Lina (2/2)

9 minutes de lecture

— Bon, c'est quoi le plan ? Pourquoi nous avoir fait venir ici ? demanda sèchement Erran.

— Tu pourrais commencer par montrer ta reconnaissance, j'aurais pu te laisser à ton sort, rétorqua la princesse.

— Je ne doute pas que tu avais de bonnes raisons de m'aider, ma très chère cousine.

Lina soupira.

— Ils ont toujours été comme ça, comme chien et chat, chuchota-t-elle à l'oreille de Lock. Adelaïde est la plus douce de la fratrie, ou peut-être plus diplomate, elle s'entend à merveille avec Erran. En revanche Aurora et lui... ils ont peut-être des caractères trop semblables.

Lock acquiesça distraitement sans perdre la princesse des yeux, ce qui frustra légèrement la jeune pilote.

— Tu ne peux pas rester à Mogrador, répondait la princesse comme si de rien n'était. Quelle que soit l'identité de notre ennemi mystérieux, on peut être sûrs que les services spéciaux vont déployer tous leurs moyens pour te retrouver.

— Tu veux que je m'enfuie alors qu'on m'a piégé ? Qu'on m'a enlevé tout ce que j'avais ? s'offusqua Erran. Tu me connais mieux que ça.

— Laisse-moi gérer cette question, trancha Aurora. Que ferais tu en restant ? À part te cacher dans le plus profond des trous à rats ? Tu seras plus utile en partant pour Farahr.

— La capitale de l'ancien empire de Mand'il ? s'étonna Zack. Pourquoi ?

— Je veux qu'il rassemble toutes les informations possibles sur les Nova.

Des regards intrigués dévisagèrent la princesse. Lina partageait la surprise collective, elle ignorait le but du voyage jusqu'à cet instant.

— Les Nova sont créées ici et nulle part ailleurs, intervint la jeune pilote. Et on sait déjà tout ce qu'il y a à savoir dessus non ?

— Nous savons comment les créer et les utiliser, confirma Aurora. Mais que sait-on de leur origine ? De l'identité de celui qui a trouvé le procédé de leur fabrication ? Par ailleurs, comment fonctionnent-elles ? D'où provient cette énergie illimitée qu'elles dégagent ?

— Le professeur Vilmarr... commença Zack.

— Vilmarr a mené le "Projet Nova", confirma la princesse. C'est lui qui a dirigé l'étude qui a mené à la construction de la première usine. Mais le procédé de création de ces cristaux n'est-t-il pas trop complexe pour être le fruit du travail d'un seul scientifique ? Un homme qui, comme par hasard, est mort mystérieusement juste après les premiers essais fructueux...

— Pourquoi t'intéresser à ça tout à coup ? réagit Erran en fronçant les sourcils. On créé des Nova depuis une trentaine d'année.

— La première décision du sénat validée par mon frère a été d'isoler totalement le planétarium, expliqua la princesse. Les accès sont désormais soumis à un contrôle très strict, même un membre de la famille impériale ne peut plus s'y rendre librement.

— C'est très étrange, oui, mais de là à...

— Avant sa mort, poursuivis Aurora, j'ai surpris une conversation animée entre mon père et Emile Perwick, le directeur du planétarium. Il était question des Nova, des conséquences de leur production en masse sur Mogrador ainsi que d'un projet "secret". Je n'ai pas pu en savoir plus, ils m'ont remarqué et ont changé de sujet, mais du coup j'ai mené mon enquête.

— Tout à fait ton genre, soupira Lina.

— Ils parlaient peut-être juste du Projet Terra Nova, proposa Zack en haussant les épaules.

— Tu as déjà visité les musées de la ville ? questionna la princesse.

Elle porta un regard désaprobateur sur le mécanicien avec une moue qui en disait long sur son avis sur la question.

— Où tu veux en venir ? soupira Erran.

