Chapitre 29 - Mickaël

10 minutes de lecture

Nous sommes à la veille des départs des garçons et Julie est à fond dans les préparatifs des valises.

- Donc je recompte…

- Ça doit faire 10 fois que tu recomptes.

- Oui mais si jamais j’oublie un truc…

- Et bien Jack ira acheter ce qu’il manque.

J’ai beau tout faire pour la rassurer, elle recompte encore cette putain de valise.

- Ok, donc là normalement il ne manque rien. Dit-elle

- T’es sur ? Dis-je pour l’emmerder.

- Je devrais recompter tu penses ?

- On ne sait jamais.

J’avoue que le spectacle est plutôt plaisant de la voir se pencher au dessus la valise. Sa robe remonte sous son cul et j’ai une vue imprenable sur ses courbes.

- Ça y est t’as fini ? Dis-je les bras croisés contre le montant de porte.

- Tu te moques de moi là Parker ?

- Possible.

- Sale con.

Je ricane et elle prend une fessée en passant. J’ai le droit à un regard noir qui la rend encore plus sauvage. Putain je vais la déglinguer. J’attends avec impatience que les garçons se cassent. A peine la voiture hors de ma vue, que je me colle à son cul.

- J’ai très très envie de t’enculer. Dis-je à son oreille

- Alors ça t’oublies direct Parker.

Je sais qu’elle n’est pas très axée cul mais là putain j’en ai grave envie.

- T’as jamais essayé avec moi, si faut tu vas adorer. Je n’ai eu aucunes meufs qui ne se soient plaint.

On ne parle pas de ses autres expériences !

- Contente pour elles mais si je n’ai pas aimé avec Jack, ce n’est pas pour aimer avec toi.

Et bim !

C’est mérité.

- Bon bah je vais devoir te défoncer ta petite chatte alors.

- Ça tu peux.

Et je ne me gène pas. On reste au pieu pour baiser, on ne se lève que pour Miny et nos besoins vitaux. On parle pendant des heures puis on rebaise, on se câline et j’avoue que j’adore aussi prendre du temps à la découvrir en discutant. Je me rends compte qu’avec Marielle, y avait pas tout ça.

- Pourquoi t’aime pas l’anal ?

- Ça me donne des crampes.

Direct je visualise ma queue se faire masser par ses spasmes. Putain faut que j’essaye ! Je dois la décider.

- Et avec le doigt ça te fait pareil ?

- Non, c’est quand tu vas profond et que tu éjacules en moi.

- Ah donc si je reste au bord, c’est bon ?

- Parker oublie.

- Mais pourquoi !!! Tente avec moi s’te plaît !!!

Elle m’envoi son plus beau sourire et vient m’embrasser. Son corps se mets sur le mien et ma queue est bien dressée, prête pour son cul.

- Ou…blie. Dit-elle

- Et si j’te viole ?

- Tu gâcherais notre histoire.

- J’aime bien quand tu dis « notre histoire »

- Tu sais que t’as un petit coté romantique trop chou ?

- Ma bite au fond de ton cul, tu penses que je serais toujours romantique et chou ?

Elle fait une grimace.

- Hummmm…

- Fais gaffe à ce que tu vas répondre pétasse.

Elle ne continue pas ce petit jeu, et j’ai le droit à sa chatte. Cependant je laisse mes mains traîner sur son cul et du bout des doigts je caresse son trou.

- Ça va là ? Dis-je en massant sa rondelle.

- Oui. Dit-elle le regard brillant.

Je remonte la raie de son cul et vient masser la zone qui la fait gémir. Quand je retourne plus bas, son cul est un peu ouvert, j’y glisse un doigt et elle accélère sur ma queue.

- Juste au bord Ju’, promis je me contrôle.

- C’est pas toi Mick’ que je redoute.

- Je te retiendrais.

- Non je préfère pas Mick’.

Putain fait chier !

Ah c’est sur que ça te change de Marielle.

Ta gueule.

Je me limite à un petit doigtage de cul et une bonne baise. Alors que je caresse son dos, je l’entends soupirer.

- Qu’est ce qui ne va pas ma belle ? Dis-je

Elle tourne sa tête vers moi.

- Tu te rends compte que t’as perdu au change avec moi ?

- De quoi tu parles ?

- Marie…elle ne t’aurait pas bridé.

- Non elle m’aurait trompé. Ju’ entre nous y a pas que du cul, alors relaxe, j’aime baiser avec toi même si je t’enculerai probablement jamais.

Elle me sourit et vient m’embrasser alors qu’une petite râleuse se réveille. Putain qu’elle est belle ma gosse. Elle a les yeux de sa mère, un sourire d’ange avec sa petite dent qui pousse, je fonds.

