Chapitre 10

11 minutes de lecture

"L'amour, c'est quand on rencontre quelqu'un qui vous donne de vos nouvelles"

- André Breton.

Lukas:

Je regarde Lindsay de loin, après 3 heures de cours, nous avons droit à une pause d'après ce que j'ai compris.

Je l'observe rigoler avec un mec des plus ringards qui soit. Un grand blond assez musclé mais pas trop non plus faut pas rêver. Lindsay et lui rigolent avec le groupe de ringards avec lequels ils sont. Il passe sa main sur l'épaule de l'autre boulet en mode "on n'y touche pas". Beurk.

Je fourre ma main dans ma poche afin d'en sortir un paquet de cigarettes. Merde, je l'ai oublié...

Sur les nerfs, je m'appuie contre le mur et croise les bras. Je regarde encore vers le groupe de "Princesse chiante", qu'ils ont l'air "heureux" cette bande de cons...

  • Hey ?

Je me retourne et tombe nez-à-nez avec un mec brun, yeux verts, même taille que moi et même carrure. Il a les cheveux bouclés et chatâins. Totalement inconnu. J'ai jamais vu sa gueule.

  • Yo. Dis-je en le regardant.
  • J'm'appelle Jay Harrison. Dit-il en me tendant la main. T'es le nouveau qui est venu de Detroit pas vrai ?
  • Ouais c'est bien moi. J'm'appelle Lukas Stallone. Dis-je à mon tour en lui serrant la main.
  • Cool, tu veux une clope ?

Il me tend un paquet de Winston et j'en prends une. Il me tend par la suite un briquet. J'allume la cigarette et tire une bonne grosse latte qui me crâme les poumons. Que ça fait du bien cette merde...

  • Et donc, t'habites où ? Dit-il en allumant la sienne.
  • Bel Air. Mon daron m'a envoyé chez ma... Génitrice pour faire mes études. Il dit que j'suis bon à rien là-bas à Detroit.
  • Bel Air, un quartier de riches ça...
  • Ouais elle est milliardaire. D'puis qu'elle nous a abandonné mon père et moi.
  • Ah merde, j'suis désolé man.
  • C'est rien t'inquiètes.

J'écrase ma cigarette du bout de ma converse. Jay a l'air d'un mec sympa, enfin j'sais pas mais c'est ce qui laisse paraître.

  • Comme t'es nouveau t'as pas beaucoup d'potes ici j'crois ? Dit-il en jettant ça clope à son tour.
  • Non, à part Parker.
  • Lindsay ? Mais d'où tu la connais gros veinard ?
  • Bah j'habite avec elle, c'est la nièce du mari de ma génitrice, on habite ensemble.
  • C'est la plus belle fille du bahut mec ! Tout les mecs la veulent ! Elle est sympa, belle, intelligente, mais, j'ai toujours vu ce regard triste et cette chose vide en elle. Je sais pas pourquoi. Et, c'est la copine de Bradyn, le grand blond là-bas. Dit-il en les pointant du doigt. C'est l'capitaine de l'équipe de Football du lycée, il est très doué, mais j'ai toujours trouvé que c'était un frimeur gâté des quartiers de Beverly Hills.
  • J'm'en doutais.

Jay me ne les lâche pas du regard. Puis il me regarde à mon tour :

  • Ça te dirait d'aller faire un tour après les cours ? Histoire d'te montrer un peu la ville.
  • Euh... Ouais pourquoi pas ?
  • J'passe te chercher à 17 heures ?
  • OK ça marche.

La sonnerie retentit et il me frappe amicalement l'épaule :

  • Crève pas en cours Stallone. Plaisanta-t-il.
  • Toi non plus. Rigolai-je.

Je m'éloigne de lui, c'est cool d'avoir un pote sympa avec qui sortir de la maison, j'préfère ça plutôt que de rester à supporter l'boulet et l'autre là...

Je me dirige vers la classe de philosophie, La numéro 6 si je me rappelle bien. En marchant dans le couloir, quelqu'un me rentre dedans quand je regardais vers les casiers :

  • Tu peux pas faire attention merde ? Hurlai-je presque.
  • C'est toi qui regarde pas où tu vas !

