Chapitre 12 - Immunité Parlementaire

9 minutes de lecture

L'escadre Sigma-6

Capitaine Philéas "Cap" Capaxis / Philéas Capelli

Sergent Gaëlle "Fox" Reon - Infanterie

Caporal Jack "Le Doc" Sorros - Médecin de terrain

Caporal Gregor "Le Russe" Ivanovitch - Assaut lourd

2ème classe Hector "L'Ours" Doharis - Assaut lourd

2ème classe Tarek "Headshot" Oualidi - Sniper

2ème classe Olivia "Liv" Graham - Génie tech

2ème classe Tréa "Fizz" Fizzerelli - Infanterie

***

Encore destabilisés par l'affrontement qui vient de secouer le Nymphectious, les membres de l'escouade reconnaissent le glisseur qui manoeuvre avec dexterité entre les tours. Une fois posés dans la petite ruelle, le Cap et Liv découvrent des lieux encore fumants, et des secouristes qui tentent de sauver ceux qui peuvent l'être. Non loin d'eux, un corps inanimé suscite une expression d'inquiétude inhabituelle sur le visage synthétique du capitaine. Puis ils constatent l'absence de Oualidi et du Doc.

  • Bordel, qu'est-ce que t'as branlé, Fox ? C'est ça que t'appelles une enquête discrète ?
  • Contente de vous voir, Cap. Liv ! salue-t-elle amicalement.
  • Bon sérieux, qu'est-ce que vous avez foutu ?
  • On a suivi une piste, ça nous a amenés ici. J'ai envoyé le Doc et Oualidi cuisiner le barman sur les gars aux masques métalliques. Tout se passait bien, au début.

Fox rejoue la mémoire vidéo holographique de son exo. Elle zoome sur leurs deux compagnons qui font la queue pour entrer dans le bar. Oualidi passe sans encombre, puis le videur retient le Doc. Il repousse nonchalamment le soldat d'un bon mètre, et ausculte son habit d'emprunt. Malgré la distance et les grésillements, leur échange est vaguement compréhensible:

  • Je ne sais pas où t'as trouvé ce pull, cousin, mais il est dans un sale état. Tu aimes les Crapadocs ?

Ils voient le Doc hésiter, puis dégainer son meilleur jeu d'acteur.

  • Ouais, c'est mon pull fétiche, je l'ai acheté au premier concert où je les ai vus !
  • Trop bien ! C'était lequel ?
  • Le... deuxième album... ?
  • C'est dingue j'y étais aussi ! Incroyable quand ils ont fait voler la scène au dessus du public !
  • Excellent ! J'y repense tout le temps ! On aurait pu s'y croiser, c'est marrant. Tu me laisses rejoindre mon pote ?
  • Vas-y, cousin ! Et les Crapadocs, ils roxent ! conclut le videur.

Il pointe Sorros avec un signe de ralliement ringard. Le Doc singe le geste avec son enthousiasme forcé le plus crédible, et pénètre enfin dans l'établissement.

  • Ils sont restés un moment dedans, raconte Fox en faisant avance-rapide. Puis on a commencé à entendre des tirs. Les clients sont sortis en hurlant, quelqu'un a balancé un fumigène. J'ai vaguement aperçu Sorros et Oualidi qui couraient vers les Douves à travers le gaz. Puis cette bitch est sortie, elle canardé dans le tas. Je sais pas ce qu'elle porte comme pétard, mais ça a fait des gros trous.