- Ma…ma !!!

Julie me regarde et on est figé sur place. Non ça ne peut pas être ça.

- Ma…ma !!!

Et merde. C’est le genre de chose auquel on n’a pas réfléchis.

- Mick’ je…

Julie est au bord des larmes.

- Va t’en occuper s’il te plait. Dis-je juste pour ne plus entendre Miny appeler Julie.

Putain qu’est ce que je suis sensé faire moi !!! Comment expliquer à un bébé de presque 9 mois que celle qui s’occupe d’elle depuis sa naissance n’est pas sa maman car la sienne est entre la vie et la mort car elle s’est faite baiser comme une truie.

- Mick’, faut qu’on en discute. Me dit Julie alors que je crame ma 3ème clope.

Je ne dis rien car je ne sais pas quoi dire.

- Mick’ je ne sais pas quoi faire.

- Moi non plus.

On se regarde aussi perdu l’un que l’autre.

- Faut arrêter de l’allaiter. Dis-je

- Mick’…

- Ça sera moins compliqué et…et elle finira bien par comprendre.

Julie est en larmes mais quand la petite cherche le sein, on n’a pas le courage de la priver…de sa maman. Ce n’est pas à Miny de comprendre mais à Marielle. Après tout si on en est là, c’est par sa faute. On passe le reste de nos vacances à faire comme ci de rien n’était mais je sais que si Marielle s’en sort, ça risque d’être très compliqué. Mais très vite, je dois gérer le retour de Jennie qui revient de chez mes parents et qui va rester que très peu de temps avec moi car elle va partir avec la mère de Marielle. Au moins, elle se change les idées et en plus elle revient avec un très joli bronzage et un super sourire. Si y a bien une chose que j’aime, c’est quand je regarde mes femmes vivre auprès de moi. Julie est une mère merveilleuse et une belle mère au top.

- Vous êtes amoureux avec Julie ? Me demande Jennie qui est en train d’éplucher des carottes.

- Je ne sais pas trop. Ça te dérange toi si c’était le cas ?

- Tu n’aimes plus maman ?

- Si mais…

Putain trouve les bons mots.

- Disons que c’est compliqué Princesse mais je trouve qu’on vit aussi pas mal avec Julie, t’en penses quoi ?

Elle hausse les épaules et je décide de partir sur un autre sujet.

- Tu as hâte d’aller en vacances avec Mamy ?

- Oui. Dit-elle avec le sourire.

Je n’aime pas la mère de Marielle mais j’avoue qu’elle offre des moments sympas à Jennie.

- Papa ?

- Oui ?

- A quel âge on a le droit de toucher ses fesses ?

Putain c’est quoi encore cette question.

- Y a pas un âge précis, t’es trop jeune encore.

Elle me répond pas et tant mieux car je n’aime pas vraiment parler de ça avec elle. J’ai toujours peur de dire un truc qu’il ne faut pas.

- Coucou je dérange ? Me dit ma sœur qui vient de débarquer.

- Bah non, tu vois je cuisine. Dis-je en regardant les carottes que Jennie épluche.

- Toi cuisiner, alors ça j’aimerais voir ça.

- Non je t’assure que tu n’aimerais pas voir ce carnage. Comment tu vas ma belle ?

- On peut…Dit-elle en me montrant la plage pour m’isoler.

Qu’est ce qu’elle me prépare. Arrivés à la plage elle me regarde tout sourire.

- Je suis enceinte Mick’.

- C’est vrai ?

- Ouais. Regarde. Me dit-elle en me montrant son échographie.

Putain ça me rappelle des souvenirs.

- Je suis super content pour toi. Dis-je en la prenant dans mes bras.

- On croise les doigts.

- Ah bah je vous cherchais. Tu restes manger avec nous Ether ? Demande Julie

- Euh…non c’est gentil merci. Je venais juste annoncer à Mick’ qu’il sera bientôt tonton.

- Oh génial, félicitations !!! Dit Julie en prenant ma sœur dans ses bras.

On regarde de nouveau les photos et je suis ravi de voir ma sœur avec le sourire de nouveau.

- Du coup tu vas te faire suivre où ?

- Pas à l’hôpital, j’ai trop de mauvais souvenirs, le Docteur Gramont est adorable mais je préfère que ça soit ma sage femme.

Docteur qui ? Elle a dit…

Gramont ouais.

Je tique et Julie aussi.

- Comment il s’appelle le médecin de l’hosto ? Dis-je pour être sur.

- Docteur Gramont, pourquoi ?

- G.R.A.M.O.N.T ?

- Oui pourquoi ?

Là ça pue ! Je regarde Julie qui me fait non de la tête pour ne pas inquiéter ma frangine.

