Chapitre 43 - Marielle

3 minutes de lecture

Encore quelques jours et je vais pouvoir rentrer. J’ai trop hâte de voir la tête de Mick’ et Julie quand je vais débarquer. Ils pensaient roucouler tranquillement, et bien non. Mick’ m’appartient et je compte bien le reconquérir.

- Tu sais que je t’adore mais tu déconnes Marie. Me dit Lisa

- Parce que lui ne déconne pas peut être ?

- Peu importe, tu ne penses pas aux enfants là, Jennie est déjà complètement perturbée et Miny a besoin de grandir dans un foyer stable.

Là elle me gonfle.

- Elle va grandir avec son père et sa mère, y a pas plus stable Lisa.

- Des parents qui vont se faire la guerre tu trouves ça stable toi ? Les enfants sont des éponges émotionnelles ! Elle va tout ressentir ! Tu le sais très bien !

- Lisa s’il te plaît, ne t’en mêle pas.

Elle souffle mais ne dit plus rien.

- Et ta mère ? Me demande-t-elle après un long silence.

- Je ne sais pas.

- Putain Marielle ! Elle est complice !

- Lisa, pitié laisse-moi du temps, ce n’est pas si simple.

- Je sais mais là c’est la vie des enfants qui sont en jeu.

- Ils ne risquent pas grand chose, Jack m’a dit que le père de Mick’ traque les Gramont et quand ils se feront choper, je ne donne pas cher de leur vie, Mick’ mettra un terme à tout ça.

Elle me regarde choquée de mes paroles.

- Tu t’entends là ? Marielle, on ne fait pas justice soi même !

- Avec Mick’ si.

- C’est n’importe quoi ! Ya des lois !

- Ah oui ? Mais ils sont protégés par on ne sait qui, je te rappelle ! Les lois ne peuvent plus rien faire, ils sont intouchables. On n’a pas vraiment le choix.

- Franchement, je peux comprendre certaine chose mais…putain vous êtes grave quand même.

C’est ça la vie auprès de Mick’. Je crois qu’elle prend seulement conscience de ça. Nous ne sommes pas comme les autres, c’est bien pour ça que nous sommes fait l’un pour l’autre.

- Mais de toute façon ça n’empêche que ta mère est incapable de protéger ses enfants et qu’elle a eu un comportement grave en faisant ce qu’elle a fait. Et la pour le coup les lois peuvent faire quelque chose.

- Tu mettrais ta mère derrière les barreaux toi ?

- Ouais, sans hésiter. Je n’ai pas fais mon métier pour laisser des gosses se faire abuser.

Je reconnais bien Lisa là, elle est passionnée par son métier et garante de la sécurité des enfants. Mais comment gérer ça quand c’est au sein de ta famille ? On ne me l’a pas appris dans mes bouquins.

- Je vais démissionner Lisa, je ne dois pas être faite pour ce métier.

- Marie, j’ai jamais dis ça.

- Non mais moi je le dis.

- Arrête. Je suis désolée, je suis un peu brute parfois, je ne veux pas de ta démission. Écoute, on va se laisser le temps des fêtes et on en reparlera d’accord ?

- Ouais d’accord.

- Déjà reprend tes repères et puis essaye de ne pas tuer ton mari ou ta meilleure amie.

Je me laisse tomber sur mon lit.

- Me parle pas d’eux, parle moi du boulot tiens, comment ça se passe là bas ?

- Et bien on s’agrandit, on a 3 maisons qui vont voir le jour, et on va réorganiser tout.

- Comment ça ?

- On divisait en fonction du sexe, un pole fille et un pole garçon. Mais on voit bien qu’ils n’ont pas le même rythme à 3 ans qu’à 21 ans et puis maintenant que la majorité est à 21 ans, on a aussi des obligations. Du coup on redivise en deux. Un pole enfant et un pole ado et jeunes adulte pour chaque sexe.

- Ça va te demander plus de personnel, non ?

- Ouais, tu comprends pourquoi je ne veux pas de ta démission ? On va avoir besoin de toi ma belle.

Je lui souris, j’ai hâte de reprendre mon travail. J’ai besoin de me sentir utile et puis ils me manquent. J’adorais m’occuper des filles qui sont perdues autant que moi j’ai pu l’être.

- Et sinon on a un partenariat avec le centre de Laurine sur Lyon. On va faire des échanges pour dépayser un peu les mômes et puis faire des commandes groupées aussi ainsi que des voyages organisés.

- C’est génial ça ! Et comment vont Laurine et Lucas ?

- Laurine est toujours sur Lyon et Lucas ici, ils se voient régulièrement mais on sent que ça leur pèse un peu.

- Tu m’étonnes. Et Lucas avec la drogue ça donne quoi ?

- Il tient le coup. Il est bien plus calme maintenant. Silver fait des miracles.

Ce n’est pas moi qui dirais le contraire, qui aurait pensé que Mick’ arrêterait.

- Eh ça va ? Marielle ?

Mes larmes me quittent quand je pense à Mick’, sans rien contrôler je m’effondre. Dans quelques jours je vais devoir le voir avec elle. Je vais devoir ne rien montrer de ma douleur pour combattre dans une guerre que je compte mener jusqu’au bout.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0