroché à un arbre, lui accorde ?

- L’équipage voyage-t-il sur des routes carrossables romaines ou doit-il traverser une région inhospitalière, faite de sentiers mal balisés, de chemins de traverse qui finissent en cul-de-sac dans des massifs forestiers grands comme la Bretagne ?

De mon expérience de randonneur à cheval, je peux dire qu’une monture bien entretenue, entraînée, bien nourrie, conduite par un cavalier léger, sans bagages, sur des chemins balisés et avec carte, boussole et guide, peut parcourir sans encombre 30 à 50 kilomètres, pépère, sans trop tuer l’arrière-train de son cavalier.

De là, je peux donc extrapoler que ce même cheval, portant un cavalier équipé pour la route (couverture, bardas, popotte, épée, maille, gourde, sac de nourriture) pourra effectuer à peu près le même trajet tant qu’il ne doit pas passer par un col enneigé, couvert de pierres et de nid de poules.

Au delà, je pense qu’on commence à entrer dans l’épreuve d’endurance. Et là, il va falloir penser à plein de choses. Si le cavalier porte plus de bagages (par exemple, parce qu’il va plus loin qu’un trajet d’une journée), plus d’eau, plus de nourriture, plus d’armes, alors le cheval va se fatiguer plus vite, il avancera plus lentement (moins de phases de trot / galop) et il récupérera moins bien. Il aura besoin, en outre, d’une nourriture plus consistante (du fourrage) que l’herbe trouvée en chemin. Il sera même souvent nécessaire de traîner un ou plusieurs chevaux de bât pour porter les équipements et l’avitaillement. Voilà qui va encore ralentir l’équipage…

Taille et poids des équidés

De nos jours, les chevaux de selle font entre 400 et 600 Kg pour une taille au garrot qui va de 1m40 à 1m80. Certains historiens estiment qu'au moyen-âge les chevaux, comme les hommes qui les montaient, étaient plus petits… entre 1m30 et 1m50. Peu d’informations ont filtré sur le « grand cheval » ou destrier, mais il semblerait qu’il ait été à peine un poil plus grand que les autres (d’où son nom ;-)). Les études semblent montrer qu’un destrier aurait pu mesurer entre 1m50 et 1m60 au garrot. Cependant, la plupart du temps durant le haut moyen-âge, les chevaux de guerre ne se différenciaient pas par la taille, mais par leur constitution. Il y a une bonne raison pour laquelle un grand cheval pouvait constituer un handicap : une fois au sol, le chevalier devait pouvoir remonter seul rapidement, en ne s’aidant que de ses étriers si son écuyer n’était pas à ses côtés. Au delà d’1m60, bonjour la galère, surtout si on est blessé !

Charge utile et capacité d’emport

Pour répondre à la question cruciale de la capacité du coffre de notre utilitaire, les chevaux peuvent porter environ 30 % de leur propre poids. Donc, si on part du principe que le cheval standard du guerrier solitaire pèse dans les 500 à 600 kg, cela nous donne une capacité de 150 à 180 kg de charge. Largement assez pour porter l’homme et son armure, plus quelques petites bricoles pas trop encombrantes.

Les chevaux de bât, plus robustes, permettent de porter de 230 à 270 kg.

Une petite pointe à 80 km/h pour se recoiffer ?

En réalité, un cheval de course lancé pleine balle avec un zigoto poids plume en position fœtale sur son dos va tout juste dépasser les 60 km/h (sur une ligne droite de gazon bien préparée). Plus communément, les chevaux de selle galopent à des vitesses qui tournent autours des 20-30 km/h, peuvent pousser à 50 km/h selon le terrain et leur entraînement, le poids de leur cavalier etc.

Voici un petit récap’ des vitesses normales sur sentier (par temps clair, vent dans le dos) :

- Pas : 5 à 7 km/h

- Trot : 14/15 km/h

- Galop : 20-30 km/h, jusqu’à 55 si plusieurs Nazguls vous courent après.

Il existe d’autres allures, plus rares car pas adaptées à tous les chevaux :

- Le tolt, allure non sautée (le cheval a toujours au moins un pied au sol), dont le mécanisme ressemble un peu au pas, mais qui permet à l'animal d'aller aussi vite qu'au galop en se fatiguant beaucoup moins (particularité des chevaux islandais).
- L'amble de course, plus rapide que le galop, mais très fatiguant.

