07- La sentence

2 minutes de lecture

Le triomphe du père tourna en eau de boudin. C’est vrai ça, songea-t-il soudain, comment n’y avait-il pas pensé plus tôt ? D’où venait l’expression « se faire du blé » si ce n’est parce que le blé rendait riche ? Il n’y avait en tout cas pas d’expression équivalente dans le maïs. On ne disait pas « se faire du maïs » ou alors on était très con. On disait bien parfois que le cochon était dans le maïs, mais c’était une allusion sexuelle de fort mauvais goût, qu’on n’employait qu’en fin de repas, quand les plus vieilles badernes ronflaient leur digestif et que les mioches s’étaient éparpillés aux quatre coins des pieds de table.

Le maïs, franchement, quelle idée… Ça faisait du pain tout plat, c’était à peine bon pour nourrir les bestiaux et l’alcool qu’on en tirait faisait regretter dès la première gorgée de ne pas déjà être au stade de la gueule de bois.

Le monde des Hodh venait d’être renversé. Ça grondait et ça renaudait dans les rangs du demi-cercle désormais plus si parfait que ça. Raide comme une idée fixe, le père pivota avec aigreur vers sa femme, elle plus blême qu’une endive.

Il s’agissait de tenir bon malgré la tempête qui s’annonçait et soufflait déjà les esprits de la Hordhe. Avec une lenteur de goutteux devant marcher malgré la sciatique, le père saisit le baluchon des mains d’un des jumeaux, puis il se retourna vers sa fille.

« Décidément, ma fille, tu ne connais qu’une seule graine, celle des âneries. T’es d’la mauvaise herbe, même qu’on aurait dû t’appeler Zizanieuh ! »

Il fit signe de la libérer d’un mouvement du cou. Comme le langage du cou n’était pas universellement répandu, que le père et son cou partageaient une langue morte depuis qu’il avait léché par erreur le derrière d’un bécut – la version officielle évoquait l’usage d’une grenouille hallucinogène – le père répéta son ordre par un roulement des yeux. Sans davantage de résultat.

« Alors, vous la dépapillotez, oui ? Faut vous dire les choses comment ? »

On dépapillota donc Pattie, non sans quelques grommellements en forme de protestations informelles sur l’incompréhension générale des ordres DU COU. Et des yeux.

Pendant qu’on mordait dans les liens, qu’on cherchait qui avait un couteau, qu’on avait sorti une poêle pour faire sauter des grains de maïs, le père asséna sa sentence.

« Pattie Hodh, pour dire que des mensonges et être une peau morte pour la saucissoété, tu es par là même de qui de droit tricarde de Bois-La-Barne. Ce c’qu’ça veut dire, c’est que comme t’en touches pas une, tu n’mérites pas d’avoir le droit de vivre ici. Alors tu peux prendre tes farfadaises de blé avec toi et aller voir ailleurs si on y est. Devine quoi ? On n’y sera pas. Et comme on n’avait pas envie de te voir lambiner à plier ton fourbi, on t’a baluchonné tes nappanages. On n’est pas des bêtes, on a repassé ta robe avant de la rouler en boule au milieu des torchons. Villemur est par là, au sud. On est en fin de journée, donc ça te prendra trois jours de marche si tu n’as pas les pieds nickelés. »

Il s’arrêta, le souffle court. Il n’avait pas l’habitude d’autant parler avec la langue. Il avait un cou pour ça. Des yeux, il fit signe à la mère toujours dans son dos qu’elle pouvait dire adieu à sa fille. Pendant ce temps, le demi-cercle était devenu un tas d’où jaillissait ici un poing, ici un juron. Chez les Hodh, on était polyvalent. À la distribution des pains, tout le monde devenait boulanger.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire CrazyDoll ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0