Chapitre 53 - Mickaël

7 minutes de lecture

Je me réveille aujourd’hui avec ce poids en moins dans ma poitrine. Savoir que les Gramont sont hors jeu me soulage. Je regarde la jolie blonde qui dort encore, son visage est reposée, j’adore la voir dormir. Bizarre qu’elle ne soit pas encore réveillée à 7h d’ailleurs. Je décide de la laisser au lit surtout que Miny dort à poing fermé elle aussi. J’ouvre les portes des enfants et file à la douche, quand j’arrive à la cuisine, Jennie est en train de préparer les petits déjeuners pendant que j’habille les garçons.

- Maman elle fait dodo ? Me demande Alexis

- Oui.

- Tonton ?

- Quoi moucheron ?

- C’est toi l’amoureux de maman ?

- Oui. Ça te gêne ?

- T’es toujours mon tonton ?

- Bah ouais.

Il m’envoi un sourire et je suis content qu’il le prenne comme ça.

- Moi veux école ! Dit Victor voulant suivre son frère

- T’es encore trop petit bonhomme, faut plus faire pipi dans sa couche.

- Moi fais plus pipi.

- Ah ouais et c’est quoi ça alors ?

Il me regarde en machouillant son doudou.

- Eh, ce n’est pas grave, tu restes encore un peu avec maman c’est bien aussi.

- Moi veux l’école et maman.

- Elle fait dodo maman.

- Veux maman.

Oh putain pourquoi j’ai parlé de sa mère.

- On va emmener Alexis à l’école.

- Non ! Veux pas !

- Eh, tu ne commences pas s’il te plaît !

La crise arrive et je ne veux pas réveiller ni Miny ni Ju’.

- Tu veux venir m’aider Victor s’il te plaît ? Dit Jennie pour me sauver la vie.

Il adore Jennie et la suit. Elle l’embrouille vite fait et on peut partir à l’école. Jennie est en CM1 mais travaille à la maison alors qu’Alexis en Moyenne section dans une école maternelle du coin. Mais pour qu’elle reste sociable Jennie continue à aller au centre. Je dépose donc Jennie en première et va accompagner Alex’ dans sa classe. C’est assez rare que ça soit moi qui l’amène mais je viens souvent le chercher donc la maîtresse me connaît.

- La maman va bien ?

- Oui, un peu fatiguée en ce moment mais ça va.

- C’est normal dans son état.

De quoi elle me parle là ?

- Quel état ? Dis-je

- Alexis nous a dit que sa maman allait avoir un bébé, ce n’est pas le cas ?

- Pas que je sache. Alex’ vient voir.

- Quoi ?

- D’où tu sors que ta mère va avoir un bébé ?

- Vous vous faites plein de bisous alors elle va avoir un bébé.

La maîtresse comprend le malentendu et sourit.

- Ça marche pas comme ça mon grand, je ne pense pas que ta maman va avoir un bébé. Sourit-elle

Alex’ me regarde et perd son sourire.

- Moi je veux une petite sœur, j’en ai marre de Victor.

- Vous parlerez de ça avec ta maman, là c’est l’heure de travailler.

- Salut mon pote et travaille bien. Dis-je en lui faisant un check

Pendant le trajet de retour ça me trotte dans la tête, si faut elle me cache un truc. Pourtant je fais ses injections, comment ça aurait pu être possible ?

Les contraceptifs ne sont jamais fiables à 100 %.

Mon cœur s’accélère et quand j’arrive c’est le regard de Marielle qui me stoppe net.

- Bonjour.

- Salut.

- Café ? Me demande t’elle

- Euh non merci, tu pourrais garder un œil sur Victor s’il te plaît ?

- Tu me prends pour votre baby sitter ? D’ailleurs j’aimerais donner le biberon à ma fille s’il te plaît.

- Marie

- Va me chercher Miny ou je vais la chercher moi-même.

- Putain t’es vraiment une connasse toi quand tu t’y mets ! Elle dort Miny ! Tu devras attendre.

Je prends Victor dans mes bras et va le mettre devant les dessins animés. Je sais que même si elle fait sa mauvaise tête, elle ne le laisserai pas en galère en cas de problème. Je pars dans la chambre où Julie dort encore et la petite aussi mais la question me démange trop. Je caresse l’arête de son nez et elle grogne.

- Eh marmotte, il est 9h.

- 9h !!! Elle se réveille d’un coup et est prête à sortir du lit.

- Du calme, les petits sont gérés.

- Pourquoi tu ne m’as pas réveillé !

- Parce que t’es trop belle quand tu dors.

- C’est pas à toi de gérer ça Mick’.

- Pour une fois si.

Elle croise ses bras et malgré la marque des draps sur sa joue, elle est belle à crever.

- J’ai vu la maîtresse d’Alex’ ce matin et il semblerait que tu sois enceinte, j’aurais aimé être au courant.

Je prie pour voir ce regard honteux de la cachoterie mais au lieu de ça j’ai son sourcil qui se relève.

- Elle t’a dit ça ?

- Alexis pense que tu l’es car on se fait des bisous.

