Chapitre 33 - Marielle

3 minutes de lecture

J’en ai marre ! Même pas capable de tenir une petite cuillère dans mes mains !

- Marielle, vous devez prendre votre temps et rester calme.

- Je n’y arrive pas !

- Vous vous débrouillez très bien.

Après 1/4h à essayer d’utiliser mes doigts, je suis remise dans ma chambre pour me reposer avant la dialyse. Chaque jour je dois muscler mes doigts en serrant une balle et doucement mon corps reprend vie mais c’est loin de me convenir.

- Lancez-moi la balle Marie.

C’est chaotique mais je ne lâche rien et la balle finie dans la main de mon rééducateur. Une victoire !!! Il suffit que je me fasse un peu confiance en fait.

- Allez on retourne à la chambre. Ne croyez pas que je vais vous pousser, vous avez désormais des mains pour rouler Marielle.

- C’est dur.

- Et alors ?

On ne me ménage pas mais c’est exactement ce que j’ai besoin. Je retrouve ma chambre et on m’aide à me mettre sur mon lit. Je n’arrive pas à m’endormir car Mick’ doit venir avec Miny. Quand il passe la porte, il tient Miny par les mains qui marche avec son aide.

- Regardez qui voilà, c’est moi la plus belle. Dit Mick’ en rentrant fierement avec notre fille.

Mick’ est fou de la petite qui ne pleure plus quand elle me voit et accepte que je puisse jouer un peu avec elle. Je crois que c’est ce qui me motive, pouvoir jouer, câliner ma fille et retrouver Mick’.

- Et Jennie Mick’ ?

- On va devoir attendre son retour mais je t’assure qu’ils vont payer le mal qu’ils ont fait.

- Je ne veux pas que t’ailles en prison Mick’.

- Tu n’as pas à t’inquiéter, je veux que tu me fasses confiance.

- Parce que toi tu m’as fait confiance peut être ?

Je le regarde alors que ma colère gronde. Comment a-t-il pu croire tout ce qu’on lui a dit sur moi.

- Je suis désolé Marie.

- Désolé ? Dis-je en ricanant

- Ecoute, ce n’était pas simple, j’ai reçu des vidéos, des photos, un vocal…putain comment j’aurais pu savoir !

- Parce que tu me connais Mick’ ! Et puis arrête de prendre cet air de victime ! La victime dans tout ça, c’est moi !

- J’ai jamais dis le contraire. J’ai donc pas le droit de m’en vouloir ?

- Ce n’est pas ce qui me ramènera ma fille que t’as laissé partir dans les griffes de ce monstre !

- Pardon ? Rappelle-moi qui a confié notre fille à lui ? Tu savais qui y avait chez ta mère ! Et t’as choisis volontairement de la foutre la bas ! Me fous pas ça sur la gueule !

- Je n’avais pas le choix !

- Bien sur que si Marielle, il suffisait de me parler ! Je t’aurais protégé ! A croire que t’aimais ça te faire baiser par cette merde.

- Sors.

Je suis hors de moi, comment il peut oser me sortir ça ! Je pose un baiser comme je peux à Miny et sans un mot il prend la porte. Je veux retrouver mon corps, ma vie, je veux effacer tout ça !!! Pourquoi je n’ai pas le droit au bonheur !!! J’en ai marre, je ne veux plus souffrir. Je me pose comme je peux sur le bord du lit et pose mes pieds par terre.

- Allez, marche.

Je tente de me lever et m’effondre aussitôt par terre. Je frappe le sol de toutes mes forces.

- Debout !!!! Allez lève toi !!!! Tu peux te lever !!!!

- Mais qu’est ce que vous faites par terre !!! Attendez on va vous remettre au lit.

- Non !!! Je veux marcher !!! Je dois marcher, ma fille est en danger, s’il vous plaît faites quelque chose.

- Ça va aller, on va s’occuper de vous.

Je sens un liquide froid passer dans mes veines et je m’endors. Quand je me réveille, je vois Mick’ assis sur le fauteuil.

- Salut. Dis-je

- Salut.

- Qu’est ce que tu fais là ?

Il hausse les épaules.

- Mick’ je ne veux pas te perdre.

Il a ce sourire forcé qui me fait froid dans le dos.

- Mick’…

- Je suis là. Je ne te lâche pas.

- Merci.

Son téléphone sonne et il décroche.

- Calmez-vous, je ne comprends rien là. Expliquez-moi.

Mick’ est attentif et je vois sa mâchoire se crisper.

- Vous êtes où putain ? Ok j’arrive.

- Qu’est ce qui se passe Mick’ ?

- Ta mère est à la gare avec Jennie.

- Et Gramont ?

- Il semblerait qu’ils se soient embrouillés. Faut que j’aille voir ça.

- Dis lui tout Mick’, elle ne doit pas rester avec lui.

Il me fait oui de la tête et sort de ma chambre. Je connais Gramont, s’il n’est pas revenu avec elle, c’est qu’il ne compte pas revenir. Il sait que s’il revient, Mick’ lui tombera dessus.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0