Je regarde le tas de graisse qui se tient devant moi, ah, le gros naze, dis donc il est beaucoup moins impressionnant vu de près :

  • Dis donc blondinnet, me moquai-je, va jouer dans le bac-à-sable de ton papa.
  • D'où tu me parles comme ça grosse brute ?

Je le regarde avant d'éclater de rire, Jay apparaît devant moi :

  • Un problème Stallone ? Questionna-t-il.

Je ne peux plus m'arrêter de rire, j'en pleure carrément :

  • Ce con n'aime pas la façon avec laquelle je lui parle et il me traîte même de...
  • De ? Demanda Jay perplexe.
  • DE BRUTE ! Eclatai-je de rire.

Jay et moi nous sommes entraînés dans un fou rire de psychopathes, je n'avais jamais autant rit depuis des années !

  • Ça n'a rien de drôle !

Je ris encore plus et me calme ensuite pour l'immiter :

  • Veuillez excusez la façon brutale dont je me suis exprimé devant vous monsieur le compte de la sardine !

Jay devient carrément fou, il tombe à terre en se tapant les cuisses de rire, quand à moi j'essaye de ne pas trop rire, j'aimerais pas qu'il se mette à chialer. Les gens autour de moi essayent de cacher leur amusement car, rire du "capitaine de l'équipe de Foot" serait du manque de respect !

Derrière ce gros lard apparaîssent deux grands yeux bleus qui me paralysent, qu'est ce qu'elle fait ici ?

  • Bradyn ? S'exclame-t-elle. Tout va bien ?
  • Ouais chérie, tout va bien, à part que cet imbécile se prend pour Marylin Manson. Il croit me faire peur c'est tout.

Tout le monde se marre, Jay s'arrête de rire et se tient devant moi en les regardant tous rire. Lindsay me regarde et je vois du... Dégoût ? De la haine ? Mais qu'est-ce que j'ai fait ?

  • Tu le connais ? Lui demande Bradyn.
  • N... Non... Baffouilla-t-elle. Je ne l'ai jamais vu.

Mon sang se glace, et pour la première fois, je me sens blessé. Vraiment blessé et ce sentiment fait vraiment mal.

Il prend Lindsay par l'épaule et s'eloignent de moi et Jay. Il pose sa main sur mon épaule et dit :

  • Ça fait rien mec, t'es dix mille fois mieux que cette sardine.

Les mots sont coincés dans ma gorge. Je n'arrive plus à distinguer ce qui se passe autour de moi, j'ai... Mal... Son geste m'a fait mal ? Vraiment ? Moi Lukas Stallone j'ai mal ?

A cet instant, j'ai décidé de changer mon comportement envers cette ringarde.

  • Aller viens mec. Tu vas être en retard.

Je marche vers ma salle de cours, d'un pas assuré. Je n'ai pas peur de casser la gueule à Bradyn, mais ça serait trop d'honneur pour lui de reçevoir un coup par mes mains, et je les salirais pas par sa gueule.

La salle de philosophie est assez grande. J'entre en dernier, tout le monde me regarde, les filles rougissent et sourient en me voyant.

Lindsay est au fond, je distingue des larmes innonder ses yeux, mais vous savez quoi ? j'm'en fout.

Je vais m'asseoir près d'une jolie fille brune. Taille mannequin, jupe noire, hight heels noirs et de jolies chaînes qui pendent à son cou attirent mon regard.

  • Je suis Madame Lawrence, votre prof de philosophie. Pour débuter, nous allons commencer par "La conscience". Dit la prof.

Elle commence son cours et se retourne pour écrire au tableau.

  • Enfin une prof qui a le plaisir de se présenter. Dit la belle brune à côté de moi. Pas comme ce complexé de monsieur Hill. Pas vrai ?
  • C'est à moi que tu parles brunette ?
  • A qui d'autre ?
  • Ouais, elle a l'air moins sevère que l'autre.
  • Ouais, j'm'appelle Brenda Miller, tu dois être Lukas Stallone, le mec ont tout le monde parle ici.
  • Ouais c'est bien moi. Ravi Brenda.
  • J'ai beaucoup aimé la façon dont t'as renvoyé chier Bradyn tout à l'heure, il le mérite vraiment ce frimeur.

