Lock (2/2)

4 minutes de lecture

Devant les vitres de sa chambre, Lock dominait la haute ville dans son habit nocturne. Le soleil avait disparu depuis un moment et les immenses bâtisses semblaient rivaliser pour être celle qui brillerait le plus fort. Quelques navettes gravitaient encore entre elles, des véhicules de tailles variées qui le faisaient penser à des bateaux volants. Lina lui avait expliqué qu'ils fonctionnaient avec des cristaux ordinaires, à l'instar des transports de matériel qu'il connaissait. La consommation énergétique des transports sous ses yeux était cependant bien plus importante que les modestes tractés qui circulaient dans la ville basse.

Entre les véhicules et toutes ces lumières, combien de cristaux sont épuisés quotidiennement dans cette cité ?

Cette réflexion lui donnait le tournis, les cristaux avaient toujours été la ressource la plus précieuse qui soit à ses yeux. Depuis son arrivée dans la ville haute, tous ses repères semblaient détraqués. Chaque jour, il lui suffisait de se rendre au réfectoire pour manger à sa faim et découvrir de nouveaux mets au goût réellement exquis. Il passait ses nuits dans un lit immense et plus confortable qu'il n'aurait pu en rêver. Et que dire des douches chaudes ? Même les exercices quotidiens lui laissaient une impression agréable, surtout comparé à son quotidien dans la ville basse. 

Pourquoi voudrais-je m'en aller ?

Cette constatation l'écœurait. 

L'interphone bipa soudain et il se tourna vers la porte, surpris. Il était tard et la journée avait été très chargée, aussi un entraînement nocturne lui semblait hors de question. Ce qui ne laissait qu'une autre possibilité.

— Lina ? questionna-t-il à haute voix.

Le boitier bordant la porte passa au vert et le battant coulissa sans que Lock ne l'ait demandé, confirmant son pronostic. Sa "marraine" était autorisée à pénétrer dans son espace personnel comme bon lui semblait et ne s'en privait jamais.

Ayant été enlevé plutôt que recruté, récupéré dans une classe sociale qui n'était pas connue pour sa vision favorable de l'armée, Lock était un cadet à part. D'autres comme lui avaient voulu prendre la fuite ou se rebeller contre l'académie, ce qui s'était souvent terminé en drame. Si Lina s'était présentée à lui comme un guide et conseillé privilégié, il s'efforçait de garder à l'esprit qu'elle était avant tout sa gardienne attitrée. Cela s'avérait de plus en plus difficile, comment pouvait-il éviter de s'attacher à elle d'une façon ou une autre avec les semaines qui se succédaient et la proximité qu'elle lui imposait ? 

— Si c'est en rapport avec ce qui s'est passé avec Travis au réfectoire, je n'y suis pour rien ! se défendit le jeune homme dès qu'elle eut franchi le seuil.

— Peu importe qui a commencé, je sais que tu n'auras rien fait pour apaiser la situation, rétorqua Lina en haussant les sourcils. Enfile tes bottes et suis-moi.

— Quoi, maintenant ?

La jeune femme croisa les bras en braquant sur lui un regard impérieux. Lock grimaça avant d'obtempérer.

— Où on va ? Ne me dis pas que tu veux encore que j'épluche des légumes. Depuis la dernière fois j'ai bien vu qu'ils ont des machines pour faire ça.

— Estime-toi heureux, Mick a une imagination bien plus tordue en matière de corvées, commenta Lina en lui adressant un sourire qu'il jugea un brin sadique. Ne compte pas sur moi pour te gâcher la surprise, suis-moi.

Tout ça à cause de Travis, encore.

La mise à l'honneur de Lock ne pouvait pas passer inaperçue. Il avait reçut quelques témoignages de sympathie, de Jake, Mick et Lina. Travis réagi en propageant une toute autre version des évènements : Lock n'avait fait que glisser en se sauvant, le coup était parti par accident. Ce n'était pas si loin de la vérité, mais l'orgueil du jeune homme pouvait difficilement tolérer les ricanements dans son dos. Ce plat s'était envolé « par accident » ...

Lock revint à l'instant présent quand Lina l'invita à entrer dans sa propre chambre.

Qu'est-ce qu'elle me prépare ? Elle n'a tout de même pas l'intention de...

— Bon, tu entres ? Promis, je n'abuserai pas de toi, assura-t-elle avec un sourire effronté.