- Qu’est ce qu’il se passe ? Demande ma sœur

- Rien, on connait ce nom mais il doit y en avoir plusieurs, t’inquiète et t’as bien raison de privilégier une sage femme. Dit Julie

Ma sœur nous colle une bise et repart aussi vite qu’elle est venue.

- Tu crois vraiment à une coïncidence ? Dis-je sur les dents

- J’en sais rien mais ça fait froid dans le dos.

- Depuis quand Gramont est médecin ?

- C’est peut être pas lui. Attend, viens on va voir sur le site de l’hôpital.

On s’installe à l’ordinateur et nous regardons sur le site et on retrouve le docteur Gramont et là mon sang fait qu’un tour. Il ne ressemble étrangement pas à l’autre bouffon de proviseur mais putain c’est trop bizarre qu’il porte ce nom. On trouve une photo du proviseur et on les compare.

- Tu crois qu’ils sont de la même famille ? Ils ne se ressemblent pas. Me dit Julie

- Je ne ressemble pas à ma sœur.

- Euh bah si.

- J’ai la gueule d’Ether ?

- Vous avez le même regard.

- Mouais. Bon bah ils sont peut être cousin. Putain mais c’est quoi encore ce bordel.

- J’en sais rien mais…Mick’ faut changer Marie d’hôpital au plus vite si jamais c’est lui je crains le pire...

- Putain…

Je crois n’avoir jamais eu aussi peur, tout se regroupe et le puzzle prend forme.

- Marie avant de tomber dans le coma, m’a dit de dire à Ether de changer de doc…je n’ai pas relevé sur le coup mais…

- Tu veux dire qu’elle savait quelque chose et qu’elle a voulu te prévenir ?

- Je crois ouais. Putain quel con je suis !

- Tu ne pouvais pas savoir…mais pourquoi il s’en prendrait à elle ? Le proviseur ok mais là le docteur, pourquoi ?

- J’en sais que dalle mais je vais le découvrir.

Alors que je suis en train de faire des recherches sur ce fameux Docteur Gramont, mon père débarque. Je regarde Julie qui hausse des épaules. Elle l’a appelé car elle sait que je risque de faire justice moi-même si jamais ces connards sont liés.

- Mon fils, alors qu’est ce qui se passe ?

Je lui explique.

- Ils ne se ressemblent pas mais putain j’ai un foutu doute mais y a des coïncidences qui font flipper.

- En effet. Bon Mick’ il ne faut pas faire n’importe quoi par contre. Ce médecin à l’air réputé et il ne serait pas étrange qu’il soit bien placé. S’il est en duo avec le proviseur, ça expliquerait que l’affaire ait été classée, ce genre de personnes ont leurs petits arrangements et sont protégés.

- Je peux régler ça, ce n’est pas un problème.

- Du calme. Ce type à l’air d’avoir le bras long pour avoir classé l’affaire, faut bien réfléchir Mick’.

- C’est tout réfléchi, c’est lui qui a fait l’IMG d’Ether papa jte rappelle.

- Je sais. Mais là on doit mettre Marielle à l’abri. Je vais voir avec notre médecin traitant comment on peut faire.

- Papa…je…putain je m’en veux tellement là.

Il ne dit rien, juste me tape sur l’épaule. Un lourd silence se pose entre moi et Julie alors que j’ai ce goût de haine et de doute qui se mélangent.

- Pourquoi Gramont doc, s’en serait pris à Marielle ? Putain je ne pige pas !

Cette histoire me rend dingue et je décide d’aller à l’hôpital malgré que mon père m’a demandé de rester calme.

- J’aimerais voir le docteur Gramont s’il vous plait. Dis-je aux infirmières.

- Le docteur Gramont est en congé pour 3 semaines.

- Qui s’occupe de ma femme alors ?

- Nous.

- Y a pas de médecin ?

- Seulement en cas d’urgence, y a-t-il un problème ?

Putain ouais !!!

Je me casse dans la chambre de Marielle qui me regarde comme si elle avait perdu espoir de me revoir.

- On a capté Marie, putain dis-moi que ce n’est pas ce que je redoute bébé ?

Ses larmes seront ma seule réponse.

- Je te demande pardon, j’ai rien vu putain, je suis désolé. Pardonne-moi. Dis-je alors que mes larmes roulent sur mes joues.

Je crois qu’il y a rien de pire que d’être ronger par les remords.

- On va te sortir de là, tu dois t’accrocher encore. Mon père est en train de voir pour te transférer et…et on va s’occuper de toi bébé, je te le promets.

Son regard retrouve espoir et ça soulage à peine la douleur dans ma poitrine. Quand je rentre ce sont les larmes de Julie que je dois affronter. Putain dans quelle merde je me suis encore foutu !

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0