Je souris légèrement. C'est vrai que Brenda est jolie, mais elle n'a pas ce regard profond... Celui qu'a Lindsay...

Pourquoi j'me mets à penser à elle d'un coup ?! T'es con ou quoi ?!

  • Vous au fond ! Comment vous appelez vous ?
  • Lukas Stallone.
  • Bien Lukas ! Pouvez-vous nous donner la notion de la conscience d'après vous ?

Mais c'est quoi leur problème avec moi aujourd'hui ?!

Je me lève et passe au tableau pour m'adresser à toute la classe en priant tout les dieux existants pour pas que je me foire :

  • Euh... Selon moi, la notion de conscience renvoie à deux grandes significations : D'une part, la conscience peut être comprise comme conscience en soi, elle désigne alors la faculté de l'homme d'être conscient de lui même, de ses actes, de ses pensées... Mais aussi du monde qui l'entoure, d'autre part, la conscience renvoie à la conscience morale, elle désigne alors la capacité de tout individu à saisir le bien et le mal. Voilà.

La prof relève ses lunettes et se met à applaudir, tout les autres élèves la suivent et un tonnerre d'applaudissements s'abat sur moi. Moi-même je me demande comment j'ai pu sortir une connerie pareille.

  • Félicitations monsieur Stallone ! Vous m'impréssionnez !

Je souris en mode vaiqueur, Lindsay est bouche-bée derrière, et son visage désigne une expression de surprise, et d'admiration. A quoi vous attendiez-vous ? J'ai eu beau être un salaud, mais je ne suis pas bête. Et si j'veux avoir mon bac pour me casser d'ici, va falloir bosser !

Je rejoins ma place et Brenda applaudit :

  • Chapeau Stallone, c'est rare qu'un gros dur soit aussi bon en philosophie qu'en maths !
  • Les apparences sont trompeuses Brenda.

Elle me sourit et la prof reprend son cours normalement.

Une heure plus tard, la sonnerie du déjeuner retentit, je me retire avec Brenda à mes côtés, Lindsay sort à son tour sans m'adresser la moindre parole, mais, elle m'a accordé un regard, auquel perlait une larme qui a coulé, mais qu'elle s'est empréssée d'essuyer, puis elle est allée côtoyer Bradyn et d'autres personnes "High".

Jay m'attendait devant la porte de la classe :

  • Toujours vivant Stallone ? plaisante-t-il.
  • Soit pas con Jay.
  • Vivant ! Et comment ! Il a assuré en philosophie ! S'exlame Brenda.
  • Ah ouais ? Dis donc Lukas ! Tu ne feras des cours particuliers à Brenda et moi !
  • Vous êtes cons sérieux...

Mes deux potes rigolent, et Jay s'exclame :

  • Qui a faim ?
  • Oh ! cinq ans que je te connais Jay ! Et tu ne penses toujours qu'à ton ventre ! Se lamente Brenda.
  • Il est midi ! J'ai faim ! Aller à la cantine bande de mollusques ! Nous dit Jay en nous dépassant.

Brenda rigole en le regardant :

  • Jay est vraiment quelqu'un de super, je le connais depuis mon arrivée ici, il a toujours été là pour moi, et il m'a été à me familiariser avec l'entourage, faut dire que quand j'ai débarqué de Paris, l'Amérique paraîssait beaucoup plus monstrueuse qu'à la télé.
  • Tu es Française ? T'as pas d'accent ! Tu parles même très couramment j'aurais pas dit que t'étais pas Américaine !
  • Faut s'y faire, et en 5 ans, je pense que je dois être pas mal ! Rigole-t-elle. Aller viens, moi aussi j'ai faim !

Je lui sourit et la suis jusqu'au self. Une fois arrivés, Brenda me tend un plateau et prend le sien, pendant la file, elle me montre un peu les environs :

  • Là-bas, à droite, c'est la table des membres de l'équipe des pompom girls, ensuite, juste à côté, celle de l'équipe de Foot. Si tu n'es pas membre je te déconseille d'aller te pointer devant leur tables, ou alors tu vas reçevoir le clash le plus puissant de ta vie. Un peu plus loin, c'est les "Accros à la musique", on y parle que de musique. Ensuite dans le fond, c'est la table des "loosers", si t'es quelqu'un qui n'a pas de potes, tu vas t'asseoir là-bas et manger seul. Elle est généralement vide, mais je pense que la fille qui s'y est assise est nouvelle et que tout le monde ne l'aime pas particulièrement, j'ai déjà été assise là-bas pendant mes débuts. Ensuite devant toi, c'est la table des gens "high", là où s'asseoit le capitaine de l'équipe de Foot, sa copine, les filles et les mecs riches du lycée, les princesses rebelles des beaux quartiers de Berevrly Hills quoi.