Un cheval peut trotter pendant une heure sans risquer de fourbure. Ce n’est bien entendu pas le cas au galop...

La fourbure, quelle fourberie !

Un cheval poussé dans ses retranchements, qu’on hydrate mal après l’effort (ou eau trop glacée), qu’on ne sèche pas, qui a trop mangé de la bonne herbe grasse des pâturages de printemps, risque de finir à la boucherie après sa première sortie. La fourbure est une maladie qui touche le pied du cheval et peut le rendre inapte à la monte. Il s’agit d’une affection extrêmement douloureuse, qui risque d’amener le cheval à refuser d’avancer. Il sera généralement atteint aux antérieurs, mais pourrait même être touché aux postérieurs. Si cela arrive, votre héros peut dire au revoir à sa bête et continuer à pieds. Je gage que, dans ces conditions, il abandonnera bien vite une partie de son équipement ;-P

Sécurité routière

Avant l’avènement de l’automobile, la principale cause de mortalité sur les routes était… l’accident de cheval. L’équitation est une activité dangereuse. Parmi les causes principales de blessure et de décès, on trouve :

- La chute (à 30 km/h avec 25 kg de métal sur le dos, on a des courbatures le lendemain).

- L’écrasement : un cheval de selle, on l’a vu plus haut, c’est déjà entre 400 et 600 kg. Pour un destrier équipé on peut approcher de la tonne. Si le cheval culbute et roule sur lui-même avec un cavalier sur le dos… au revoir Président ! Un exemple historique : Guillaume le Conquérant. À l’époque les selles étaient de véritables fauteuils, avec un haut rebord devant (le pommeau) et derrière. Quand son cheval lui est tombé dessus, le pommeau de la selle lui a écrasé le ventre, déclenchant une hémorragie interne, conduisant à une mort lente et douloureuse…

- Le coup de sabot (j’ai assisté à une scène étant jeune : un cheval mécontent de se retrouver au box a fait exploser le mur de brique d’un coup de postérieur. Imaginez si quelqu’un s’était trouvé derrière… entre le mur et le cheval !).

Il existe d’autres situations qui peuvent se traduire par des blessures : choc avec un objet en pleine vitesse (branche d’arbre : j’en ai pris une un jour dans le casque, il y avait un trou de la taille d’une pièce de 10 centimes dans le plastique. Sans le casque, c’était dans mon crâne qu’on pouvait passer le petit doigt…), morsure (là, c’est bénin, surtout si on est couvert de maille ou de cuir bouilli ;-), mais une morsure à la main, ça peut faire des dégâts), prise de longe, pied bloqué à l’étrier et cavalier traîné derrière sa monture (fréquent chez les cavaliers débutants, plus rare si l’étrier est pourvu d’un système de sécurité ou protégé par une coque en bois ou en cuir, comme pour les selles western).

Les parties du corps les plus lésées en cas d’accident sont la tête (trauma crânien dans la plupart des cas), la colonne vertébrale, les épaules (luxation), les bras (fractures, entorses). De nos jours, sauver un accidenté peut encore se révéler délicat s’il est perdu en forêt, sans téléphone etc. Alors imaginez au moyen-âge !

La chute, si elle se traduit par un traumatisme, risque d’être fatale

Le cheval, un produit de luxe à usage spécifique

Eh non, tout le monde ne peut pas s’offrir une bête de course. Le cheval reste l’apanage des riches. Les paysans les mieux lotis peuvent en employer pour les travaux des champs, mais ça reste des cas rares avant la renaissance. L’emploi du cheval commence à se démocratiser à partir du XIIIè siècle.

Au moyen âge, les chevaux ne sont pas distingués par race mais par fonction :

- Destrier ou « chargeur », animal destiné à la guerre et entraîné au tumulte des batailles,

- Roncin (ou roussin), cheval le plus courant, employé (par exemple) par les écuyers ou les chevaliers les plus pauvres,

- Coursier (plus léger que le destrier mais malgré tout suffisamment puissant pour aller au combat),

- Palefroi (cheval de selle, monture des femmes, très apprécié par les nobles pour les cérémonies ou la chasse),

- Affrus (cheval de trait),

- Sommier (cheval de bât).

