Règle #17

Une minute de lecture

Règle #17 : on ne gâche jamais du travail. Si ça ne marche pas, lâchez prise et passez à autre chose. Ça vous sera utile plus tard.

Aucun travail n’est une perte de temps. On en revient à la sacro-sainte problématique du blocage. Si on bloque, autant passer à autre chose, momentanément, et y revenir plus tard.

Au-delà de ça, un travail, même abandonné, correspond à des idées qu’on couche sur le papier, ce qui leur permet de prendre corps. On peut ainsi les « tester », les évaluer et éventuellement les affiner ou les développer. Sinon, les écarter, en acceptant qu’elles n’étaient pas adaptées.

« […] travailler sur votre art, quel qu’il soit, crée une expérience. Et celle-ci ne découle pas de la croyance en sa propre infaillibilité. L’expérience naît de la capacité à comprendre que ce que l’on est en train de faire ne marche pas. Ainsi qu’à en identifier la raison et à tester des alternatives pour résoudre ce problème. »

[...]

« S’accrocher à l’espoir que toutes les idées sont bonnes à partir du moment où vous trouvez simplement un endroit correct où les caser, est une pure perte de temps. Si l’idée convient à une autre section du récit, ou à une future ébauche, ou même à une histoire totalement différente, elle vous reviendra à ce moment-là. »

L’idée finale, derrière tout ça, c’est d’apprendre à accepter les détours, l’évolution de notre écriture, de ne pas pleurer sur les projets ou idées qu’on range dans nos tiroirs. Peut-être en ressortiront-ils un jour, si on sait bien les classer, mais il ne faut pas s’imposer de les réutiliser à tout prix. Leur simple existence nous a permis de progresser, d’essayer des choses, d’écarter ce qui nous empêchait d’aller de l’avant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Coco Stfn
Réponse au défi "Plongée dans un livre" :
Un après-midi au réveil lascif et caféiné, dans le jardin je tiens un livre en ombre de chevet. Mes yeux glanent les mots du célèbre navigateur Yvan Bourgnon, en route vers les Marquises...
Dans le silence, un battement de cœur; mes yeux s’écarquillent. Et du chaos de la dernière inspiration d’un mort, je renais.
2
1
0
2
Défi
Philippe Larue


