Chapitre 17 - Marielle

2 minutes de lecture

Oh mon dieu !!! C’est bon !!! Je suis tellement sensible.

- Bordel, ce qu’elle mouille !!! Dit Gramont qui bouge dans mon anus avec son membre gonflé.

J’ai beau détester l’avoir en moi, les sensations qu’il me procure sont délicieuses et je crois que c’est ça le pire, prendre du plaisir alors que je ne devrais pas.

- Je ne dois pas lui faire assez mal. Dit le doc qui me regarde dans les yeux.

- Laisse là jouir s’il te plait.

Non !!!

- Ouais t’aime ça ma jolie que jte baise ton cul.

Non !!!

Mon corps se recouvre de sueur, et Gramont râle plus fort quand mon corps se crispe de lui-même.

- T’es vraiment bonne toi.

Son frère lève les yeux au ciel. Une fois Gramont soulagé, il part me laissant seule avec son psychopathe de frangin qui me tourne sur le coté.

- On va gratter un peu ça. Dit-il en retirant les compresses que chaque jour on enfonce dans mon escarre.

Ça me faisait moins mal mais forcément ça ne l’arrange pas.

- Voilà, on voit bien l’os là, c’est parfait.

Il me remet sur le dos, et mes reins me font toujours aussi mal.

- Et bien, on peut dire que tes reins ne fonctionnent plus. Dit-il en me montrant ma poche d’urine qui est sombre.

Il me passe une échographie et je vois son sourire se dessiner.

- T’es bonne pour la greffe. Sauf que je ne vais pas te mettre sur la liste. Tu vas devoir supporter le reste de ta misérable vie branchée à une machine.

Monstre !!!

- Voyons cette rate. Elle est parfaite. Je vais préconiser les injections, qui ne serviront à rien sauf à te faire du mal.

Forcément.

- T’aurais pas un peu de fièvre toi ? 39°C on n’aurait pas une petite infection quelque part ? Petite cachotière, tu vas plus mal que tu ne veux le montrer hein.

Les jours suivants, j’ai l’impression que je suis aux portes des enfers. La fièvre est montée, j’ai convulsé et j’ai eu le droit à une batterie d’examen. Biopsie de mon escarre, ponction lombaire, des prises de sang et un prélèvement de moelle osseuse.

- Je veux que tu souffres !!! Pourquoi ton pouls ne s’accélère plus quand je te fais du mal !!!

Parce que je n’ai plus la force.

- Je vais te faire encore plus mal alors. Tu dois souffrir, y a que ça qui apaise ma douleur.

A croire que la douleur n’a jamais de maximum. Sur la table d’opération, en pleine nuit, seul avec lui, les mains dans mon ventre, il m’a arraché la rate, me promettant que mon calvaire est loin d’être fini. Je sais que tant qu’il souffrira, il me fera du mal, et comme la perte d’un enfant nous condamne à une vie de souffrance, il n’y aura jamais de fin à la mienne.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0