En dehors des destriers ou des chevaux entraînés (roncins, coursiers), inutile d’espérer lancer un cheval dans une mêlée d’armes. Les chevaux sont des animaux sensibles et facile à effrayer. Un bruit subit et la bête fait un écart (entraînant parfois son cavalier vers le sol, la tête la première). Le fracas des armes, les cris, l’odeur du sang : autant de choses qu’un cheval non entraîné essaiera de fuir par tous les moyens.

Un peu de coquetterie

Les chevaux de guerre, en tant qu’éléments essentiels de la vie du chevalier, étaient rarement sacrifiés bêtement dans les batailles. Ils étaient même souvent laissés à l’arrière pendant que le chevalier combattait à pieds… Toutefois, avec l’avènement de la cavalerie lourde et des charges de chevaliers, l’animal était souvent paré de quelques customisations protectrices du plus bel effet. Parmi elles, signalons la barde de cuir bouilli, rembourrée (plus employée que la barde de métal, lourde et pas forcément plus efficace, généralement réservée aux tournois), et le caparaçon, ensemble de tissus couvrant le cheval par dessus la barde. Ces éléments apparaissent aux environs du XIIème siècle.

Autre point essentiel de l’équipement du cheval : le fer. Son développement permet des voyages plus longs, en particulier dans les terres humides du Nord de l’Europe. Il est utile pour les campagnes militaires en terrains variés et, en assurant la protection et le soutien du pied du cheval, il améliore son efficacité. La perte d’un fer lors d’un voyage doit donc réclamer des soins de maréchalerie.

La selle : durant le haut Moyen Âge, elle ressemble à la selle romaine dite « à quatre cornes », utilisée sans étriers. Puis, le développement de l’arçon rigide sécurise le cavalier et permet de mieux répartir le poids sur le dos du cheval, le soulageant considérablement.

Par la suite, la haute selle de guerre devient plus commune, élevant le troussequin pour former un véritable siège. À ce sujet, je dois préciser que les selles de monte en amazone ne deviennent efficaces qu’au XIXème siècle. Jusqu’alors, les femmes montent donc à califourchon, comme les hommes… (je sais, j’ai collé une scène où une femme monte en amazone dans mon roman, je trouvais que ça faisait classe… honte sur moi :-/).

La charge

Un peu de méthodo maintenant. Petit exemple de charge :

Arrivé en vue de l’adversaire, le chevalier descend de son roncin et enfourche son destrier. Puis il pique des deux et lance sa monture au trot. Arrivé à environ 30 mètres, il lance le galop. Plusieurs raisons à cela : le cheval est alourdi par l’armure et le cavalier, plus il se lance tard, plus il a de chances d’arriver à pleine vitesse. Grâce à la selle renforcée et aux étriers, le chevalier peut poser sa lance sur le troussequin et maximiser la puissance de l’impact. Le cheval et l’homme ne font plus qu’un, le choc est donc d’une rare violence. Toutefois, le but de la charge n’est pas toujours de tuer l’adversaire. S’il s’agit d’un cavalier en face, le but devient de le démonter (d’où l’expression désormais célèbre et commune : « j’vais t’démonter »). Un chevalier capturé vivant représente plus d’argent que mort. Son cheval est une prise de guerre très recherchée.

Garçon, l’addition siou plait !

Le prix d’un destrier est généralement de sept à sept cent fois supérieur à celui d’un cheval ordinaire. Le roi Venceslas II de Bohême possédait un cheval « évalué à un millier de Marks » (fin XIIIème). Un document du XIIIè siècle mentionne qu’un châtelain français ne peut pas dépenser plus d’une vingtaine de marks pour un roncin. Les chevaliers possèdent au moins un cheval de bataille, un cheval de selle et un de bât, quelques sources de la fin du Moyen Âge mentionnent que des chevaliers montent vingt-quatre chevaux différents sur une campagne, mais cinq chevaux est sans doute la moyenne.

En raison de leur prix, les chevaux attirent les convoitises. Les marchands de chevaux comptent alors parmi les hommes d’affaires les plus riches.

Pour vous donner une idée de prix au moyen-âge, un cheval standard coûtait le prix de 4 à 5 bœufs, tandis qu’une monture plus évoluée pouvait coûter plusieurs hectares de terre. En Angleterre, au milieu du XIIIème siècle, un cheval de guerre coûte 80 livres (c’est le prix d’un bâtiment), quand un bon cheval de monte coûte 10 livres et un cheval de trait 10 à 20 sous.