Le jeune homme se sentit rougir et s'efforça de le cacher en détournant la tête et en entrant d'un pas décidé. Lina le suivit et ferma aussitôt la porte derrière eux.

C'était la première fois que Lock visitait la chambre de sa marraine. La mixité n'était pas encouragée à l'académie. Les cadets de la section l'aéronavale étaient destinés à être dispersés aux quatre coins du monde. Si un esprit de camaraderie était apprécié, mieux valait ne pas trop s'attacher en vue de la séparation inévitable. Les quartiers de Lina étaient très semblables aux siens, tant dans la configuration des lieux que dans le mobilier. Les élèves n'avaient pas le loisir d'aménager leur espace selon leurs goûts.

La porte se referma derrière Lina et le jeune homme se tourna pour lui faire face. 

— Bon, on fait quoi ici ? questionna-t-il.

— C'est nous, tu peux sortir ! claironna la jeune femme pour toute réponse.

Lock réalisa tout de suite qu'elle ne s'adressait pas à lui et perçut un mouvement dans un coin de la pièce. Il fit volte-face, sur la défensive, tandis que la porte de la penderie coulissait. Un individu encapuchonné s'en extirpa, il se redressa pour faire face au jeune homme et révéla ses traits.

— L'escrimeuse ! reconnut aussitôt Lock.

Il s'agissait assurément de l'étrange jeune femme disparue après l'avoir ridiculisé sur le terrain d'entraînement. Il n'en avait parlé à personne, bien sûr, mais le sourire échangé par l'inconnue et Lina lui fit comprendre que sa marraine en avait eu vent.

Ce sourire provoqua un frisson chez lui pour une toute autre raison : il le replaçait maintenant. Sans le moindre doute, il appartenait à cette femme mystérieuse dans l'entourage de l'empereur, celle présente pendant la cérémonie. Comment aurait-il pu faire le lien entre les deux plus tôt, tant l'allure royale qu'elle avait eu à cet instant différait de la jeune femme rebelle rencontrée à l'académie ?

— Qui...

Lina vint se placer aux côtés de la femme énigmatique.

— Lock, je te présence Aurora Pennlass, Princesse Impériale de Mogrador.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Manon Dastrapain
Après deux ans passés à rêver de Ramah et de Danapi, Mahaut a découvert son destin. Malheureusement, il semble l’emmener tout droit vers le mauvais idéal.

Tandis que le mouvement qu’elle a initié croît en taille et en pouvoir, Mahaut est confrontée aux dissensions et aux menaces inhérentes à sa position de meneuse. Tout en luttant pour préserver la beauté de Danapi pour tous les rêveurs, elle va devoir effectuer des choix périlleux, dont les conséquences pourraient bien changer l’avenir de l’Humanité.
11
9
10
55
É. de Jacob

Ce jour-là, nous nous étions réunis sur les Plaines d’Abraham, à Québec, sept de mes amis et moi – autant filles que garçons. Nous avions joué à toutes sortes de jeux, tels que le baseball, le volley-ball et le football. C’était une splendide journée d’été. Aussi avions-nous prévu d’y pique-niquer à la fin de l’après-midi. Ce que nous fîmes après avoir placé côte à côte deux tables de pique-nique gracieusement fournie par la Commission des champs de bataille nationaux. Chacun avait apporté un mets de son cru. Abstraction faite du plat de Marc – qui franchement était dégueulasse : c’était une sorte de bouillie sans texture ni saveur qui déplut à tout le groupe, y compris à lui-même –, nous nous étions bien régalés.