— Les représentations de la cité et ses environs illustrent des plaines pleines de vie et des forêts abritant des espèces uniques au monde. J'ai visité ces plaines et ces forêts au cours des dernières semaines : tout est désertique, la terre est morte et couverte par cette brume épaisse et nauséabonde. Il s'est définitivement passé quelque chose et tout semble impliquer les Nova !

— Les experts ont évoqué un changement de climat... fit remarquer Lina.

— Tu y crois vraiment ? Avec une ampleur pareille, un pays qui se meurt en quelques années ?

La pilote jeta un nouveau coup d'œil à son environnement, elle comprenait mieux le choix de ce point de rendez-vous. Ils se trouvaient dans une décharge, bien sûr, mais il était vrai que même au dehors le paysage ne changeait guère. Elle avait souvent survolé leur État au cours de ses entrainements et avait constaté à quel point le territoire historique de Mogrador était désolé.

— Je ne suis toujours pas convaincu, mais pourquoi pas ? concéda Erran. Comment espère-tu me voir atteindre ma destination ? À pied j'en ai pour un an environ, à considérer que je ne sois pas capturé ou mort de faim avant.

Aurora se tourna vers Lina, qui désactiva le camouflage de la navette. Erran fixa l'appareil d'un air méfiant mais finit par acquiescer.

— Zack ? demanda-t-il.

— Je devrais pouvoir me libérer le temps d'un petit voyage, commenta le petit homme en prenant des faux airs d'homme d'affaire.

— Elia doit venir également... reprit Erran.

— Non ! réagit aussitôt Lock.

— Pas question que j'aille où que ce soit avec lui ! ajouta sa sœur.

Tous les regards se tournèrent vers le duo, resté silencieux jusque-là.

— Il serait temps de nous expliquer pourquoi la sœur de Lucas est ici, trancha Aurora.

— Pour la même raison que moi, souffla le soldat. Elle m'accompagnait quand j'ai été capturé et je l'ai libérée.

— Tu l'as fait évader ?! rebondit la princesse en manquant de s'étouffer. Imbécile ! Comme si tu ne prenais pas assez de risques !

— C'est de ma faute si elle s'est retrouvée mêlée à tout ça, tenta de justifier Erran.

— C'est vrai, soutint Elia, et c'est bien pour cette raison qu'il n'est pas question que je reste avec lui plus longtemps ! Il ne m'a attiré que des ennuis, m'a mentis... nous n'avons rien à voir avec vos histoires, tout ce que nous voulons c'est vivre une vie tranquille !

Lina jeta un coup d'œil du côté de Lock, guère convaincue qu'il partage ces modestes ambitions. À cet instant, il se contentait de regarder ses pieds.

— C'est bien Erran, commenta la princesse à voix basse.

— Du calme Elia, intervint le soldat. Je... je suis désolé mais...

— Je me fiche de tes excuses, je veux retourner à ma vie d'avant ! rétorqua la jeune femme.

— Ce n'est pas possible, asséna Lock. Si j'ai bien suivi, tu seras recherchée toi aussi. Tu dois partir avec eux, c'est le seul moyen.

— Mais...

— Je viens aussi bien sûr. Il leur faut un pilote non ? conclut le jeune homme en se tournant vers la princesse.

— Non, trancha cette dernière sur un ton catégorique.

— Quoi ?!

— Tout d'abord, tu n'as même pas effleuré un Nova que tu te prétends pilote ? Tu ne leur sera d'aucune utilité, expliqua-t-elle.

— J'en ai déjà contrôlé un !

— Celui du réfectoire ne compte pas, intervint Lina en soupirant. C'est un cas particulier, il est complètement ouvert au contrôle. Ça n'a rien à voir.

— De toute façon tu m'as juré fidélité et j'aurais besoin de toi en l'absence de Lina, continua Aurora.

Lock, qui semblait sur le point de rétorquer, se tourna brusquement vers sa marraine.

— Oui, c'est moi qui vais y aller, concéda-t-elle. Tu as raison, ils ont besoin d'un pilote.