En selle !

Ce petit topo ne serait pas complet sans une remarque d’ordre scénaristique. Le cheval, on l’a vu, est un élément important de la vie médiévale. Il devrait donc l’être aussi dans un récit MedFan. Les exemples d’auteurs qui en ont pris la mesure sont nombreux, à commencer par le Maître himself, J. R. R. T., qui a créé nombre de montures attachantes, de Grispoil à Bill le poney en passant par les terrifiantes montures des Nazguls. Je ne connais pas de cavalier qui n’ait noué de lien d’empathie ou d’affection avec son cheval, même s’il ne lui appartient pas. Ce lien devrait donc logiquement apparaître dans nos histoires, un minimum (ne serait-ce que dans les soins apportés aux chevaux à l’issue d’un long périple).

Pensez aussi à rester crédibles : le cheval est un animal doté d’un minimum de sens de conservation. Ce n’est pas parce que son cavalier lui demande de sauter du haut d’une cascade qu’il le fera. Le plus probable, c’est qu’il s’arrangera pour que son cavalier saute tout seul...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

naisa

Il faut croire que je ne mérite pas vraiment d'être heureuse
Aujourd'hui j'ai essayé j'ai fait de mon mieux mais ça n'a pas marché
Je suis sortie prendre l'air pour essayer d'oublier mais
Quand je suis revenue à la maison tout est redevenu comme avant
Elle n'arrête pas de me rattraper
Et je ne peux rien faire
J'ai essayé d'être heureuse aujourd'hui mais ça n'a pas marché.
18
74
17
0
Leptotenes

Bonjour toi,
Attends ne part pas !
On ne se connait même pas,
Pourtant tu ne veux pas de moi.
Je ne suis pas encore installé,
Et déjà tu veux me rejeter.
Tu as vu l'âge que tu as ?
Plus personne ne s'intéresse à toi !
Laisse moi te tenir compagnie !
Permet moi de devenir ton meilleur ami.
Fait moi une place dans ton coeur,
et cela jusqu'à ce que tu meurs.
Je sais que dans ta tête,
Ce n'est pas tous les jours la fête.
Alors laisse moi une place dans ton esprit,
et je ferai tout pour que tu oublis.
Je serai ton meilleur compagnon,
lorsque le temps te paraîtra long.
Je te serai dévoué,
pour que le temps de semble écourté.
Je sais que tu te sens coupable,
Et que tes problèmes te semblent insurmontables,
Laisse moi faire en sorte que tu oublie,
toute cette tristesse de ta vie.
Arrête ! Qu'es que tu fais ?
Tu essaie de me chasser ?
Moi qui ai toujours fait de mon mieux,
Pour que tu te sente mieux !
Tu ne te débarrassera pas de moi !
Nous en sommes au stade trois !
Je me présente, je m'appelle Cancer,
Et je viens de foutre ta vie en l'air.
6
6
22
1
Néoplasme