Après la descrption très... Spéciale de Brenda pour les différentes classes sociales du lycée, une question me turlupine :

  • Ah, et toi et Jay, vous vous asseyez où ?
  • Très bonne question ! on a eu beau être riche Jayden et moi, il ne fume que du Winston, son père est homme d'affaires, le mien est génie civil, sa mère est médecin, la mienne est juge. Je parie que nos villas sont mieux que les leurs, mais nous ne frimons pas, on s'asseoit n'importe où, ça ne nous pose pas problème, et pourtant je m'amuse tellement avec Jayden, je le préfère lui comme meilleur ami qu'une dizaine de fausses pouffes comme les amies de Parker.
  • Tu connais Parker ?
  • Cette princesse Froufrous ? Tout le monde la connaît ici. La petite amie de Bradyn la sardine. Au début, elle n'était pas si populaire que maintenant, mais, Bradyn l'a jugée à son goût. C'est là qu'elle est entrée dans le cercle des populaires.
  • Je vois...

Je prends une salade, un hamburger et un soda. Benda prend la même chose que moi. Elle commence à chercher Jayden du regard, il nous fait signe d'une table près de celle des ringards de Bradyn et sa bande.

Nous rejoignons Jay dont le plateau est plein à craquer. Nous nous asseyons, et ce clown dit :

  • Que dieu bénisse ma nourriture et fait que je ne m'étouffe pas avec tellement ça a l'air bon sa mère ! Amen !

Il se jette sur son sandwich, je m'étouffe presque avec mon soda :

  • Quel cochon ! Dit Brenda dégoûtée.
  • J'y peux rien ! Articule-t-il la bouche pleine.

Je les regarde se chamailler en mangeant ma salade. Je regarde un peu les environs de la cantine quand je vois Lindsay arriver avec un plateau à moitié vide, j'arrive à distinguer une bouteille d'eau, une pomme et une assiète de... Je ne sais pas ce que c'est.

Elle s'asseoit près de Bradyn qui lui prend la main et continue de parler comme un con.

  • Jayden ! Tu vas t'étouffer ! Crie Brenda. T'as pas mangé depuis quand !
  • Je mange toujours autant ! Déclara-t-il.
  • Si tu ne deviens pas obèse d'ici deux mois, qu'on vienne me cracher à la face !

Je me marre tout seule en les regardant, ce sont vraiment deux personnes géniales.

  • Au fait, "Drama Queen", la taquina Jayden.
  • Quoi ? rétorqua-t-elle en buvant son soda.
  • On sort avec Lukas après les cours, tu veux nous accompagner ?
  • Ouais pourquoi pas.
  • C'est OK pour toi Lukas ?

Je le regarde en sirotant ma boisson :

  • Sans problème.
  • Je passe te chercher à 17h Brenda. Je te préviens, je ne vais pas t'attendre pendant une heure pour que Madame choisisse son sac.
  • Oh ça va ! Souffla-t-elle. T'es con, tu ne connais pas l'importance de l'assortiment des sacs à main avec les bottes ! Inculte !

Nous rigolons ensemble puis nous levons pour quitter la cantine. Prochain cours d'Espagnol...

à suivre...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Hello_Autumn
Une vie pas si simple, un euphémisme si tu veux mon avis.
2
3
0
2
V.R. LECAPLAIN
Si il est un virtuel où tout les possibles coexistent, il y a forcément une faille. Il faudra alors se connecter.
3
1
19
19
Défi
Aventador
Réponse au défi lancé par fleur rose : "En attente d'un SMS". J'ai modifié une règle du défi, parce que je suis parti sur autre chose. J'espère néanmoins être dans les clous :) !
7
10
4
3

Vous aimez lire Lina_Dreamer ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0