L'holoprojecteur de l'exo rejoue la suite de la scène. Le flux vidéo montre Fox en vue subjective pointant son arme vers une femme élancée, intégralement cybernétisée. Son corps, sculpté dans une étrange matière sombre aux reflets iridescents, dépasse les deux mètres. Quand elle entre en ligne de mire, une inscription rouge envahit le champ de vision : "Immunité parlementaire". Le cliquetis de la gachette fait echo aux jurons de Fox, trahie par son matériel. L'inconnue se tourne alors vers elle et la met en joue. Son visage synthétique blanc, immaculé, affiche une expression stoïque, digne d'un masque vénitien macabre. Elle braque vers la sergente une arme atypique. Les mains de Fox s'interposent devant la caméra, puis une détonation claque. Un projectible perfore le torse de l'inconnue. Déséquilibrée, son propre tir manque Fox de peu. La caméra, suivant le regard de la sergente, se tourne précipitamment vers le mur à proximité. Le béton est vitrifié, la paroi éventrée. Elle constate furtivement l'intégrité du poitrail de son exo, puis revient sur la cyborg. De multiples fluides probablement vitaux s'échappent par la cavité dans sa poitrine, déclenchant dans ses membres des spasmes mécaniques incontrôlés. Une seconde déflagration déchire le cou de l'être robotique, qui s'effondre face contre terre. Fox arrête alors la réminiscence, et désigne le cadavre allongé de l'assaillante.

  • C'est la première fois de ma putain de vie que mon exo m'empêche de buter quelqu'un.

Elle se tourne vers le Cap, qui affiche un air grave.

  • Vous savez ce qui se passe ? demande Fox.
  • C'est une Katzuniste. On les appelle aussi les Clic-Dom, ou la Clique des Dominatrices. Un groupement qui a commencé à faire parler de lui il y a une quinzaine d'années en obtenant des places au comité du GWO. Leurs financements sont assez obscurs, mais elles ont une influence redoutable sur les décisions du gouvernement. Ton équipement refuse de les trouer car ce sont des parlementaires de mon cul.
  • Des parlementaires à la lisière des Douves, avec des armes à énergie, dans un bar miteux ? C'est pas louche du tout ! souffle Tréa.
  • On est bien d'accord. Même si cette perruche n'était clairement pas prête à coopérer, j'aurais bien aimé l'interroger. D'ailleurs, je me demande qui a pu la dézinguer.

Liv s'imisce dans la conversation.

  • Si vous permettez, Cap, je peux tenter de retrouver quelque chose dans ses banques mémoire.
  • Elle est morte, Liv, intervient l'Ours en posant son puissant gant motorisé sur la frêle épaule de sa collègue, ça risque d'être glauque là-dedans. Cap, vous pouvez pas laisser Arix s'y coller ?
  • Ma fonction première est la supplantation de fonctions vitales, et l'assistance au commandement militaire du capitaine Capaxis, rappelle Arix. Ma constitution permettrait bien entendu l'exécution de cette opération de récupération, mais l'équipement et l'expérience du seconde classe Graham sont plus indiqués, dans le cas où des difficultés requérant une improvisation importante seraient rencontrées.
  • Je devrais pouvoir gérer ça, tu crois pas ? Après le gamin-détonateur et mon emprisonnement numérique... Trouvez-moi un teraflux, insiste Liv.

Peu habitués à autant d'assurance, l'escouade se résigne. Ils traînent le corps dans la ruelle, prenant soin de ne pas attirer l'attention des secouristes. Le Cap déroule un cable logé dans son torse.

  • L'Ours et le Russe, vous surveillez le périmètre. Fox, tu évacues les exos des Dupont avec la Harpie. La présence d'une Clic-Dom ici, ça pue. Je m'attends à des emmerdes. Du genre, gros calibre.
  • Vous êtes pas mis à pied, Cap ? demande Fox. Il vaudrait mieux pas qu'on vous voie ici.
  • Judicieuse remarque, complète Arix.
  • On t'a pas sonné, toi. Exécution, Sigma-6 !

La noirceur du regard de son supérieur, tout à fait explicite au travers de ses iris artificiels, balaie toute hésitation. Il se tourne vers Liv et lui tend le câble demandé.

  • Sois prudente.

La soldate relie l'une des extrémités du câble à sa nuque, et ausculte les restes de la victime à la recherche d'un connecteur intact proche d'un centre mémoriel. Elle jette au Cap un regard qui se veut rassurant, puis plante l'autre extrémité dans l'occiput de la Clic-Dom.

