Chapitre 14 - Mickaël

5 minutes de lecture

Je reviens de l’hosto et comme à chaque fois, j’ai mal aux tripes de la voir dans cet état. Bien que je sois toujours vénère contre elle, elle ne mérite quand même pas ça. Heureusement quand je rentre, je retrouve le sourire en voyant cette jolie petite fille.

- C’est qui la plus jolie ? C’est qui le bébé à papa ?

Elle rigole, le téton de Julie dans sa bouche.

- Arrête, elle va jamais finir.

- Je fais ce que je veux avec ma fille.

Elle lève les yeux au ciel alors que je chatouille les pieds de la petite qui rit puis d’un coup elle tète se rappelant qu’elle doit se nourrir.

- Doucement ma puce. Dit Julie en grimaçant.

- Toi tu saignes.

- Ta gueule Parker.

Je commence à connaître Julie, quand elle a ses règles, elle a les tétons sensibles. Et comme je suis un connard, je vais un peu la faire chier.

- D’ailleurs t’es plutôt cordon ou couche toi ? Dis-je

- Putain mais tu ne veux pas aller te pendre ?

- Allez, dis-moi.

Je la regarde alors qu’elle ne me répond pas. Je tente de voir à travers son legging si je vois un truc et vu qu’il est prêt du corps, j’opte pour le cordon.

- Cordon !!! T’aimes trop te mettre des trucs dans la chatte toi.

- Putain Parker je vais te castrer.

J’éclate de rire.

- Tiens, t’es bon pour la couche moi je dois aller changer mon tampon. Me lance-t-elle avec son petit sourire.

- J’avais bon !!! C’est papa le meilleur hein…Julie elle porte des tam…pons elle porte des tammmmm ponnnnnns

- T’es un vrai gamin Parker. Gueule-t-elle des chiottes.

Ouais j’avoue.

- Putain la bombe !!! Tu bouffes quoi en cachette Sweetie ? C’est ignoble cette couche, pour une demoiselle tu crains un max. Arrête de gigoter. Non touche pas à ça, tiens un jouet.

Pourquoi faut toujours qu’elle veuille le paquet de coton. Quand je lui retire des mains pour la 3ème fois, elle se met dans une colère toute rouge.

- T’es sérieuse là ? Tu me tapes une crise pour des cotons ?

- Donne-lui ses cotons Parker, sinon on te fait un procès.

- Eh la blonde aux tampons, tu ne t’occupes pas de ça, c’est entre moi et ma fille. Le jouet oui, le coton non. Et tu peux faire une crise, c’est comme ça.

Mais j’ai juste oublié qu’elle porte les gênes de sa daronne et les miens, et elle compte prendre ces putains de cotons.

- Eh, arrête ça. Miny non ! Ça suffit !

Et là c’est un putain de drame. Je n’aurais pas pensé que si petit ça pouvait taper des crises comme ça. Elle en tremble de partout avec des grosses larmes. Je la prends contre moi, et lui donne mon t-shirt doudou en la berçant.

- Allez calme-toi.

Elle prend son pouce en grognant. Pendant que je caresse sa tête.

- Tu vois, y a pas de quoi faire une crise.

Elle a des sursauts de sanglot puis doucement ses paupières se ferment. Elle grogne toujours autant et je sens qu’elle est qu’au début de son sommeil car elle lutte pour garder les yeux ouverts pour me regarder. Je commence à chanter la berceuse que Jennie a crée pour elle.

- Dors dors Sweety d’or

Demain on s’aimera encore

Dors dors Sweety d’or

Demain on s’aimera plus fort

Ma voix à raison de sa lutte et je sens son petit corps se détendre dans mes bras.

- Je t’aime mon bébé. Dis-je en la mettant dans son lit

- Tu sais que t’es mignon quand tu joues au papa. Me lance Julie quand je sors de la chambre

- Tu sais que je suis mignon quand…

Elle pose sa main sur ma bouche, j’attrape entre mes dents ses doigts que je relâche aussitôt.

- Descend Parker.

- Tu parles de ton string ?

Je me prends une tape et je descends. Toute la journée je vois bien qu’elle a mal et je sais à quel point leur ragne les font souffrir.

- Viens avec moi. Dis-je quand tout le monde est au lit.

- Parker, qu’est ce que…

Je pose ma main sur sa bouche et je la sens frissonner. Bien trop sensible la demoiselle.

- Tu me fais confiance ? Dis-je

- Euh…ça dépend pourquoi ?

- Retire tes fringues ste plait.

- Rêve.

- Putain Julie, je ne vais pas te baiser, si tu veux je me tourne mets toi sur la serviette sur le lit et sur le ventre s’il te plait.

- Tu me touches, je te tue.

