Chapitre 58 - Marielle

4 minutes de lecture

Le divorce s’est bien passé mais ça été très dur de se dire que c’était fini. Mick’ est le premier homme de ma vie et celui qui a été le plus important mais aussi qui m’a fait le plus souffrir.

- Ça va aller ma puce ? Me demande Donovan qui m’a pris dans ses bras car il voit bien que j’ai un coup de déprime.

- Ouais.

Lui aussi à vécu un divorce et sait par quoi je passe. Il me pose un baiser sur la tempe puis se lève.

- Bon, est ce que ça te dit si je nous cuisine un petit quelque chose ?

- Je ne sais pas.

- Bon bah je tente quand même.

Je reste sur le canapé et me recouvre du plaid en reniflant. Un verre de vin blanc frais arrive sous mon nez. Je lève la tête et il vient poser ses lèvres sur les miennes.

- Le remède à tous les maux ça. Dit-il

- Merci. Tu repars quand sur Lyon ?

- Demain.

Je grimace, je n’aime pas quand il part.

- Eh, je reviens dans 4 jours pour la kermesse de Jennie, ça passera vite.

- C’est toujours trop long sans toi.

- Mais est ce que ça serait pas un peu d’amour ça ?

- Va savoir.

Il a ce sourire qui me fout des papillons dans le ventre, je bois une gorgée et décide de venir près de lui.

- Je te manque déjà ? Me lance-t-il

- Oui. Dis-je en posant ma tête contre son épaule.

Il met le couvert et on mange ce soir en tête à tête. Jennie est chez Mick’.

- Alors, t’en pense quoi ?

- C’est délicieux.

- Ma puce, je t’assure que je vais tout faire pour que tu retrouves ton joli sourire.

- Je sais.

Donovan est vraiment un ange. Il a écouté ma vie avec attention, ce qu’il se passe avec Jennie, mes traumatismes et a aucun moment il ne m’a jugé.

- On va se coucher ? Me dit-il en posant un baiser dans mon cou alors que je range la cuisine.

Je me retourne et me perds dans ses yeux bleus. J’enroule mes bras autour de sa taille, et nos lèvres se retrouvent. Ses mains se posent sur mes hanches puis descendent sur mes fesses pour finir par m’attraper les cuisses. Il me monte à l’étage et m’allonge délicatement sur le lit. Il me regarde puis m’embrasse de nouveau. Je ne sais pas trop comment on se retrouve nu mais quand il me pénètre c’est un véritable soulagement. Il recouvre mon corps de ses lèvres, il caresse de ses doigts les multiples cicatrices, tout en me regardant comme si j’étais la personne la plus importante de sa vie.

- Je crois ma puce que je suis complètement fou amoureux de toi.

- C’est parce que tu ne me connais pas encore assez ça.

- J’ai envie de te découvrir chaque jour de ma vie.

Il le sait que je suis une femme compliquée, détruite par la vie mais qui veux s’en sortir. Le lendemain matin je me lève et sur son oreiller j’ai un mot « Tu me manques déjà ». Je sers son oreiller contre moi, à moi aussi il me manque déjà. J’ai vraiment hâte de partir d’ici, j’ai besoin de repartir de zéro. Je file m’habiller et je vais à mon rendez-vous chez le psy puis je fais un peu de sophrologie et l’après midi je vais au centre.

- Alors, comment ça se passe avec le beau Donovan ? Me demande Lisa

- Ça se passe très bien, il m’a trouvé un petit appart’ sur Lyon, on va le visiter ce week end après la kermesse.

- Tu ne veux pas vivre avec lui alors ?

- Non, je préfère commencer par chacun chez soi.

- Oh tu vas me manquer. Me dit-elle

- On pourra se faire des visios.

- Je suis contente que tu repartes de zéro, ça va te faire du bien.

Je lui souris puis on se met au travail puis comme chaque soir, j’appelle Jennie.

- Comment va-t-elle ? Dis-je à Mick’

- Ça va, elle nous a fait une crise hier soir mais on a géré.

- Mick’, tu crois qu’elle comprend ?

- Oh toi tu culpabilises.

- Ouais j’avoue.

- J’arrive.

Depuis notre séparation, il est très présent et quand j’ouvre ma porte je me jette dans ses bras.

- Je suis là.

- Donovan me manque Mick’, je me sens perdue sans lui.

- Tu l’as appelé ?

- Ouais, mais il était en réunion, je lui ai laissé un message.

Je m’assois sur le canapé et Mick’ s’accroupie devant moi.

- Je pense à Jennie…je suis une mère indigne Mick’. Je l’abandonne car je ne suis pas foutue de gérer. Ça me fait peur tout ça et je fuis…

- Eh, nous on arrive à gérer, on le sait qu’elle ne guérira pas Marie, et quand on lui a demandé si elle aurait voulu rester ici ou partir sur Lyon, elle t’a dit qu’elle voulait rester ici. Que tu restes ou que tu partes Marielle, il te la dit le pédopsy, ça ne changera rien pour elle. Et puis elle veut une maman heureuse, si c’est là bas ton bonheur alors vas-y.

Je colle mon front au sien.

- Merci Mick’.

- Bon j’espère qu’il est génial ton mec par contre.

- Il l’est.

Il me colle une bise puis il repart. Il restera toujours ma famille et il a trouvé exactement les mots qui me fallait pour supporter l’absence de Donovan.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0