Pas question ici de digibiôme, ou même de neura-net. Elle doit fouiller dans une conscience morte, déconnectée, ce qui revient à chercher un livre à la bougie dans un hangar obscur. Prendre possession d'un corps décédé a quelque chose de très désagréable : une plongée dans un lac glacé et sombre. Le neuro-processus achève enfin d'émuler un ersatz de conscience qu'il pousse à travers le câble teraflux vers ce qui reste de matière cérébrale dans la boîte crânienne de la Clic-Dom. Lorsqu'elle traverse le pont numérique qui la lie à sa cible, des sensations incommodantes affluent vers sa conscience. L'influx se heurte à une réponse incompréhensible. Son intrusion est bloquée par un infranchissable mur numérique. Liv frissonne. Son avatar virtuel palpe contre cette surface lisse et froide.

Elle est de nouveau seule dans le noir pendant de longues secondes. Cette obscurité fait ressurgir l'angoisse de son isolation dans son propre esprit, dont le souvenir est encore vivace. La soldate se contient, se répète que l'opération ici est sous son contrôle, et qu'il n'y a aucune raison de paniquer. Quelque chose ou quelqu'un verrouille l'accès aux réseaux sensoriels. Allez Liv, tu te feras pas avoir deux fois, il est temps de voir ce que tu as dans le ventre. Ou dans le crâne, peu importe.

Elle prend une grande inspiration et s'attaque à cette première difficulté : cracker l'accès aux implants de sa cible. Pour avoir accès aux banques de données, elle doit se faire passer pour la morte. Elle improvise à la volée des routines d'attaques qu'elle injecte dans son nouveau neuro-processeur. Le composant compile sans broncher ses pensées à la vitesse de la lumière.

La soldate tech initie une attaque de force brute sur le chiffrement du verrou digital qui lui bloque l'accès au cerveau inanimé. Le neuro-processeur assaille les clés à une vitesse fulgurante. Après quelques milliers d'essais, le corps de la Clic-Dom tressaute. Liv reçoit de plein fouet une impulsion de douleur qui lui fait siffler les oreilles. Un garde-fou l'a repérée et se défend. Elle tient bon, malgré les sensations d'aiguilles qui percent tout son corps. La soldate serre les dents, et laisse échapper un grognement. Les combinaisons défilent, elle pousse son processeur dans ses retranchements. Un nouveau pic de douleur irradie subitement derrière ses orbites, elle tombe à quatre pattes et lâche un plainte qu'elle réprime aussitôt.

  • Liv ! crie le Cap en se précipitant vers elle.

Mais la hackeuse lève la paume, lui interdisant d'intervenir. Elle chasse un cri de rage tandis qu'elle résiste aux horribles sensations que lui imprime le système de protection. Hors de question pour elle de flancher. Elle dispose de la technologie ultime, et refuse que son humanité soit la cause d'un échec. Encore un effort. Les palpitations de son coeur résonnent dans ses tempes, elle serre les poings. Soudain, son champ de vision s'illumine. Elle entend un claquement dans ses oreilles et les douleurs se taisent. Les activateurs des membres figés du cadavre deviennent des extensions de son propre corps. Le pare-feu a lâché : elle est passée.

D'une eau sombre et fraiche, elle se retrouve dans un lagon paradisiaque, flottant dans un liquide turquoise tiède, une émulation de la conscience évaporée de la Clic-Dom. Des volutes violettes s'agitent au loin, comme des turbulences d'une encre opaque, à mesure que l'intégrité des restes d'esprit se désagrègent. Elle a tout le temps de fouiller dans les banques de données encore valides. Ces dernières se présentent sous la forme d'immenses cubes en lévitation, parcourus de traits lumineux. Liv fait flotter son avatar jusqu'au plus proche et plaque ses paumes virtuelles contre la paroi. Elle emmagasine tous les paquets compréhensibles, flux vidéos, sauvegardes de messages, enregistrement, historique de connexions. Ce cerveau est une mine d'or.

