Chapitre 4

3 minutes de lecture

"il y'a un moment où les mots s'usent, et le silence commence à raconter."

-Gibran.

Lukas:

  • C'est quoi son problème ?

Valentýna soupire en se levant, dépose son verre sur le plateau puis le prend :

  • Ah, bichon ! Cette petite n'a pas eu une vie facile tu sais...
  • Ah ouais ? Pourquoi ça ?
  • Ses parents ont été tués le jour de son anniversaire il y'a deux ans. Chuchote Valentýna . Depuis elle est toujours aussi renfermée sur elle-même.

Mon dos est parcouru de frissons qui me glacent le sang. Cette si jolie fille au regard si innocent a donc fait la spectatrice d'une terrible scène qui lui pourrit la vie jusqu'aujourd'hui. Je me dis que ses parents n'étaint sûrement pas comme les miens... Son père n'était sûrement un tocard alcoolique, sa mère ne l'a pas abandonnée. Elle a dû être très affectée par leur mort je présume.

  • J'ai vu que tu étais mal-à-l'aise quand tu l'as vue, alors, on fait moins le malin, gros dur ! Se moque-t-elle.
  • Oh ça va !
  • N'essaye pas de dire que tu es insensible à sa beauté !
  • Oui euh, bon ça va !

Valentýna me pince une joue avant de tourner les talons et disparaître derrière les murs. Je baisse la tête pour regarder le transat et y constate un petit sac à breloques, je m'y approche, et sur une petite étiquette est écrit "Lindsay Parker". C'est sûrement le sac de la belle blonde.

Je prends le sac et rentre à la maison, Valentýna est de dos devant l'évier. Je monte les marches deux par deux pour accéder vite fait à l'étage. Une fois arrivé, je regarde autour de moi, les tableaux accrochés aux murs, les portes qui se multiplient à mesure que je les regarde.

Je vais, au hasard, frapper à la porte à côté de la mienne. Quelques minutes plus tard, la porte s'ouvre.

La silhouette de la belle blonde apparaît, elle devient toute rouge et baisse la tête. Je continue de la regarder. Les mots restent coincés dans ma gorge, je ne sais pas quel genre d'énergie cette fille dégage, je ne sais pas quel super-pouvoir elle peut avoir, mais rien que de la regarder, rien que de l'approcher à quelques centimètres me fout les boules. J'ai jamais eu peur de quelque chose jusqu'à cette seconde précise. Cette seconde où j'ai vu sa tête immerger à la surface de l'eau. Quand j'ai vu ses yeux aussi bleus que l'eau, aussi purs que ceux d'une enfant, là j'ai eu peur. Là j'ai eu des frissons, là j'ai perdu mon équilibre, mes pieds ont lâchés et mon connard de cœur a commencé à faire n'importe quoi.

La fille relève sa tête :

  • Tu... Tu as besoin de quelque chose.. L...

Elle ne se souvient pas de mon nom et reste confuse.

Sa voix me crève les tympans. Elle est si douce et si rude à la fois, les mots ne veulent toujours pas sortir mais je me suis forcé :

  • C'est Lukas. Au moins je n'ai pas oblié ton nom, Lindsay. Dis-je en appuyant sur son nom.

Elle me regarde bizarrement avant d'entrouvrir la bouche, mais je la coupe :

  • 'Toute façon j'suis pas là pour grand chose, t'as oublié ton truc en-bas. Débile les breloques au passage.

Je lui jette le sac entre les mains et la regarde une dernière fois avant de rejoindre ma chambre. Elle reste bloquée sur place. Je ne la sens pas bouger.

Son geste m'a piqué. Elle s'en fout en vrai. Elle ne se souvient même pas de mon prénom. C'est comme si je n'existais pas pour elle.

Et toi pépère, pourquoi tu te soucies de son avis ? Tu la connais à peine ? Y'a plein de filles à Los Angeles, pourquoi tu t'accroches à ce boulet ? Elle est renfermée, elle n'aime pas parler, elle a l'air chiante, et si ça se trouve elle sort avec un de ces guignols, le "Capitaine de l'équipe du lycée" à la con !

Je claque la porte de ma chambre pour retomber contre le mur. Qu'est ce qui m'arrive merde ?