Le jeune homme accusa le coup. Lina devait avouer qu'elle appréciait sa contrariété visible à l'idée de se séparer d'elle, même s'il était probablement plus concerné par sa sœur.

— Vous pensez vraiment qu'un simple serment va m'empêcher de suivre Elia ? déclara finalement le jeune homme sur un ton rebelle.

— Il sera en sécurité ici ? coupa sa sœur.

— Elia !

— Son don est précieux pour l'armée, il ne lui arrivera rien... rien d'ingérable en tous cas, indiqua Lina.

Dans l'enceinte de l'académie du moins, ajouta-t-elle dans sa tête.

— Alors tu reste, décida Elia en s'adressant à son frère.

— Tu auras besoin de moi ! explosa Lock.

— Au contraire, tu ne ferais que m'ajouter des soucis, comme d'habitude, contra-t-elle. Et puis ce voyage sera sans risque, pas vrai ?

Lock capitula étonnement vite.

***

Lorsqu'elle posa la main sur le Nova, Lina ressentit aussitôt la sensation familière de son esprit fusionnant avec chaque câble, chaque conduite et jusqu'au dernier écrou de l'appareil. Au contact de la pierre blanche, elle était la navette. Cette sensation était loin d'être aussi grisante que celle qu'elle avait en pilotant les engins de l'académie, avec eux elle resentait la nervosité voire l'impatience de l'appareil. Le vieux coucou récupéré par Aurora dégageait davantage de la détermination, celle de continuer à avancer. Il était largement dépassé, peu de pièces étaient d'origine et la plupart des ajouts discutables. Le mécanicien qui avait rendu le système compatible avec un Nova avait fait du bon travail cependant, la pilote avait confiance dans leurs chances d'atteindre leur destination avec un véhicule en un seul morceau.

S'il n'y a pas de mauvaise surprise en chemin.

L'énergie commença à affluer sous sa paume, provoquant une sensation de froid brûlant. Elle la dirigea vers les moteurs qui se mirent à cracher, de la fumée blanche se dégagea aussitôt d'une valve au-dessus de sa tête et Lina se concentra sur elle. La conduite se resserra et le gaz partit vers l'évacuation extérieure. Elle lâcha temporairement le cristal blanc et quitta le cockpit pour retrouver ses nouveaux compagnons qui s'harnachaient dans la soute.

La jeune femme jeta un coup d'œil furtif à Elia. Cette dernière était assise avec une moue boudeuse, elle évitait ostensiblement les regards appuyés d’Erran qui lui faisait face. Lina enviait à la jeune femme sa capacité à gérer le caractère explosif de Lock. Il aurait probablement été impossible pour elle de le convaincre de rester à Mogrador, mais quelques mots et un regard appuyé de sa sœur avaient fait des miracles. La pilote espérait pouvoir compter sur sa nouvelle compagne pendant ce voyage, parce que les autres ne lui inspiraient pas une grande confiance.

Bien sûr, Erran était un combattant hors pair et un homme de terrain expérimenté, mais son comportement impulsif et sa tendance à jouer de son charme dès qu'une jolie femme était en vue poseraient problème. Pour ce qu'elle savait des locaux, les demoiselles de Farahr et leur teint basané ne manqueraient pas s'attirer son attention.

Quant au deuxième lascar, elle était encore plus circonspecte. Il était occupé à se curer le nez sans chercher à s'en cacher et avait des airs de mendiant avec ses vêtements sales et troués. Sa barbe de deux jours n'arrangeait rien.

Lina descendit la passerelle pour retrouver Aurora une dernière fois.

— Sois prudente, déclara froidement la princesse en hochant la tête.

En dépit de ses grands airs, Lina devinait le conflit qui agitait son amie. Cette dernière lui désigna Lock, un peu à l'écart, et elle s'approcha du jeune homme.

— Tu veilleras sur Elia ? réagit-il dès qu'elle fut à ses côtés sans prendre la peine de lever les yeux.

— Bien sûr. De ton côté, apprends tout ce que tu peux à l'académie et surtout... aide Aurora.

