Post-face : Votre avis sur "Les résistants"

Une minute de lecture

Attention ces questions peuvent induire quelques spoilers… Si vous n’avez pas lu Les résistants, passez votre chemin et revenez plus tard.

Lecteur si tu (on en est presque à 600 000 caractères ensemble, on peut se tutoyer) es arrivé jusqu’à ce texte, sache que tu mérites un bisou sur les deux joues. Merci d’avoir pris le temps de vivre cette aventure sous notre plume.

Nous aimerions te demander une ultime chose, si tu en as le temps et l’envie… répondre à ces six questions. L’objectif est, pour nous, d’obtenir un retour sur le ressenti général de cette histoire. D’avoir des réponses aux interrogations qui ont ponctué ce travail d’écriture.

Question 1 Alors, Fédération ou Ordre  ?

Question 2 Personnage (ou couple) préféré  ?

Question 3 À quel moment du récit as-tu compris l’identité de l’Once  ?

Question 4 Passage préféré  ?

Question 5 L’univers dans lequel évoluent ces personnages est-il suffisamment décrit  ? Est-il accessible et compréhensible  ?

Question 6 Les chapitres 1 et 19 sont violents. Peut-être le sont-ils trop  ? Les évènements du chapitre 1 ne sont-ils pas trop durs en ouverture de l’histoire  ?

Si le cœur t’en dit, lecteur, prends quelques instants pour nous faire parvenir tes réponses à l’adresse suivante  : lecteur@lafederationdesenchanteurs.fr

Cloé & Tat

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Lanam
Réponse à mon propre défi '' Mission impossible '', consistant à écrire un mini - texte sans '' e'' ni '' a ''. C'est vraiment très difficile je concède et j'ai inséré deux autres textes qui n'ont rien à voir avec le défi.
28
27
1
3
Défi
Lueur De Folie
Mon monde à moi.


Cv
9
17
4
1
Défi
gerardgiraud

Comment était-il là ? Simon n'en sait rien.. ; pas le temps d'y réfléchir. Une issue peut-être, vers la 8eme mais face à lui… il s’engouffre au hasard, sans réfléchir, par la porte métallique grande ouverte à sa gauche. L'homme dans la rue, c'était l'un d'eux sans doute ; l'un de ces hommes à peine distingué... ou une femme peut-être… depuis quelques heures déjà. Les escaliers quatre à quatre émergent à droite sur un terrasse elle aussi grande ouverte ; curieusement ouverte ! l'air libre dix étages plus haut, à bout de souffle. L'homme entre-aperçu sur ses pas… sans doute. Terrasse ouverte certes mais… sur le vide. Un piège ?
Un souffle doux sur Manhattan ; un air printanier sur la ville. Le bruit urbain omniprésent ; gens et véhicules qui vaquent à leurs affaires petites ou grandes. De la musique, des cris, un chien qui aboie quelque part et le ronronnement gigantesque s'insinuant entre les tours de béton comme dans les bronches de gigantesques poumons. Un homme sur une terrasse… qui court d'un bord à l'autre comme un poisson rouge nage de vitre en vitre.

Simon ! Simon ! Qui m'appelle ? Personne ne connaît mon nom ici ; j'habite… j'habite où au fait, loin mais où ? L'homme ou la femme derrière et moi ici dans cette impasse aérienne ; vue idyllique des hauts de ville mais mon enfer ; dernière vue que m'offrira ma vie ? Cette peur qui s'instille en moi, paralyse, je ne peux courir ; ça ne sert à rien. Derrière moi ; rien... Siiiiiii !  il est là ; le soleil, un éclat ; du métal dans une main.

Deux… ils sont deux maintenant sur la terrasse. L'un disparaît derrière une cheminé ou une bouche d'aération, un autre court vers lui le cherche, dans un dédale de petite tourelles, s'arrête, scrute, l’aperçoit, tend un bras, la lame clignote ; il se précipite ; l'autre détalle. Un espoir au vu de l'arme qui nécessite la proximité. Vers la porte, le fugitif se rue vers la porte ; fermée ! C'est la fin, pas possible de se laisser transpercer par un acier froid. L’échappatoire est aérienne ; il se souvient des tours du World Trade ; gens qui se précipitent devant le feu. Simon enjambe le parapet sans grille protectrice et la chute comme un vol d'aigle sur la ville… et la réception souple sur l'asphalte de son lit. Un bon près de sa femme. Simon, Simon ! Tu l'as refait ton cauchemar ?
1
0
0
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0