Je suis triste on dirait, plutôt déçu... J'avais cru que moi aussi je lui faisais de l'effet, comme elle le fait avec moi. Mais ce n'était que des illusions, des illusions qui m'ont fait me sentir bien pendant quelques minutes de ma vie. Quand elle a sourit tout à l'heure, je me suis senti tellement vivant, comme si son sourire était venu alimenter ma peine.

Oublie-la mec.

à suivre...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Chamaloulou42

Ce garçon que j'aime, depuis toujours, je vais à son mariage. Ça fait mal. Très mal. Surtout que je sais qu'il m'aime aussi... Seulement sa famille et la mienne refusent notre union. Mes parents disent que je suis trop jeune. Ses parents l'ont déjà marié. Je prend ma plus belle robe. Même si c'est son mariage avec une autre, je l'aime et ça reste son mariage. C'est une robe bleu nuit, magnifique au crépustule, comme il se plaît toujours à la décrire. C'est bientôt l'heure. J'y vais.

Nous sommes arrivés à l'église. Ça fait mal, je vois que cette fille l'aime, et je vois que lui m'aime moi. Ça y est. On rentre. Je ne veux pas voir ça. Je. Ne. Veux. Pas. Mince, ma mère me force. Oh non, ils s'aprochent l'un de l'autre... Je ferme hermétiquement les yeux. Attendez. Elle a l'air déçu ou je rêve ?! J'aurais aimé être à sa place, moi ! Tous le monde applaudit. Pas moi. Ma mère a beau me faire les gros yeux, elle a déjà réussi à me faire entrer, il faut pas trop espérer non plus. Oh, tiens, tous le monde rentre dans les voitures. C'est déjà l'heure de partir manger ?! Au moins une bonne nouvelle. Non mais je rêve ?! ELLE PLEURE LÀ ?! ELLE PLEURE ? Phhhhh....

On arrive à l'apéro. Enfin. Bon, go le buffet ! Euh... Qu'est ce qu'il se passe ?! Bon, je reviens, je vais voir... OMG ! POURQUOI TOUS LE MONDE EST EN MODE DRAMA LÀ ?! À ok, l'autre dinde qui fait sa vicitme... Oulah ! Ça crie ! Bon, je peux pas résister plus longtemps, je vais voir.
J'AI COMPRIS ! Enfait ils se son pas embrassés, il a serré les lèvres, c'est pour ça qu'elle pleure ! Yes !
Ah... plus yes, il a dit qu'il a pas fait exprès... bon. Pas grave. Buffet !!!

La soirée est passé vite !!! Il y avait tellement a manger... et on en est qu'au buffet ! Oh ! Le voilà qu'il vient, l'homme du jours !
- Viens.
- Où ?
- Viens. Pas une minute de plus je reste avec l'autre pintade, là-bas.
Je ris et il m'entraine loin derrière. Oh ! Ils mettent de la musique ! Un slow ! J'en connais une qui va pas être contente... Mais moi si ! Il m'attrape les mains et commence à me faire valser, je pose ma tête contre son cou, et les minutes passent...
- Arg !!!
Oh oh... elle nous a vu.
- Salim ! Écarte toi d'elle ! Tout de suite ! Tandis que l'autre recommence à pleurer a chaudes larmes.
- Non. Je fais ce que j'ai envie !
- Va avec ta femme !
- Je n'ai pas de femme ! Je ne l'ai même jamais embrassé, vous avez vraiment cru que je ne l'avait pas fait exprès, à la mairie ? il-hurle.
- Écarte toi de cette fille. Je ne le répèterais pas.
- Ça tombe bien, car moi non plus je ne le répèterais pas : NON !
- SI !
- JAMAIS !
- Alors embrasse-la, embrasse-la et tu pourra rester avec elle. lance-il en me pointant du doigt. Embrasse ta femme et on te laissera avec elle.
- Parfait.
J'en étais sûre. C'est la fin. Je ne vivrais jamais avec l'homme que j'aime. C'était un piège.
Soudain, il m'attrape le manton, le tourne vers lui, me glisse une bague dans la main et m'embrasse passionnément. Ses lèvres sont si sucrées... attendez, il vient de le demander en MARIAGE ? Oui ! Enfin ! Je lui rend son baiser avec fougue. Quand nous avons terminés, il se retourne vers son père d'un air provocateur.
- Voilà. J'ai embrassé ma femme.
- Non ! Tu ne l'a pas demandé en mariage ! Elle n'est pas ta femme !
- Tu es sûr ?
- Oui !
Je montre la bague, les larmes aux yeux.
- Je répète ma question, tu en es sûr ?
- Très bien, accepte-il. Tu as fait ton choix. Tu quitte la famille. Tu as choisi ton camps.
- Totalement, adieu.
Et son père s'en va.



