Pélerinage

de Image de profil de JPierreJPierre

Apprécié par 1 lecteur

    D’une brume en parfaite concordance avec un temps d’une seconde moitié, avancée, de septembre, 13°, du haut de ce sommet, modeste, gravi hier et qui m’accueillit pour reposer mes jambes fatiguées, l’horizon est tel que parfois je l’apprécie : flou ! A l’unisson de cette existence qui est la mienne la plupart du temps. J’aime ces moments ouatés, bruits étouffés, laissant toute sa place à l’imagination, la découverte. J’aime marcher dans cette brume que d’autres n’apprécient pas. J’y trouve un plaisir toujours renouvelé et une concordance avec mon moi. Elle possède un parfum d’aventure dont chacun peut faire ce qu’il veut.

    Là où elle peut procurer un sentiment de malaise, d’angoisse, j’y vois la découverte. Marcher sans vraiment voir, juste distingué peut révéler, au détour d’un virage, en haut ou en bas d’une pente, un paysage, une clairière, un sous-bois, une ruine, un troupeau, une plante, un animal aussi surpris que vous. Avancer sans que rien ne laisse présager ce qui va se présenter ! Parfois, ce discernement tardif révèle un à pic imprévu provoquant un brusque afflux d’adrénaline. C’est l’aventure, avec un petit a probablement, donc la plus grande, sans le bazar héroïque et vaguement romanesque des clichés, simple et bon enfant. Une manière de s’en remettre au destin sans pour autant y engager sa vie. L’inverse peut être vrai pourvu que l’esprit, tordu de nos âmes humaines, veuillent bien y prêter vie. Question de point de vue et différences entre pensée saine et pensée scène !

    La brume est une invite sans frais à s’en remettre à un destin pour vérifier s’il vous fera signe. Ce qu’il ne fait pas si souvent que ça au contraire de mère nature qui, elle, passe son temps à nous en envoyer sans discontinuer. Destin, nature, la confusion est courante, presque létale. Ils sont si distincts, si concordants parfois et antinomiques à d’autres moments. Non content de les confondre, nous, moi y compris et surtout, nous les interprétons qu’avec difficultés, mal pour tout dire ; par lâcheté, ignorance voire facilité d’y voir ce que nous voudrions y voir.

    La nature, prétexte facile à des causes illégitimes et non étayées par une quelconque réflexion globale, a un territoire à défendre. Elle le fait bien et ne cédera pas de terrain autrement que par une destruction finale qui ne la remettrait même pas en cause. Elle deviendrait autre mais existerait toujours. Si l’immortalité existe, elle en est l’étendard. Même le vide est la nature. L’humain, qui l’a oublié, n’en est qu’un élément parmi d’autres. A vouloir se faire passer pour elle, la représenter, croire la remplacer, il l’a oublié. Nous, plus ou moins à des degrés divers, conscients de la fugacité de notre existence, courront après cette dernière ; alors que nous l’avons ! Notre conscience, que nous définissons, à tort ?, à raison ?, comme le propre de l’homme n’est, au fond, qu’angoisse(s). Allons-nous la perdre ? Les perdre ? Nous n’en savons rien.

    Cette conscience, dont nous sommes si fiers, nous posons nous la question de savoir si elle est une forme unique ? Ou une parmi d’autres ? La nature est-elle consciente ? En a-t-elle une, de conscience ? Deux mots proches mais distincts dont l’un implique une morale. Ecrite ou orale, bible, lois, règles, obligations, devoirs ? Ou juste physiques, chimiques ? Serions-nous capables de le déterminer, appréhender autrement que de manière parfaitement subjective ? Les implications conscientes/consciences sont dérangeantes pour notre capacité réduite de globalisation sidérale. La réponse n’est pas évidente.

    Le destin ? Voilà une autre histoire ! Est-elle une part de cette nature ? Existe-t-elle par elle ou au travers d’elle ? J’aurais tendance à croire que non ! Il est un, autonome, bonne âme et possédant cet avantage énorme de n’avoir aucun territoire à défendre. Et ce désavantage de ne point exister si nous n’existons pas. Il est le rejeton de nos imaginations, nos actes, nos fantasmes et désirs. Le chemin inéluctable tracé par notre éducation. Il est notre représentation dont quelques-uns s’enorgueillissent ; que d’autres subissent, vilipendent, accusent. Il est unique comme étendard de chacun de nous ; multiples par le nombre d’âmes vivantes ; ils s’entrechoquent sans le moindre espoir de devenir ou redevenir unique. Chaque souffle de vie possède le sien. Croise la route d’une multitude devenant un paramètre pas toujours désiré, souhaité ou souhaitable. La fourmi rencontre le pied d’un humain abrégeant son existence de manière radicale. Je doute qu’elle en ai eu le désir ! La terre tremble, les morts s’accumulent en dépit plus que certain de leurs volontés. Un minuscule caillou roule sous la chaussure d’un être humain qui glisse malencontreusement dans le vide. Sa chute est stoppé par une branche poussant sur ce versant en dépit d’un bon sens qui ne l’est que du point de vue humain. Ou, la victime de ce caillou tente de se raccrocher à une branche poussant sur le versant en dépit… Malheureusement elle se brise, membre trop fragile et mal nourri et la chute se poursuit. C’est l’extrême de ces croisements de destin permanent.

    Alors la nature est-elle consciente ? La réponse est-elle dans cette capacité à interférer avec nos destins ? A-t-elle son propre destin ? Qu’elle rêve, désire, fantasme ? Abime vertigineux où sont plongés tous ces vermisseaux de l’univers que nous sommes. La vie en somme !

    Ces signes qui nous sont envoyés, moi, pas plus qu’un autre, sais les interpréter, parfois à peine les voir. Il faut y voir, à parts égales, facilité et lâcheté. Si ces mots, nous pouvions les additionner de manière mathématique, ils auraient comme résultat indifférence. Ainsi poserais-je un nouveau théorème que je nommerais « humanité » !

Contemporaindestinéelâcheté
Tous droits réservés
8 chapitres de 2 minutes en moyenne
Commencer la lecture

Commentaires & Discussions

PardonChapitre2 messages | 3 ans
PélerinageChapitre1 message | 3 ans
CeintChapitre0 message
JacquesChapitre0 message
DeuxChapitre0 message
… Qu'onChapitre0 message
PostChapitre0 message
ElleChapitre0 message

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0