Après le repas, tous bien repus que nous étions, nous débarrassâmes les tables des restes de notre repas et nous assîmes en sirotant une bonne bière, bien décidés à profiter ensemble de la merveilleuse soirée qui s’annonçait.
- Racontons-nous des histoires, suggéra subitement Laure.
- Oh que non ! s’objecta Laurent avec vigueur. Je suis pourri pour raconter des histoires. Pourquoi ne pas reprendre nos jeux plutôt ?
- Ouais ! approuva Maxime. Moi non plus, je n’en connais pas.
- Ah, les gars, les apostropha Alice. Soyez ouverts d’esprit pour une fois ! On va s’amuser.
- T’en connais, toi des histoires, je suppose ? lui rétorqua Émile, sarcastique.
Alice fit une moue de dépit et secoua négativement la tête.
- Toi, Jacob, lança à brûle-pourpoint, Josée. Je sais que tu en connais. Pas vrai ?
J’approuvai du menton.
- Parfait. Nous avons notre conteur, trancha Isabelle. Vas-y. On t’écoute.
- J’espère qu’elle est bonne ton histoire, grommela Maxime d’un ton menaçant.
- Je pense qu’elle va vous intéresser, osai-je avancer. Il s’agit d’une légende d’un de mes ancêtres.
- Est-ce une légende connue ? interrogea Laure avec un intérêt évident.
- Je ne crois pas, soumis-je humblement. Il s’agit d’une vielle légende indienne.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? T’es pas Indien à ce que je sache, ergota Max d’un ton moqueur.
- Je sais, commençai-je. J’ai toujours été élevé et considéré comme un Blanc. Ce que je me sens, d’ailleurs. Mais l’un de mes oncles a découvert tout récemment que nous avons des ancêtres Micmacs - aussi écrit Mi’kmaq, plus en conformité avec leur langue.
- Wow ! Toute une nouvelle, ça ! s’exclama Laurent d’un ton stupéfait. Tu vas pouvoir un jour avoir une maison sur une réserve et tu ne paieras plus jamais d’impôts. Chanceux, va.
- T’es bête, Laurent, le gratifiai-je sèchement. Pour ça, il faudrait que je me fasse reconnaître comme étant Indien. Ça risque d’être long. Et je ne suis pas sûr de vouloir m’embarquer dans cette galère.
- Quoi ? T’a honte d’être Indien ? me questionna Alice.
- Mais non ! Au contraire. Quand j’étais jeune, des compagnons de classe me demandaient régulièrement si j’étais Chinois ou Indien, à cause de mes yeux bridés. Et cela me rendait fier. J’ai toujours cru que notre famille avait du sang indien. Si vous aviez vu l’une de mes grand-tantes. Elle ressemblait à une vraie Indienne. Elle était la sœur de ma grand-mère paternelle. Sauf que personne ne nous l’a jamais confirmé. Mais...
- Tu viens de dire que ton oncle l’a fait, m’interrompit Laure.
- En effet, acquiesçai-je. Mais cette fois-ci, c’est du côté de ma grand-mère maternelle.
- Ah bon ! intervint Marc. Ça veut dire que tu as du sang indien dans tes deux lignées.
- Je le pense, agréai-je.
- Je croyais qu’il ne fallait pas identifier ces peuples par le mot « Indien », soumit Laure.
- Tu as raison, approuvai-je. Il faut parler d’Autochtones ou de gens des premières nations. Même le mot « Amérindien » ne leur plaît pas. Mais moi, je préfère dire que j’ai du sang indien. Ça me rappelle mon enfance. Et il me semble plus évocateur. Mais bon, nous sommes entre nous, si nous utilisons ce mot, nous ne blesserons personne, non ?
Tous agréèrent.
- Et si tu commençais ta narration, suggéra Laure, qui affectionnait l’art en général sous toutes ses formes et la littérature en particulier. Sur ce point, nous avions beaucoup d’affinités.
- En fait, je vais plutôt vous lire La légende du corbeau, leur annonçai-je.
- Nous la lire ? s’enquit Alice avec surprise.
- Oui, confirmai-je. Je l’ai tellement trouvée spéciale, quand mon oncle me l’a racontée, que je l’ai écrite, dans le but de la faire publier un jour.
- Ah oui ! s’étonna Laure, d’un air tout à fait ravi. Va vite la chercher. J’ai hâte de l’entendre.
Heureusement, mon auto n’était pas stationnée très loin. J’y courus aller retour. Tous les yeux de mes amis étaient fixés sur moi quand je revins vers eux.
- Allez ! Dépêche-toi ! s’impatienta Laure. J’ai trop hâte d’entendre ton récit.
Essoufflé, je pris place en face d’elle et retirai mon manuscrit de sa chemise. Puis, bien que je ressentisse une certaine pudeur – de fait, je n’avais jamais récité à haute voix, devant un auditoire si étriqué fût-il, l’un de mes textes – je me lançai, le souffle court, dans la lecture de La légende du corbeau :
5
9
1
16
MerryMe
Le jour où leurs parents leur annoncent que la voiture qui les accompagnaient depuis leur plus tendre enfance les a quittés, Paul et Maurina, des jumeaux, décident de passer à l'action. Comment remplacer cette voiture irremplaçable et par quels stratagèmes y arriver?

Entre mauvais plans et intrigues, le frère et la sœur vont découvrir le monde sous un jour nouveau.
3
0
11
21

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0