Elle ricane et pose sa main sur la mienne.

- Rassure toi je le suis pas.

- T’es sur ?

- Putain Mick’, tu me fais mes injections, alors oui je suis sur.

- Mais ça pourrait avoir foiré ?

- Non, déstresse je ne suis pas enceinte.

- Mais t’es naze en ce moment.

- Je ne dors pas super bien avec Marielle à la maison et…j’ai eu les anniversaires à gérer…je t’assure que y a pas de bébé Mick’.

- J’en veux un.

Elle me regarde comme si je venais de sortir un truc de dingue

Bah ce n’est pas rien.

- Mick’ la situation est déjà assez compliquée comme ça, tu ne trouves pas ?

Je m’allonge près d’elle, pose ma tête sur ses genoux et mate le plafond.

- Cette maison je la veux rempli de gosse. Nos gosses.

Elle me sourit tout en caressant mon crâne de ses ongles. Je kiffe quand elle fait ça.

- Tu sais je suis encore loin de la ménopause. Me dit-elle amusée

- Je ne suis pas très patient.

- On s’est donné la rentrée des classes Mick’.

- C’est dans deux ans ! C’est mort jte le dis direct !

Elle éclate de rire.

- Je penserais à remercier la maîtresse de t’avoir mis ça en tête.

- Bah voilà c’est de sa faute.

Je fais glisser mon nez jusque sur son ventre plat, puis remonte jusqu’à ses seins pour finir sur sa bouche. Je m’insinue entre ses cuisses et en un de coup de rein, sa tête se penche en arrière m’offrant son cou pour mes baisers. Ses ongles griffent mon dos à chaque fois que je bouge en elle. Ses jambes s’enroulent autour de mon bassin et je lui viole sa bouche, fourrant ma langue aussi loin que je peux.

- Je suis fou de toi putain ! Dis-je en grognant mon plaisir.

C’est si bon !!! J’aime tellement la baiser, la remplir… oh merde !!! Non pas déjà !!! Pas déjà !!! Contrôle !!!

- Jouis bordel ! Ordonné-je alors que je ne suis pas loin de craquer.

Elle a ce ricanement qui ne me plaît pas.

- Fais pas ça ! Grondé-je

- Tu vas jouir avant moi Parker.

Elle vient sur moi et je ne peux rien faire pour reprendre le dessus, elle me domine et me baise fougueusement, c’est fini pour moi, mon regard se voile alors que ma queue tendue se vide en continue jusqu’à la dernière goutte.

- Je te hais. Dis-je

- Tu me finis ? Me lâche-t-elle en se mettant sur le dos, jambes écartées.

- Putain ouais.

J’adore laper les petites chattes excitées mais là elle est trempée, sentant la baise. Il m’en faut pas plus pour lui lécher son clito en lui fourrant mes doigts. Elle jouit juste à temps pour le réveil de Miny.

- Marie veut lui filer son biberon.

Elle hausse les épaules. Elle n’a jamais tenté de se mettre entre la petite et Marie mais je sais que ça lui fait du mal de ne plus être là pour elle. Les tensions sont palpables entre les filles même si elles ne se parlent plus trop.

- C’est le petit bébé à qui ça ? A maman. S’amuse Marielle

Marielle en fait des tonnes pour faire rager Julie alors je décide d’être à mon tour cruel.

- T’en fais pas chérie, je vais t’en faire un à toi. Dis-je en volant un rapide baiser à Julie qui reste sans voix.

- Chérie…ça ne te va tellement pas. Ricane Marielle en mettant Miny dans son parc.

- Oh ferme là Marielle, tu me soules. Lâche Julie

- Pardon ? Me parle pas comme ça !

- Je te parle comme tu le mérites Marielle, j’en ai marre de t’avoir dans les pattes !

Et voilà ça recommence.

- C’est toi qui est dans les nôtres ! Celle qui porte son alliance, c’est moi Julie !

- Et celle qui portera désormais ses enfants, ça sera moi. T’es tellement pathétique Marielle.

- C’est à moi que tu parles comme ça putain ! Hurle Marielle qui se jette sur Julie et la gifle.

Sauf que pour une raison que j’ignore, Julie se défend et lui agrippe les cheveux. En quelques secondes elles sont par terre en train de se bastonner.

- Oh !!! Vous êtes malade putain !!! Y a Victor juste à coté !!!

- C’est de ta faute ! Me crache Marielle

- Oh tellement facile de rejeter la faute sur les autres !

Elles vont pour reprendre mais je me mets entre les deux.

- Eh, regarde-moi Ju’, ça en vaut pas la peine.

- Ça ? Je mérite un peu plus de respect Mickaël ! Me lance Marielle

- Toi tu la fermes ! Va bosser, et fais pas chier.

- Sale connard.

- Ouais c’est ça, va te pendre !

Je prends Julie dans mes bras alors que Marielle prend la porte. Enfin un peu de tranquillité. Jusqu’à la prochaine fois. Putain faut que ça cesse ce bordel avant qu’il y ait un meurtre.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0