Règle #19

3 minutes de lecture

Règle #19 : utiliser des coïncidences pour mettre les personnages dans des situations problématiques, c’est génial. En utiliser pour les sortir de ces situations problématiques, c’est tricher.

Utiliser le hasard pour mettre les personnages en péril, c’est bien. L’utiliser pour les en sortir, c’est mal ! La règle est assez claire en soi. Les explications de Bugaj sur ce sujet sont particulièrement brouillonnes, je trouve.

Le fait de laisser le hasard décider de la réussite d’un personnage lui retire tout mérite.

« […] un drame fonctionne mieux si les motivations, les choix et les actions d’un personnage le mettent en péril puis l’en sortent. Les coïncidences ont beaucoup moins d’impact que les choix. »

Le lien affectif entre le lecteur et le héros risque de se trouver amoindri si vous laissez le hasard agir à sa place et nouer les ressorts de l’intrigue. Sauf dans le cas d’une parodie ou d’un personnage comique.

« Des coïncidences néfastes à l’égard du personnage [...] trop maladroites, appartiennent au domaine de la parodie. »

Cette règle rejoint le point concernant la passivité des personnages. Des péripéties dictées par le hasard et non par les actions des héros donneront l’impression que ces derniers n’ont pas de volonté, qu’ils sont les jouets du narrateur et n’ont pas d’existence propre. Il en va de la crédibilité des héros et de l’histoire. Plus le lien entre les coïncidences et les actions des personnages est faible, plus cette impression de passivité sera forte. Un hasard né d’une action décidée par le héros sera plus facile à accepter qu’un événement sans aucun lien direct. Les seules exceptions à cette règle tiennent au jeu des « préparations » (ou « préfigurations » selon les théories) : si le héros découvre par hasard un point faible du méchant au début de l’histoire (même s’il ne sait pas encore que c’est LE méchant ;-)) et qu’il s’en sert ensuite volontairement, la préparation efface le côté coïncidence chanceuse :

« Prenons par exemple un thriller policier dans lequel on a établi qu’une convention d’apiculture se tiendra au centre-ville le week-end suivant. Par hasard, le héros découvre que le méchant est allergique aux piqûres d’abeilles. Plus tard, alors que l’antagoniste semble prêt à rattraper le héros, ce dernier se rappelle de la convention et dans un effort désespéré pour échapper à une défaite certaine, il redirige l’action vers la convention d’apiculture. Il renverse les ruches et laisse les abeilles faire le travail à sa place. Le fait que des abeilles se trouvent au même endroit qu’un antagoniste qui leur est allergique, témoigne bel et bien d’un coup du sort. Et que dire du fait que l’action se déroule le week-end de la convention ! Malgré tout, si le tout est ficelé avec assez de finesse, le public le percevra comme de l’intelligence plutôt que de la chance parce que c’est le choix du personnage qui a bouclé la boucle. »

Bugaj parle des « postulats » (ce que j’ai appelé plus haut « préparations ») et « dénouements » (ou « paiements ») comme des plus puissants outils du dramaturge. Il invite donc les auteurs à bien préparer leurs coïncidences, si possible en amenant le protagoniste à faire des choix qui vont l’amener directement à générer le hasard autour de lui. Tout en signalant qu’il est tout de même préférable de lier les événements de manière logique, en suivant les actions des héros, plutôt qu’en les soumettant aux coups du sort.

Pour ce qui est des coïncidences salvatrices, Bugaj s’en prend au fameux Deus ex machina, qui signifie qu’un acteur invisible et externe (en l’occurrence le narrateur) résout toutes les emmerdes des héros à leur place.

« Le drame se construit justement sur l’idée que les protagonistes règlent la situation quand Dieu ne le fait pas (ou meurent en tentant de le faire, s’il s’agit d’une tragédie), pas l’inverse. »

« En définitive, ce qu’il faut extraire et retenir de cette règle, est que tout ce qui peut mettre les personnages en péril, ou les en sortir, se construit fondamentalement sur les décisions de ces personnages. Le seul hasard qui peut intervenir au sein d’une histoire, est un hasard influencé par ces décisions. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Eric Kobran
L'Ordre des Gardiens de Gaia, ou The Old Guard of Gaia, est une organisation du jeu de science-fiction Dual Universe. Ce recueil est destiné à accueillir les textes "roleplay" qui seront écrit, les discours, les présentations, ...

