29

3 minutes de lecture

Le soleil se levait. Sergey entra dans le salon. Il remarqua que Desya était là, observant le paysage depuis la véranda. Il le rejoignit.

« Encore une insomnie ? » s’enquit-il.

Encore une nuit blanche, tu veux dire.

« Nous sommes tous là pour t’aider à revenir. Il suffit juste que tu tendes la main toi aussi. »

Il n’y a pas de retour.

Il y eut un silence. Desya reprit :

Et quand bien même je te raconterai ce qui s’est passé, jour après jour, nuit après nuit, dans cette salle de torture, tu ne pourrais comprendre. Tout juste serais-tu perturbé, comme l’a été cet homme.

Le jeune homme eut un sourire amer.

C’est toujours quand on en vient à désirer ardemment la mort, et que finalement on l’obtient, que l’on se rend compte à quel point on tenait à la vie. Mais la mienne me fait presque horreur, à présent. Je suis condamné une nouvelle fois, mais à vivre. Et pourtant c’est ce que je veux, sourire réellement à nouveau, rire en entendant tes batailles de jeux de mots avec Gavriil, me passionner pour ce que Pavel m’enseigne, m’amuser des remarques toujours justes de Nikita. Seulement, j’ai perdu tout cela.

Il avait les larmes aux yeux, à présent. Sergey posa la main sur son épaule.

« Il ne tient qu’à toi de le retrouver. »

Puisses-tu avoir raison. Sakura me reproche presque ma froideur, parfois. Et je sais qu’elle n’a pas tort. De nous deux, c’est elle qui cherche le plus à comprendre. Mais je ne sais plus où j’en suis. Je n’ai plus d’espoir. Je suis vidé.

Il fit une pause, puis reprit :

J’ai essayé de faire comprendre à cet homme à quel point il m’avait détruit, et combien je le haïssais pour cela, lors de notre duel. Mais j’ai échoué. Je n’ai même pas pu le faire souffrir avant de le tuer. J’aurais voulu lui faire ressentir au moins une part de l’horreur qu’il m’avait faite subir avant de l’achever. Mais tout ce que j’ai réussi à faire a été de le décapiter, si tu veux savoir.

Un éclat sombre et douloureux passa dans son regard.

J’aurais voulu le détruire ! Lui faire regretter d’être né, le laisser agoniser avant de lui porter le coup fatal ! Lui faire subir ce qui m’avait fait souffrir ! Et même s’il est mort… Je le hais !

Le jeune Chasseur sembla prendre conscience de ce qu’il venait de dire. Ses yeux cristal s’écarquillèrent d’effroi. Il se détourna et alla s’assoir dans l’un des fauteuils. Il se prit la tête dans les mains et demeura immobile. À ce moment, Gavriil et Pavel entrèrent. Ils s’immobilisèrent en voyant la scène. Nikita arriva lui aussi.

« Que se passe-t-il ? » demanda-t-il.

Il remarqua immédiatement ce qui n’allait pas. Il rejoignit Desya et mit un genou à terre devant lui pour se mettre à sa hauteur. Il le força à le regarder dans les yeux.

« Desya, reprends-toi. Dis-nous ce que nous pouvons faire ou trouve un moyen de revenir à la vie. Je veux t’aider à te sortir de là, mais tu ne dois pas te laisser abattre. »

Le jeune homme voulut détourner le regard.

« Regarde-moi. lui dit le Lieutenant. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire ? Tu sais qu’en tant qu’opheleiai je peux retirer ces souvenirs de ton esprit. Tu n’as qu’une seule parole à dire et je le ferai. »

Non, répondit Desya, car tu aurais à supporter mes souvenirs pour le restant de tes jours. Et enlever cette part de ma mémoire ne supprimera pas la douleur.

« Alors y a-t-il quelque chose qui puisse être fait pour t’aider ? »

Je ne le sais.

« Quelqu’un peut-il t’aider ? »

Le jeune homme ne répondit rien.

« Je refuse de te laisser ainsi. Et il en est de même pour nous tous. Cela prendra le temps qu’il faudra, mais tu guériras. Tu reprendras goût à la vie. »

Desya fixa un instant Nikita, puis éclata soudainement en sanglots silencieux. Le Lieutenant le serra dans ses bras. Autour d’eux, les Chasseurs désolés cherchaient comment réconforter leur camarade. Une fois que le temps du choc serait passé, le jeune Chasseur pourrait revenir à la vie. Le chemin serait long et difficile, mais il pourrait compter sur le soutien de ses proches.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0