- Je vais te toucher, mais pas comme tu l’entends petite cochonne.

Elle m’envoie un regard noir puis me fait signe de se tourner. La seule meuf que j’ai massé dans ma vie, c’est ma femme. Mais depuis la naissance de Miny, Julie se démène pour qu’on soit bien, alors elle mérite largement un massage. Je verse de l’huile et elle gémit déjà.

- On dirait que t’as jamais eu de massage. Dis-je

- Bah c’est le cas. Me répond-elle

- Sérieux ?

- Ouais, Jack ce n’était pas son trip.

Et bien je trouve que c’est un juste retour des choses quand on voit ce que nos meufs font pour nous.

Ce n’est pas ta meuf Julie pour info

Je sais mais elle fait son taf alors je la traite tout comme.

Bordel qu’elle est tendue. Je laisse glisser mes mains le long de son dos puis remonte. Je fais un peu sa nuque et j’ai presque l’impression qu’elle va se taper un orgasme. Je descends encore le long de son dos jusqu’à ses hanches.

- Tu masses trop bien. Me dit-elle à moitié endormie

- Ravi que ça te convienne.

Je ne joue pas au connard, je reste respectueux de son corps et fais gaffe à ses réactions. Je lui masse au niveau de ses reins et c’est cette zone qui a l’air la plus douloureuse.

- Hummm continue s’il te plait c’est trop bon.

Je descends un peu plus à chaque fois pour la soulager des tensions, jusqu’à arriver au début de la raie de son cul. Je sais que le sacrum est douloureux quand elle on leur règle, alors je tente et prie pour pas qu’elle m’arrache les couilles. Mon doigt vient se glisser dans le début de la fente de son cul puis je masse cette zone qui à l’air de la faire réagir au vu de ses gémissements.

- Ça va ? Dis-je

- Continue ste plait.

Je ne vais pas me faire prier. Je mets de l’huile et lui masse cette zone. Mais ses miaulements deviennent carrément érotiques.

Ce n’est pas ce que tu cherchais ?

Non mais ça me va très bien.

J’appuie un peu mes doigts et elle se cambre, resserrant ses bras autour de son oreiller.

- Tu aimes ?

- J’adore, j’ai plus mal au ventre.

Je pourrais lui faire tellement de bien si j’allais m’aventurer plus bas. Le sexe pendant les règles, c’est le meilleur remède pour passer la douleur. Je remonte le long de son dos, masse ses omoplates et je me rends compte qu’elle s’est endormie.

- Merci pour ce que tu fais pour nous. Dis-je à son oreille

Je lui pose une bise et la recouvre de la couette. J’embrasse ma fille et file me coucher à mon tour. Julie se tourne dans son sommeil, et elle vient se coller à moi. C’est en lui caressant les cheveux que je finis par m’endormir. Julie mérite bien plus mes attentions que celle qui m’a arraché le cœur.

Annotations

Recommandations

Jessie Auryann
En Colombie, la guerre entre Cartel fait rage. Entre guérilla de territoire et trafic en tous genres, les hostilités sont ouvertes.

Alana va en faire les frais à ses dépens. Jeune infirmière, elle se bat chaque jour pour sauver la vie de ces jeunes qui sont à la merci de ces gangs. En tombant sur un ami d'enfance, elle n'aurait jamais cru que celui-ci la livrerait à l'impitoyable et sexy chef des Los Verdugos.

Emilio ne connaît que la voie du danger. Baigné depuis sa tendre enfance dans la violence de ces mafias, il est sans pitié.
Ses deux âmes vont se percuter. Captive dans les flammes de l'enfer des Los Verdugos, elle devra s'adapter et ne pas succomber au charme du puissant chef, qui lui se fera un malin plaisir à la torturer.

Qui de la lumière et de l'obscurité dominera l'autre ?

Booktrailer : https://www.youtube.com/watch?v=B4mN8N4dKko

Texte co-écrit avec Kelly LHA, corrigé par Valente Sandra
161
76
17
276
Défi
Tragidylle

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
1
6
1
Loumica1
"Gabrielle, sujet 4B-P, identifiée."


Gabrielle ne se souvient de rien. Son monde se résume à une minuscule maison sans porte et dont les fenêtres n'ouvrent que sur du noir. Avec elle est enfermé un homme, dans le même cas qu'elle. Tous deux se sont réveillés un matin, leur vie entière réduite à néant. Jour après jour, ils luttent pour se libérer. Mais au fond, est-ce vraiment une bonne chose ?

"Mission I, Se réveiller, accomplie. Mission II, Connaître, commencée."



Je vous présente le début de ma nouvelle histoire ! C'est la première que je publie sur Scribay, et suis ouverte aux critiques et aux conseils !
2
1
1
2

Vous aimez lire Jessie Auryann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0