Elle glisse ensuite vers une autre base qui parait cette fois inerte. Lorsqu'elle entre en contact avec elle, aucune information n'y fait sens. Elle tente d'en forcer l'accès avec toute l'ingéniosité de son esprit, sans succès. Une rumeur lancinante répète en boucle une mélodie binaire absconse qui sature ses sens.

†_†_A_†_†_Y_†_†_D_†_†_A_†_†_K_†_†_†_R_†_†_A_†_†

Après de nombreuses tentatives infructueuses, son neuro-processeur capitule avec un sobre message :

CLE PHYSIQUE DE DECHIFFREMENT REQUISE.

La poisse. Cette clé ne sera accessible que sur le corps de la Clic-Dom, impossible de la trouver ici. Elle mute donc ses membres virtuels en de giganteques lames qui débitent le cube en fragments, qu'elle avale pour les stocker dans l'une de ses bases personnelles. Le déchiffrement attendra. Une voix sourde et lointaine se fait entendre. Quelqu'un lui parle dans le monde physique.

  • Liv, ..de là, on ..pagnie.

Mais son attention est encombrée par le murmure obsédant de la banque de données, et peine à s'accrocher à la voix étouffée par la viscosité du liquide imaginaire.

  • Liv, sors !

La voix du Cap la tire de sa contemplation. Elle précipite son avatar vers l'embouchure du câble teraflux, et réinvestit son corps. Le retour à la réalité est mouvementé. Des transports de Central se sont rassemblés autour du Nyphectious. Les Bras Droits ont dressé un périmètre de sécurité autour de l'établissement, et une équipe de Nettoyeurs s'apprête à y entrer. Dans le même temps, l'agitation dans le quartier est montée d'un cran. Les baudaux curieux s'amoncellent peu à peu contre les champs de force mobiles.

  • Il faut absolument qu'on trouve une clé de chiffrement sur ce corps, j'ai copié une énorme banque de données qui est inutilisable sinon.
  • Si je peux vous suggérer quelque-chose, seconde classe Graham, intervient Arix, les corps des Katzunistes étaient majoritairement des ER-80 conçus par Paratronics. Les clés de chiffrement étaient stockées à côté de leur unité énergétique Corellius. Cette dernière est située au niveau du sacrum. Ce corps a bénéficié de nombreuses mises à jour, mais le G-Core n'a pas été déplacé. Je vous suggère donc de chercher une carte qui porte l'inscription CY-1.3 à proximité de l'emplacement des lombaires.

L'Ours retourne sans ménagement la carcasse électronique de la Clic-Dom. Liv, dissimulée derrière l'imposant exo de Fox, parvient au prix de quelques tâtonnements à dénicher la précieuse clé de chiffrement à l'emplacement prédit. Elle referme discrètement l'opercule de la trappe, tout en observant entre les jambes de sa collègue l'un des Bras Droits qui vient à leur rencontre.

  • Cadre 10-582, vous avez été mis à pied. Justifiez votre présence sur le site de l'assassinat d'un parlementaire aux côtés de Cadres en exercice.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Scribopolis
Cinquième concours de Scribopolis.

Thème : L'Usine.
227
91
153
115
Défi
Fred Larsen

Dans cette clairière, confiné avec des enfants qui se relayent pour me lire les histoires de Tromboline et Foulbazar en continu... Ponti, c'est rigolo, mais pas en boucle et 24h/24. C'est la pire des tortures...
12
8
0
0
Noctu_
John, lycéen ordinaire, va emménager dans l'ancienne demeure de son défunt père. Là-bas, il va se voir octroyer d'incroyables pouvoirs. Mais, il va déclencher une suite d'événements et d'affrontements qui vont vite lui faire comprendre que ses capacités sont en réalité une malédiction.
2
0
20
41

Vous aimez lire MKE ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0