Règle #11

2 minutes de lecture

Règle #11 : mettre les choses sur le papier vous aidera à les arranger. Si une idée parfaite reste dans votre tête, elle ne sera jamais partagée avec quiconque.

« La première version de n’importe quelle histoire ou de n’importe quoi d’autre, c’est de la merde. » Ernest Hemingway.

Voilà qui résume l’idée, histoire de vous décomplexer. Au final, cette recommandation rejoint la règle #8. Les scénaristes professionnels accordent beaucoup d’importance à l’angoisse du blocage, parce que leur créativité c’est leur gagne-pain et leur raison d’être. Ils ne peuvent pas se permettre de rester bloqués. Or, les principales causes de blocage, sont la quête de la perfection, la peur de mal faire, la comparaison de sa propre production avec celle d’autres auteurs que l’on idolâtre etc. Cette règle signifie : écrivez, allez-y, balancez votre truc, le fait de le sortir laissera la place à des choses meilleures qui attendent cachées derrière. Ne gardez rien à l’intérieur de votre tête dans l’idée qu’un jour vous pourrez mieux traiter le sujet. Sortez votre idée en l’écrivant, même si le résultat vous paraît médiocre. Comme le dit Bugaj : « Vous devrez échouer avant de réussir ». Et il prend l’exemple d’un prof de dessin qui disait à ses élèves : « Vous avez tous cinq mille mauvais dessins en vous. Dans mon cours, je vais justement vous amener à les faire sortir de vous, un par un, en les couchant sur le papier ».

Bon, espérons que pour les histoires, c’est un peu moins, parce que je ne me vois pas pondre 5000 mauvaises histoires avant d’en sortir une bonne ;-) Mais le principe est là : on écrit un premier jet pas top (il faut savoir le reconnaître !), on réécrit un deuxième jet, et peu à peu on enlève ce qu’il y a de mauvais dans le premier, on garde ce qui est bon, on polit, on affine, on avance !

« Tant que vous allez de l’avant que vous chercher à travailler sur vous-même, vous ne cesserez de faire évoluer vos aptitudes de storyteller » nous dit Bugaj.

L’idée c’est de refouler la peur de l’échec, d’accepter l’imperfection comme faisant partie intégrante de la création et de persévérer sans chercher à se comparer aux autres. Pourquoi ? Parce que ce qu’on admire chez les autres ce sont souvent les points sur lesquels nous nous sentons faibles, et sur lesquels eux sont forts ! Le déséquilibre est trop grand, le challenge déraisonnable. Mais on peut avancer, se prendre la porte dans la figure et apprendre. Ces points faibles finiront par s’atténuer par la pratique, par les échecs et par l’acceptation de l’imperfection. Toute bonne histoire commence par un brouillon.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
emi.lye

Je n'aurais jamais du fondre pour elle.
Je la vis qui se tenait devant moi. Sa couleur pâle appelait à tout les vices. Sa rondeur m'appelait, je rêvais de l'entourer de mon corps. J'ai dit rondeur ? j'aurai du dire des courbes délicieuses. Charnue comme il faut, aux endroits appropriés. Son odeur sucrée invitait elle aussi aux plaisirs licencieux. D'avance, je me délectais. Je la rêvais pour moi. Je me voyais partager ce temps interdit tous les deux. Dans une atmosphère feutrée, je l'aurai fait fondre de plaisir. Dans la pénombre, nous serions juste elle et moi. Elle serait à croquer.
L'objet de ma convoitise attirait le regard des autres, elle était tellement belle. Je bouillonnais, elle était à moi ! Je refusais de la partager. J'allais faire le premier pas. Moi qui avais l'habitude d'être adulé, je me retrouvais à supplier la belle. 
Elle n'avait pas pu résister à la tentation. Mes tablettes et ma couleur chocolat les faisaient toutes fondre d'envie. Ce qu'elle ignorait c'était que, là, je fondais pour elle.
je l'ai rejointe. L'endroit était moins intime que dans mon imagination. Lorsque je me suis coulé contre elle, j'ai tout oublié, la cuisine, les autres, le bruit. Elle se tenait contre moi. Elle était froide, j'étais brûlant. Pour moi, elle s'était déshabillée. A mon contact, elle s'est réchauffée. Notre osmose frisait la perfection. J'en étais soulevé, près du septième ciel.
Nos températures ont fini par s'accorder. La magie de l'instant s'est estompée. Depuis ce matin, nous attendons, langoureusement collés sur un lit de paillettes, résidus de notre fusion intense. Le froid nous saisit. Des gens nous regardent, me regarde. Je protège ma belle des regards gourmands. Je détourne leur attention par mon corps lisse mais cela ne suffit pas. Au contraire, ce que je cache attise les regards. Des doigts nous montrent. 
- le dôme poire chocolat, s'il vous plait.
le verdict est tombé, nous allons être dégustés. Notre pénombre sera la bouche d'un gourmand où, cette fois, nous nous mélangerons.
5
7
2
1
Défi
Mary
Nous voici sur une encyclopédie des races que nous pouvons trouver sur Arcadia, royaume incontesté et puissant. Nous, pauvres humains, sommes faibles face à eux. La fréquentation même de ce royaume nous est interdit. Cependant une humaine a réussi à avoir leur confiance et a rédigé cet encyclopédie afin que nous puissions les connaître sans pour autant les approcher.
1
3
3
3
Steve Hoard
L'absurdité d'un entretien d'embauche.
11
11
17
6

Vous aimez lire Joe Cornellas ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0