A : Mais qu’est-ce que je fais la ? Je te retient toi ! La prochaine fois que tu me sort que tu a une idée de génie je te brise le cou !
B : Calme ! Comment tu voulais que je sache que ça allait finir comme ça ? On m’a juste dit que ça allait être une fête sympa et…
A : Tu as accepter tête baissé évidement ! Rien dans le crâne ce type !
B : Bon je reconnais que c’est ma faute, j’aurais du deviner qu’on allait se faire kidnapper par un violeur homosexuelle fan de rap qui nos demande de lui pondre un bon rap en moins de 30 min en échange de notre liberté et de la virginité de nos anus. Mais quel idiot je suis , c’est un fléau qui sévit dans le monde entier de nos jour. Pourquoi on n’en parle pas a la télé ? Tout le monde parle d’attentat etc mais personne des violeur homosexuelle fan de rap ! Et je peux t’assurer …
A : Ta grand-mère si tu continue à te foutre de ma gueule je te jure que c’est pas lui qui va prendre ta fleur anal mais mon bras !
B : … qu’une fois sortie je ferais la lumière sur ses tristes évènements
A remonte ses manches.
C : LE délai de 30 min est passé, j’écoute.
A : MAIS VOUS VOULEZ FAIRE QUOI EN 30 MIN??!!!!! C’EST PAS ASSEZ LONG !!!!
C : Tu va faire connaissance avec quelque chose de suffisamment long si ta prestation me satisfait pas.
B : Mais non non non non. On va y aller vous allez voir ! Allez mec, comme on dit , c’est sous pression qu’on travaille le mieux
A : Une fois sortie d’ici je t’offre un passage chez le dentiste « mon poing ».
B se racle la gorge…
B : Je sens que les temps sont dur
Pour toi comme pour moi
Mais je t’en pris assure
Et fais de nous des rois.
Mes rimes sont courtes
Mais tranchantes
Jusque dans les yourtes
On les chantes
Je vais faire pleuvoir sur toi
Un déluge de rimes
Qui va te rendre muet comme un mime
Durant des mois
Si tu sens le feu brûler sous tes pieds
C’est que j’ai brûler le parquet
Et ta sœur, ta père et ton hamster
Mais pas ta mère
Un peu de respect
Je suis peut être un gangster
Mais pas un enculer
Tu va crier au paradoxe
Moi je vais te faire pleurer
J’ai le flow dans le sang
Et plein d’autre truc
on dit que je suis méchant
Mais je tue pas pour un tuc
Alors accroche toi a ton siège
et retient ton pantalon
Je sors les armes de siège
Et je t’élargis le fion
Et ouais je parle de cul de fesse de bite
Mais uniquement sur un bon beat
Je t’aurais prévenu
à bon entendeur bon entendu
Aujourd’hui c’est au tour de B
Qui tente d’éviter la sodomie
Je reconnais que mes rimes sont pauvre
et mon lexique anorexique
Ma grammaire la pauvre
Seul ma syntaxe et lyrique
Je passe la micro au roi de la poésie
Celui qui va te rappeler que rap sa veut dire rythme and poetry
A soupire et se lance
Je soupire, je murmure et je n’emmure dans le silence
Si je fais sa aujourd’hui c’est pour éviter la potence
Je tient a preserver la fleur de mon postérieur
De toute menace extérieur
Je me sens héros de compte de fée
Perdu, bourrée kidnappé et sur le point d’Être mangé
Tout le monde comprendra donc mon envie de filer
Mais comment a l’anglaise , a la française a la turc ?
J’en ai aucune putain d’idée mais je sais que je veux éviter de me faire enfilée
Mais le truc c’est que je suis paumé, comme quand j’ai apris que le kebab n’était pas turc
Ce genre de situation qui te font réfléchir sur ta vie
Est-ce légale 3euros le mcflurry ?
Mais je peux m’étaler sur plusieurs question philosophique ou politique
Sa n’empêche pas qu’un vieux barbu veuille me faire jouer de sa trique
Le fils de … poutre qui ma emmener boire avec lui
Il ma fait regretter d’avoir quitter mon lit
Je ne suis pas musicien alors pour quoi me donner une flûte ?
A part cracher dessus et soufler dedans je vois pas quoi faire
Pour les gens a l’esprit pervers, je ne suis pas une pute
Mais il n’empêche que de temps en temps, quand les fleurs prospère
J’aime me balader dans les pré a la michel fournirer
Écarter deux trois buisson et voir ce que la nature me fournirait.
Mais je n’aurais jamais imaginer être fourni un jour
Si c’est pour finir comme sa je n’aurais pas du découvrir l’amour
L’amour du jin de la vodka et de la bière
L’amour qui e donne envie de prendre tout le monde par derrière
oups excuse moi je m’egard, putain il fait noir
Je laisse tout au hasard et je mis sur les noir
Calmons le jeux et respirons un peu
Que ceux qui ne sont pas attacher s’accroche de leur mieux