Quelques jours plus tards, nous sommes mari et femme ! Je me souviendrais toujours de mon premier baiser.
1
0
16
3
Défi
Lily Lilith



Si on parle que de mes écrits que j'ai partagés sur Internet ça va piquer !
J'ai commencé en cinquième à écrire des début de fanfiction du jeu "amour sucré", surtout avec un de mes personnages adorés : le beau Castiel rebel aux beaux cheveux rouges. J'ai commencé une bonne vingtaine de fanfiction avec lui comme personnage mais sans jamais faire plus de trois chapitres... De même pas 500 mots ! On peut dire que mes histoires n'étaient pas très bien écrites niveaux scénarios, caractères des personnages et surtout orthographe. Je n'étais pas très bonne, encore pire que maintenant. Écrire sur une tablette n'est pas la meilleure solution !
L'histoire dont je me souviens le plus est l'une de ces fanfictions, mais elle n'est pas comme les autres, oh que non ! J'ai combiné un jeu de drague à une de mes collections littéraire que j'aime encore maintenant : Queen Betsy. C'est là que j'ai commencé à vouloir mieux écrire, faire des fiches persos même si elles n'étaient que peu utiles au final. J'adorais passer du temps à écrire même si aujourd'hui, je ne veux plus du tout la relire. Entre maladresse et histoire complètement mal écrite.
A cette époque je me plaignais de passer 4 heures sur un chapitre... Ah LIly si tu savais combien de temps tu passerais plus tard sur un chapitre ... C'est là que j'ai commencé à vouloir mieux écrire, faire des fiches persos même si elles n'étaient que peu utiles au final.
A cette époque je bâclais, j epostais sur skyrock histoire de poster, de faire avancer mon histoire sans vraiment la faire avancer. Puis de fil en aiguille mon écriture à évoluer. De la petite fifille qui s'évadait en écrivant des textes et autre fanfic' à l'eau de rose dépasser ; je suis passé à la nana qui écris encore et toujours sur des vampires. Une fana de vampire ne change jamais !
Mais cette jeune fil file est devenue plus "mature" et veut passer des messages dans ses écrits, éviter de faire tout et n'importe quoi, d'écrire juste pour écrire.
Aujourd'hui je ne veux plus que mon histoire ne serve plus à rien, je veux qu'elle serve à d'autre à ouvrir les yeux. Ne serais-ce que pour les choses les plus insignifiante mais importante. Comme les conséquences du harcèlement. Pour certains ça n'as pas de conséquences et pour d'autres- pour moi- ça en auras jusqu'a la mort.

Et puis surtout, mon rêve de gamine de voir un bouquin écrit par moi dans une librairie est devenue plus proche. Je me suis dit que je devais m'améliorer, que ce soit agréable à lire et que surtout, je pouvais le faire. Même si ça doit me prendre du temps et du travail.
Comparés à moi d'avant, le moi d'après veux absolument écrire quelque chose le plus correct possible, travailler et qui aie un sens.
4
2
11
2
Break_and_dark_007
- C'est quoi ton nom ?
- On me nomme Ø.
- Mais en vrai ?
- Je n'en ai pas l'utilité. Un prénom ce n'est qu'un simple chiffre, une vulgaire donnée qui permet de nous identifier. C'est une façon d'être retrouvé. Et je ne veux pas que l'on me retrouve. Je n'ai donc pas besoin d'avoir de nom.
******
Ø, prononcé Zéro, sait que son monde va bientôt disparaître. Elle doit se battre, mais en a-t-elle la force ?
13
15
35
2

Vous aimez lire Lina_Dreamer ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0