Chapitre 24 - Mickaël

4 minutes de lecture

Je sais même plus comment je suis arrivé ici, ni depuis quand j’y suis. Mon corps tremble et j’ai encore les sursauts de mes sanglots. Je pensais que quand je suis parti en Angleterre, ça serait la pire douleur que je puisse vivre mais celle de la trahison est bien pire. Je renifle et mes yeux s’embrument de nouveau et je chiale comme un gamin. Bordel que j’ai mal.

- Mick’, chéri, tu devrais manger un petit peu.

Je ne réponds pas comme depuis que je suis venu chez mes parents en m’effondrant dans les bras de mon père. Je crois que c’est Julie qui m’a amené alors que je faisais une putain de crise de manque en sortant de l’hôpital.

- Allons fiston, faut manger un peu.

Mes yeux fixent la vidéo de notre mariage qui passe en boucle. Quand mon père veut prendre la télécommande je lui envoi un regard qui lui fait vite renoncer.

- Ça fait 4 jours qu’il ne mange pas George.

- Je sais. Allez bonhomme, faut boire un peu.

Mon père me colle le verre dans la bouche et me force à boire.

- On va aller prendre un bain, t’es très sale. Allez Mick’.

Mon père me lève et une sale odeur embaume la pièce. Il me fait descendre et me fout dans la baignoire. Il me lave alors que mes larmes rejoignent l’eau crade. Quand il me remonte dans ma chambre, une bonne odeur de propre a remplacé l’odeur infecte. Il me couche dans des draps propres et je me mets à trembler.

- Papa…

- Je suis là Mick’. Je suis là.

Je suis faible et mes paupières finissent par se fermer. Mais je me réveille en pleine nuit, hurlant ma rage.

- Mick’ !!! Je suis là !!! Fiston regarde moi !!! Je suis là, calme toi, je suis là !!!

- J’ai mal !!!! Papa arrête cette douleur !!!

- Oh Mick’ si seulement je pouvais. Ça va aller... ça va aller.

Elle me hante, elle s’insinue dans mes rêves. Parfois érotique parfois gore. Je la tue encore et encore et puis je regrette immédiatement mon geste. Hurlant la douleur de la perdre pour toujours.

- Je préfère te prévenir, ce n’est pas très joli à voir.

- C’est bon George ça va aller, merci.

Cette voix…

- Bon Parker, tu peux arrêter tes crises d’ado attardés et te conduire comme un homme ? Parce que tes gamines te réclament et moi tu me manques. Donc tu vas bouger ton cul de là.

Mon paradis…

- Je te préviens Parker, si tu ne te bouges pas, je te jure que je t’arrache les couilles.

C’est bien elle. Je la regarde et l’odeur immonde des draps me fait gerber par terre.

- Mick’, tu ne peux pas te rendre malade comme ça. M’abandonne pas, j’ai besoin de toi.

Je la regarde. Pourquoi elle pleure ?

- Pleure pas.

- Alors reviens.

- Je n’y arriverai pas.

- Pas tout seul non mais avec moi oui.

Je me redresse avec le goût de la gerbe dans la bouche et la gorge ultra sèche. Elle me tend un verre d’eau que j’avale.

- T’as sali ton lit, un vrai gosse.

Je hausse les épaules.

- Allez, à la douche beau goss.

Elle me fait descendre et je vois le sourire de ma mère.

- Tu pues vraiment beaucoup Parker. Dit-elle en frottant mon corps.

Je ne dis rien, juste je la laisse faire. Tel un pantin, elle me nettoie, m’envoyant un sourire tendre.

- Je ne te laisserai jamais tomber. Me dit-elle en me séchant

- Elle aussi disait ça.

- Je ne suis pas elle ! Me gronde-t-elle

Elle me met un tee-shirt puis me fait enfiler un pantalon de jogging.

- Et maintenant tu vas aller manger.

Je fais non de la tête.

- J’ai réussi à faire manger des épinards aux enfants alors ce n’est pas toi qui va me résister.

Chaque jour, elle vient me voir, m’amène à la douche, me fait manger, me fait vivre.

- Bon, alors comme tu ne veux pas sortir de ta tanière, on vient à toi. Dit-elle en posant ma fille sur mon torse.

- Sweety.

- Elle n’arrête pas de pleurer depuis que t’es parti. Et Jennie est partie au centre, elle supportait plus de ne plus te voir à la maison. Faut que tu reviennes Mick’.

- Laisse-moi Julie. Dis-je en lui redonnant la petite.

- Mick’ !!! Mais merde quoi !!! J’ai besoin de toi !!! On a besoin de toi !!!

Je l’entends pleurer mais je préfère fermer mes yeux en espérant que ça soit définitivement.

- Papa…papa réveille toi.

- Jennie ? Mais…

Je me redresse et voix Julie.

- Je te l’ai dis, je ne te lâcherai pas Parker.

- Tu m’as toujours dis que tu seras là pour moi. Pleure Jennie

- Princesse, pleure pas.

- Tu m’as menti papa.

- Non…mais papa a besoin de…de temps ma puce.

- J’ai plus ma maman ni mon papa, je veux mon papa et ma maman. Pleure-t-elle

Oh merde mais qu’est ce que je suis en train de faire !!!

De la merde. Elles ne méritent pas ça alors bouge toi.

J’efface les larmes de Jennie et je regarde Julie qui me sourit.

- Papa va se préparer et on rentre. Dis-je

Jennie me regarde comme si ce que je venais de dire était un truc incroyable.

- Pour de vrai ?

- Ouais princesse pour de vrai. Allez va voir papy et mamy, j’ai besoin de Julie pour la douche.

- D’accord.

Je regarde Julie qui me lance un sourire. J’ai encore du mal à tenir debout mais j’arrive à me foutre dans la voiture de Julie.

- Je ne veux pas qu’on rentre au centre. Dis-je

- Tu veux quoi alors ?

- Va au mobile home. Y a trop de souvenir au centre, moins au mobil home.

Ma lune de miel a tellement été merdique que ça ne risque pas de me donner envie de réparer ce qui est cassé entre Marielle et moi. Ici c’est chez moi…je veux repartir de zéro et fermer ce putain de livre.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0