Il la regarda finalement et hocha la tête en silence. Il avait l'air un peu gêné, peut-être cherchait-il ses mots ? Lina sentit son cœur s'emballer.

Pourquoi je me sens comme ça ? Je ne suis plus une enfant !

— Avec cette histoire, je vais devenir une paria à l'académie, reprit-elle. On va surement t'attribuer un nouveau tuteur, principalement dans le but de te tenir à l'œil. Sois doublement prudent avec lui et puis... n'oublie pas que c'est moi ta marraine !

Lock lui sourit timidement et elle se tourna pour prendre la direction de la navette.

Oh et puis zut !

Lina fit brusquement machine arrière, attrapa les joues de Lock et plaqua ses lèvres contre les siennes. Le jeune homme ouvrit grand les yeux et gigota, sans toutefois chercher se dégager. Lorsqu'elle le relâcha, elle constata avec satisfaction qu'il avait viré au rouge tomate.

— Ne m'oublie pas ! ordonna-t-elle sur un ton qui n'aurait pas détonné dans la bouche d'un sergent instructeur.

Elle s'élança vers son poste sans se retourner.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Manon Dastrapain
Après deux ans passés à rêver de Ramah et de Danapi, Mahaut a découvert son destin. Malheureusement, il semble l’emmener tout droit vers le mauvais idéal.

Tandis que le mouvement qu’elle a initié croît en taille et en pouvoir, Mahaut est confrontée aux dissensions et aux menaces inhérentes à sa position de meneuse. Tout en luttant pour préserver la beauté de Danapi pour tous les rêveurs, elle va devoir effectuer des choix périlleux, dont les conséquences pourraient bien changer l’avenir de l’Humanité.
11
9
10
55
É. de Jacob

Ce jour-là, nous nous étions réunis sur les Plaines d’Abraham, à Québec, sept de mes amis et moi – autant filles que garçons. Nous avions joué à toutes sortes de jeux, tels que le baseball, le volley-ball et le football. C’était une splendide journée d’été. Aussi avions-nous prévu d’y pique-niquer à la fin de l’après-midi. Ce que nous fîmes après avoir placé côte à côte deux tables de pique-nique gracieusement fournie par la Commission des champs de bataille nationaux. Chacun avait apporté un mets de son cru. Abstraction faite du plat de Marc – qui franchement était dégueulasse : c’était une sorte de bouillie sans texture ni saveur qui déplut à tout le groupe, y compris à lui-même –, nous nous étions bien régalés.