Ce que Je vais faire tomber en ces lieux
Va résonner a travers les cieux
Je ne suis pas philosophe ni poète , juste un philanthrope
Je ne peux pas comprendre son amour des fesse mais des choses nous rapproche
Je n’essaierai pas de le comprendre ni de le connaître mais j’ai truc pour toi dans ma poche
Tu te sens stresser ? La journée c’est mal passé ? Tient une clope !
Mais revenons a nos mouton ….. j’en était ou déjà ?
Ah oui je crachais ma haine sur le monde enfermé dans une cave ici bas
Je n’ai pas le pouvoir de changer le monde ni mème d’y penser
mais il y a bien deux ou trois personne qui devrait aller se faire enculer
Premièrement toi, toi toi et toi raaaaaaaaaaah
Je vais arrêter cette mascarade tout de suite
Ma vie ne sera pas assez longue pour dresser cette liste
Maintenant bande de con, je fais appel a votre esprit lyrique et a votre cerveau
Précision, pour ceux n’étant pas équipé, vous forcez pas c’est une perte de temps
A tout ceux ayant de la jugeote remonter dans le texte un peu plus haut
Tu verra une rime solitaire qui n’embrasse que le vent
Si tu la trouver je te félicite mon ami, mon frère, petite enflure
J’ai envie de vomir rien que d’y penser, putain de vie décalée
Arrêtons le mensonge et parlons sérieusement sinon je t’arrose de sulfure
Je sais que je ne suis que lettre et passion mais surtout illusion
Je vis sous les doigts d’un petit con qui a eu un surplus d’inspiration
Je te le dis tout de suite, se me débecte, sa me répugne
J’ai l’impression que mes mots sont tirée d’une putain d’urne
Ma personnalité et ma haine ne sont que fiction et amusement
Même le danger que je ressent n’existe qu’entre les pixel de cet écran
Je diverge et m’éloigne du sujet tout en connaissant les dangers.
Mes mots sont illusion et mon esprit est éphémère
Une fois finit je ne serait qu’un ama sde donné dans dossier
Qui ne sera retrouver que quand cet abruti sera père
C’est pour sa que je vais gueuler
Si c’est pour me jeter ensuite trouve moi une meilleur cible sur qui taper
Les taxes les injustices, la corruption ou les pizza ananas
Peu importe, je veux pouvoir mengager et devenir un as
Un icône autour duquel les gens pourront se rassembler
Mais rien ne deviendra réalité
Puisque mon créateur n’est pas motivé.
Comment je le sais ? Reflechissez un peu bande de fainéant
Ils nous a appelé A et B, Sa motivation frôle le néant
Et c’est quoi ce scenario de merde ?
Un violeur homosexuelle fan de rap ?
Mais qu’est-ce qu’il a fumé?
Si je pouvais je l’aurais claquer
une fois deux fois et je l’aurais rapper !
Ta vu le jeu de mot ? Si non je t’emmerde
Et voila sa me fait chier
je dis sa mais c’est juste qu’il a plus envie de continuer
Je vais juste prendre mes affaire et sortir de cette cave
on va niquer le scenario principal et le jeter dans la lave
Petite référence seigneur des annaux
juste pour le faire rimer avec agneaux
Ce texte est partie en couille et personne ne guide la bateau
il ne reste plus qu’a y mettre le feu et le laisser couler
C’est la dernière fois que je fais ce genre de merde a l’eau
Rien n’y personne ne pourra m’y pousser ou m’y forcer
Je quitte cette production dans un bang monumental
Celui d’un coup de feu sur l’un de mes point vital
A s’effondre mort, C a disparut il ne reste que B
B : Les choses ont mal tourné
Mais on aurait du deviner
un texte écris sans avoir manger
ne peut que mal tourner
Pourquoi je continuer de rapper ?
Parce que sa me donne la liberté
Ce rap est bancal comme un ampute
mais putain que je me suis éclater
Autant finir les chose en beauté.
Mais comme je suis un enculé
Je ne fais que des rime en -er
Si tu trouve sa abuser
JE te conseille de me quitter
Ou j’ai une meilleur idée
Puisque c’est a la mode je vais me suicider
ME jeter sous les raille des train qui viens de démarré ?
Ou sauter d’un avion sans parachute attacher ?
Peut-être que je vais tomber dans les escalier
Que la nuque va se briser
ou sinon juste mon poignet
alors la je serais salé
Les plaies sur mon égo vont me brûler
Et sa va sentir le cramer
Oh tient peut être que je vais m’immoler
Et servir ma viande grillée ?
Ou alors juste m’étrangler ?
Putain j’arrive pas a me décider
Et puis merde j’ai décidé
Je me barre de ce projet
Et toi qui écrit tape sur ce clavier
va te faire enculer
0
1
73
7

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0