J'ai trop souvent oublié de faire un recueil de ce genre d'écrits dans mes expériences passées et je l'ai toujours regretté.
0
1
0
2
Défi
Ghrian

Si je devais choisir un mot rien qu'un seul ce serait "idée".
Pourquoi ?
La réponse n'est-elle pas évidente ? N'est ce pas ce mot là qui est à l'origine de tout ?
Il nous définit en tant qu'êtres capable de pensées, il est la définition même de l'esprit, il est notre moteur de réflexion et de désir, il est abstrait et concret, personnel et universel, bon ou mauvais...
Les idées donnent un sens aux mots et permettent aux Hommes de se comprendre. Elles sont la conscience, la philosophie, la connaissance, la croyance, l'imagination, l'inspiration, l'identité, l'opinion, la perspective, le sentiment, la volonté...
Malheureusement les idées comme toute autre lumière aussi éclatante soit-elle, s'accompagnent nécessairement d'ombres.
Je connais d'expérience le pouvoir des idées. J'ai vu des hommes tuer en leur nom et mourir en les défendant. J'ai vu la folie d'un tyran contaminer la pensées des autres. J'ai vu les Hommes se perdrent dans la doctrine de quelques uns. J'ai vu des peuples naturellement bons s'égarer dans les ténèbres de l'intolérance et de la répression...
Comme je vous le disais les idées sont à la base de tout, c'est d'ailleurs elles qui m'ont donné l'envie de créer l'univers, elles m'ont comblé de bonheur. Seulement j'ai eu la mauvaise idée d'offrir ce bonheur aux Hommes en les façonnant à mon image, quelle erreur n'avais-je pas alors commise...
J'y pense la notion d'erreur n'est-elle pas elle aussi une idée ?

5
9
5
1
Défi
Adrien de saint-Alban


Le vent froid et glacial tentait vainement par rafale de percer mon vieux cuir fripé. De gros nuages sombres et funestes couraient dans le crépuscule, poussés par le vent. Ils se précipitaient l'un derrière l'autre, comme pris de panique, comme fous, poussés par un monstre invisible vers on ne sait où.
Seul, au milieu de nul part, j'avançai tant bien que mal dans le sol boueux.Mes bottes restaient collées. Difficile de mettre un pied devant l'autre. Mais j'étais décidé à venir au rendez vous. Je devais donner la preuve que marcher dans la gadoue est pour moi chose commune pour ne pas dire banale. Après avoir marché dans la boue tel le paysan venu constater son blé en herbe et pour s’assurer que la récolte sera bonne, j'ai eu cette impression glaçante que le vent s'était calmé, adouci soudainement. Un silence sépulcral pesait désormais sur cette campagne, sur ces champs labourés dont la vue s'éteignait à l'horizon. Comme par enchantement, tel un entracte de pièce de théâtre jouée par un personnage fantastique et génial, la fureur des éléments avaient disparu. Elle avait fait place maintenant à un silence au cours duquel quelque chose d'extraordinaire était attendue. Le temps s'était étiré à l'infini comme cette terre labourée, que les pluies de la veille avait rendue boueuse. J'avais le sentiment étrange d'être pris dans une mécanique surréaliste qui m'échappait,dont je n'avais pas les leviers. Puis,un bruit sourd, un bruit lourd se levait,montait crescendo tout autour de moi.J’étais cerné.Je me mis à regarder aux alentours, à la recherche d’une échappatoire. Finalement, haut dans le ciel ou plus bas je ne sais plus exactement à quelle altitude, quelque chose comme un vol d’oiseaux se dessinait, se rapprochait. Le vent avait chassé les nuages. Le ciel était d’une clarté sans égal. Un ciel des premiers temps. Aucun souffle, aucun nuage. C’était quelque chose qui ressemblait à des gigantesques V. Il y en avait des centaines, il y en avait des milliers. Les formes géométriques se rapprochaient. Une nuée immense, incommensurable d’oies sauvages passait assombrissait le ciel. Des oies énormes aux dimensions fantastiques. Les premières fendaient l’air et assuraient aux autres un peu moins de résistance. L’une d’elle était chevauchée par un Monsieur. Sans doute un grand Monsieur. Un géant. Au fur et à mesure on pouvait distinguer sa silhouette droite et austère. La silhouette d’un gars venu dire un dernier adieu à cette terre qu’il aimait sans doute. La terre du Loir et Cher. Je compris alors la chose inoffensive. Une sensation de bien être me prenait. J’étais bien. Comme bien d’autres avant lui, il était désormais soulagé, délivré. Je regardais ce quatorze juillet céleste un peu particulier s’éloigner avec la certitude cette fois que la récolte sera bonne.
Un paysan du Loir et Cher
0
0
0
2

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0