Introduction à l'Art de la guerre humoristique
Pourquoi une lettre à ma maladie II? Une année s'est écoulée depuis son diagnostique, bien qu'elle ai 15 ans, avec son burlesque "artistique" médicale qu'elle m'a consacrée. Ce que je vis le plus dur, ce sont les incontinences urinaires que j'essaie de contrôler. Certes, ceci n'est pas poétique comme présentation. Alors pourquoi en parler? Il me semble important de déclarer les gènes que peuvent causer une maladie.
Avec toute la volonté que vous avez, l'information ne parvient pas à la vessie du fait de l'absence de myéline qui protège votre système nerveux central. Imaginez les jeunes filles de quinze ans ou plus, les femmes? Leurs vies sociales et affectives deviennent une équation.
J'ai découvert et vécu "la pornographie médicale" des explorations de ma vessie par le joyeux urètre et les positions anatomiques du kamasoutra? Non, de la gynécologie!
Si le respect féminin me semblait infini auparavant, cette aventure m'a fait prendre conscience de l'inconsidération à laisser souffrir le miracle féminin que nous avons, nous les hommes. Ce respect infini s'est centuplé, voir multiplier sans limite. Quoique parfois...il faut bien les taquiner!
Quand votre corps est sollicité par écartellement ou par l'intensité des décharges électriques qui occillent entre 220v et 700v (j'ai pris du 220 en vrai, donc je connais!), comment réagir? Je suis tombé dans tout l'escalier du métro, et c'est avec une plaie ouverte jusqu'à l'os que j'ai été suivre le cours d'une formation sans rien dire, ni montrer. Mais exposer ou relater toute cette vie ainsi, je devrai dire "Philippe et ses petites contrariétés", n'est pas amusant mais plaintif et je préfère être jouissif, c'est génétique! Je n'ai jamais pleuré car je souhaitais préserver ces larmes en des sourires et rires partagés ultérieurement. Et puis, c'est indéscent! Alors, l'écriture est devenue une évidence, non pour se plaindre mais pour magnifier les douleurs en de truculentes poésies ou dérisions. La musique rock, pour personnaliser les déplacements des neurones par des tappings mélodiques! J'aime taper la non-violence de la musique. La saturation des amplis pour créer des riffs incendiaires qui transcenderaient les douleurs incendiaires.
Alors, on ne demande qu'à en rire! Prenez plaisir à lire ces poésies humoristiques. Ces mots sans maux sont un cadeau.
Prologue
Je souhaite utiliser cette page pour vous présenter la personne qui fera, de l'autre côté, la préface du livre.
Elle est timide et pudique. Elle fait partie des privilégiés de l'aristocratie des maladies. Elle s'est ruinée par ses prodigalités. Elle aurait voulue prolonger cette cohabitation mais nous n'étions même pas pacsés! Elle a un talent pour la ponctuation syntaxique mais elle est une orque qui aurait pu avoir mes jambes. Elle est devenue le prétérit d'une aventure imparfaite d'une mauvaise conjugaison. Elle est enfantine, adolescente, adulte,âgée et...capricieuse. Elle va peut-être même se convertir au protestantisme.
Je ne suis pas de rouille et d'os alors elle sera bientôt une SDF. Elle n'est pas douée pour la prose, alors soyez compréhensif. Je vous demande d'accueillir chaleureusement et je laisse le dernier mot à un jeune enfant, fan du SAV:
Salut, c'est moi, super connasseeeeeeeeeee!
Préface d'une sclérose en plaque
Euh...bonjour,
Merci tout d'abord. Vous êtes nombreuses et nombreux à m'écouter bien que je vous rends malheureux. Mais, je suis peureuse car on m'a envoyée un préavis de congé. En voici la teneur:
"Si tu souhaitais te métamorphoser
Aller dans la lumière, on pourrait scratcher ensemble et slamer.
Slamer tes maux de mauvaises fortunes
Qui ne valent pas une tunes.
J'écris des mots d'Elles pour les mixer à la moëlle de l'Amour
Mais tu préfères la moelle de ma myéline tout autour.
Hitman et Lara Croft se sont infiltrés pour te déloger.
Tu serais virtuelle, Knights pourrait te ressusciter
Mais tu es réelle, alors c'est une guerre héroïque de blessés.
Tes effets visuels et sonores sont les scanners et les IRM
Tu ne regardes même pas mon photoshop des amies que j'aime.
Tiens, même ma petite soeur dit que tu n'es pas une princesse Barbie
Et que tu as une tête de patibulaire comme Klaus Barbie
C'est bientôt mon anniversaire avec mes copines et mes copains préférés
Mais avec toi, c'est l'âge de glace dont je n'ai pas rêvé!
Avoue qu'avec toi, ce n'est pas l'osmose
Même Édith a la voix qui tremble en chantant "La vie en rose"
Voilà, moi aussi, j'ai la voix qui tremble à la lecture de cette lettre
Et je vous avoue que j'aimerai bien devenir comme vous, un être.
Cordialement
Une maladie