Après le repas, tous bien repus que nous étions, nous débarrassâmes les tables des restes de notre repas et nous assîmes en sirotant une bonne bière, bien décidés à profiter ensemble de la merveilleuse soirée qui s’annonçait.
- Racontons-nous des histoires, suggéra subitement Laure.
- Oh que non ! s’objecta Laurent avec vigueur. Je suis pourri pour raconter des histoires. Pourquoi ne pas reprendre nos jeux plutôt ?
- Ouais ! approuva Maxime. Moi non plus, je n’en connais pas.
- Ah, les gars, les apostropha Alice. Soyez ouverts d’esprit pour une fois ! On va s’amuser.
- T’en connais, toi des histoires, je suppose ? lui rétorqua Émile, sarcastique.
Alice fit une moue de dépit et secoua négativement la tête.
- Toi, Jacob, lança à brûle-pourpoint, Josée. Je sais que tu en connais. Pas vrai ?
J’approuvai du menton.
- Parfait. Nous avons notre conteur, trancha Isabelle. Vas-y. On t’écoute.
- J’espère qu’elle est bonne ton histoire, grommela Maxime d’un ton menaçant.
- Je pense qu’elle va vous intéresser, osai-je avancer. Il s’agit d’une légende d’un de mes ancêtres.
- Est-ce une légende connue ? interrogea Laure avec un intérêt évident.
- Je ne crois pas, soumis-je humblement. Il s’agit d’une vielle légende indienne.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? T’es pas Indien à ce que je sache, ergota Max d’un ton moqueur.
- Je sais, commençai-je. J’ai toujours été élevé et considéré comme un Blanc. Ce que je me sens, d’ailleurs. Mais l’un de mes oncles a découvert tout récemment que nous avons des ancêtres Micmacs - aussi écrit Mi’kmaq, plus en conformité avec leur langue.
- Wow ! Toute une nouvelle, ça ! s’exclama Laurent d’un ton stupéfait. Tu vas pouvoir un jour avoir une maison sur une réserve et tu ne paieras plus jamais d’impôts. Chanceux, va.
- T’es bête, Laurent, le gratifiai-je sèchement. Pour ça, il faudrait que je me fasse reconnaître comme étant Indien. Ça risque d’être long. Et je ne suis pas sûr de vouloir m’embarquer dans cette galère.
- Quoi ? T’a honte d’être Indien ? me questionna Alice.
- Mais non ! Au contraire. Quand j’étais jeune, des compagnons de classe me demandaient régulièrement si j’étais Chinois ou Indien, à cause de mes yeux bridés. Et cela me rendait fier. J’ai toujours cru que notre famille avait du sang indien. Si vous aviez vu l’une de mes grand-tantes. Elle ressemblait à une vraie Indienne. Elle était la sœur de ma grand-mère paternelle. Sauf que personne ne nous l’a jamais confirmé. Mais...
- Tu viens de dire que ton oncle l’a fait, m’interrompit Laure.
- En effet, acquiesçai-je. Mais cette fois-ci, c’est du côté de ma grand-mère maternelle.
- Ah bon ! intervint Marc. Ça veut dire que tu as du sang indien dans tes deux lignées.
- Je le pense, agréai-je.
- Je croyais qu’il ne fallait pas identifier ces peuples par le mot « Indien », soumit Laure.
- Tu as raison, approuvai-je. Il faut parler d’Autochtones ou de gens des premières nations. Même le mot « Amérindien » ne leur plaît pas. Mais moi, je préfère dire que j’ai du sang indien. Ça me rappelle mon enfance. Et il me semble plus évocateur. Mais bon, nous sommes entre nous, si nous utilisons ce mot, nous ne blesserons personne, non ?
Tous agréèrent.
- Et si tu commençais ta narration, suggéra Laure, qui affectionnait l’art en général sous toutes ses formes et la littérature en particulier. Sur ce point, nous avions beaucoup d’affinités.
- En fait, je vais plutôt vous lire La légende du corbeau, leur annonçai-je.
- Nous la lire ? s’enquit Alice avec surprise.
- Oui, confirmai-je. Je l’ai tellement trouvée spéciale, quand mon oncle me l’a racontée, que je l’ai écrite, dans le but de la faire publier un jour.
- Ah oui ! s’étonna Laure, d’un air tout à fait ravi. Va vite la chercher. J’ai hâte de l’entendre.
Heureusement, mon auto n’était pas stationnée très loin. J’y courus aller retour. Tous les yeux de mes amis étaient fixés sur moi quand je revins vers eux.
- Allez ! Dépêche-toi ! s’impatienta Laure. J’ai trop hâte d’entendre ton récit.
Essoufflé, je pris place en face d’elle et retirai mon manuscrit de sa chemise. Puis, bien que je ressentisse une certaine pudeur – de fait, je n’avais jamais récité à haute voix, devant un auditoire si étriqué fût-il, l’un de mes textes – je me lançai, le souffle court, dans la lecture de La légende du corbeau :
5
9
1
16
MerryMe
Le jour où leurs parents leur annoncent que la voiture qui les accompagnaient depuis leur plus tendre enfance les a quittés, Paul et Maurina, des jumeaux, décident de passer à l'action. Comment remplacer cette voiture irremplaçable et par quels stratagèmes y arriver?

Entre mauvais plans et intrigues, le frère et la sœur vont découvrir le monde sous un jour nouveau.
3
0
11
21

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0