ÉLOGE DE L'IMAGINAIRE


Les maladies ne sont pas nées dans une bonne génération
Il y a l'acceptation qui permet l'adoption
Mais étant désagréable, je souhaite ton exclusion
Autant que tu apprennes à te connaître par explorations.
Parce que moi, je te tourne en dérision
Donc, je ne suis pas une bonne accréditation
Je cherche l'expression de la douleur en compassions
Bien que tu sois féminine, je ne cherche pas ta cohabitation
Cupidon m'en promets des délectations.
Avec moi, tu vas subir des flagellations
Mon humour et mes amours sont des impulsions
Qui te donnent une inadaptation
Choisie une autre exposition
Je suis trop rempli de considérations
Tu vas en avoir une indigestion
Tu es déjà à moitié une lyophilisation
De tes lésions transformées en motivations
Mais je t'aime ma maladie, de tes inflexions
Mais mon humour et mon coeur sont remplis de relations
Alors, tu électrises sans cesse mon corps par jubilations
Quand l'intensification de mes cadeaux ne sont qu'une introduction
Tu es sur le chemin de l'inversion
Et moi de l'irrigation de mes sentiments devenus des partitions
Dans plus d'une année, je te remercierai de ta prestation
Et tu découvriras mes talents en prestidigitation
Il y a eu une privation sentimentale sans que tu es prises de précautions
Je me suis gorgé de framboises par perfusions
Cette magie est une totale rénovation
Tu n'auras bientôt plus de réutilisation
Mes poèmes sont écrits par réverbérations
Tu es  déjà sur le chemin de la spéculation
A l'ère des télécommunications, la télépathie féminine est ma vaccination
Tu as été pronostiquée gagnante à 69/1, c'est une abbération
En rock comme en Amours, je suis un fidèle progressif du 69 par adoration
De mon Univers artistique, tu en as fait une profanation
Ton profil, ton contour, tes lignes sont tes proclamations
Tu es rédacteur en chef de ta principicule en circulation
Tes maux me désarticulent et procurent des émotions
Les bolus de corticoïdes m'ont faits grossir par tes adhésions
J'aurai préféré que ce soit par des profiteroles en légions
Tu auras une place dans mon coeur si tu restes élégante en ovations
Distinguée et respectueuse des règles de propreté qui sont ma religion
J'ai écouté les discours préliminaires de tes ablutions
Mais tu ne verras pas mes préliminaires féminins, même par procuration
Crois-tu que je dois laisser à mes enfants tes prélations?
Non, tu vas aller au presbytère des malades sans intentions
J'ai été soumis à ta sournoise étatique imposition
Tu as prélevés et extraits pour tes fonctionnaires sans productions
La génétique divine d'un amour sans malformations
De toi, j'ai gravi la forteresse pour y exhiber de ton coeur en action
Le "prétium doloris" de tes dommages-intérêts accordés sans réactions
Je souhaite que tu ne te présentes à mes Amours qui sont mes addictions
Tu es trop prosaïque et prostituée, ce serait une violation
Ton espièglerie te ferait chercher un prétexte, alors objection!
Les femmes sont une propreté minutieuse d'adorations
Ne troublent pas leurs beautés par tes perversions
Des framboises m'ont sourient, excuse ma confusion dans la préférence de leurs profusions
Ces sourires m'ont progressivement contaminés par leurs progressions
Voici l'acte de prohibition qui t'interdit leurs condamnations
Les prophéties sont des miracles de la création
Les gastronomes aiment les omelettes aux cèpes comme dégustation
Les SEP se soignent par de propices chélations
En proportionnelle, tous mes pourcentages vont aux polissonneries libertines avec délectations
Tu n'auras pas de nouveau bail de prorogation
Le propergol des framboises m'ont fait un coeur à propulsion
Tu as poussées sur mes fibres nerveuses des plantations
Mercure n'est plus dans ma maison mais le soleil des Vénus. Quelles magnifications!
C'est au centuple que mon coeur a ses raisons que la maladie est sans argumentations
Avec toi, j'ai connu les rayons X des désolations
Et toi, l'interprétation des rayons radio-actifs de mon coeur en réflexion
Le dictateur n'est pas celui qui croit y etre en révolutions
Tu  irradies mon corps jours et nuits de douleurs sans réclamations
Sans aucune agressivités, j'ai accepté avec joies mais j'ai des réclamations
Que ces douleurs recomposées en considérations de la création
Soient féminines pour les siècles des siècles sans aucunes violations
Il y a eu une privation sentimentale sans que tu es prises de précautions
L'Amour aime vivre X coquineries dans un grand rayon.
Je me suis gorgé de framboises par perfusions
Cette magie est une totale rénovation
Tu n'auras bientôt plus de réutilisation
Mes poèmes sont écrits comme en musique, avec de la réverbérations
Tu es déjà sur le chemin de la spéculation
A l'ère des télécommunications, la télépathie féminine sont mes vaccinations
Souhaite-moi de gagner le prix littéraire de la poésie
Tu en as été légèrement inspiratrice, j'en reconnais tes perfusions
Les douleurs sont des diamants dans mon corps d'exaltations
Je suis ascète des violences mais frénétique des poésies d'acclimatations
J'ai jeté les akènes qui renfermaient la violence de ta génération
Mais je suis rassuré d'avoir pasteurisé tes violences en émotions
J'ai orpaillé la littérature de tes infractions
Tu as été une jocrisse improvisée sans satisfactions
Tu es un grand de sable sans fécondation
J'ai sonné le glockenspiel pour ton extraction
je suis devenu ton coach en te donnant de l'action
je te raccompagne sur le péron de l'Élysée avec satisfaction
J'ai une larme car tu seras sans domiciliations
Tu auras vécue comme une éruption
Et moi, je retrouverai la joie des grandes érections.
P.S
Je vais parfois au magasin des suicides voir les Tuvache
Alors que je préfèrerai une crêpe remplie de ganache
2
5
0
7

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0