24

7 minutes de lecture

À présent, il était arrivé au lieu où il allait mourir. Il tomba à genoux. Il était sans forces. Alors qu’il s’apprêtait à périr, un carreau d’arbalète fusa et s’arrêta en l’air. Un murmure parcourut la foule. Et une zone de temps se créa, dans laquelle se trouvaient seulement les Cinq Chasseurs, Tōru, Sei, et Sakura. Le décor avait disparu autour d’eux.

« Desya ! » appela la jeune fille.

Il tenta de se lever, mais échoua. Elle voulut le rejoindre. À cet instant, le roi entra dans la zone de temps. Il s’approcha de celui qu’il avait condamné et dégaina son sabre. Le Lieutenant s’interposa et engagea le duel.

« Que faites-vous ici ? questionna le monarque.

- Comment avez-vous réussi à entrer dans la zone de temps ? répliqua le Lieutenant.

- Ne sous-estimez pas le pouvoir d’un roi. »

Pendant qu’ils se battaient, les autres rejoignirent le jeune Chasseur. La jeune fille s’agenouilla auprès de lui, lui délia les mains, et le prit dans ses bras. Il eut un sursaut de douleur. Elle le lâcha.

« Pardon… commença-t-elle. Desya, j’ai eu si peur ! »

Il lui sourit, son premier sourire depuis longtemps. Elle avait encore des larmes dans les yeux. Il prit son visage entre ses mains, et l’embrassa. Cet instant de douceur lui fit tant de bien après les trois mois qu’il venait de passer. Quand leur baiser cessa, ils demeurèrent quelques secondes les yeux dans les yeux, tout à leur bonheur de s’être enfin retrouvés. Puis elle se leva et l’aida à se mettre debout en le soutenant.

« Sei, demanda-t-elle, peux-tu le soigner ?

- Je peux lui prodiguer des soins pour qu’il tienne le temps que nous quittions cet endroit. »

Le jeune pharmakon s’approcha du Chasseur et utilisa une incantation pour lui rendre des forces et refermer ses blessures.

« La zone de temps va bientôt disparaître, les avertit Sakura, préparez-vous. »

Quelques instants plus tard, ils se retrouvèrent à nouveau dans la salle. Les gardes arrivaient. Le Lieutenant parvint à mettre hors de combat son adversaire pour quelques temps.

« Suivez-moi ! » dit-il aux autres.

Ils quittèrent la salle et se retrouvèrent dans le château, les gardes à leur poursuite. Desya avait du mal à courir. Gavriil lui prit la main et ils continuèrent. Heureusement pour eux, la demeure était presque vide et personne ne leur fit obstacle. Ils parvinrent à proximité de la porte qui leur permettrait d’arriver à la cour. Mais à ce moment, un cri retentit. Ils s’arrêtèrent et se retournèrent. Quelqu’un retenait la sœur de Tōru.

« Sakura ! » s’exclama son frère.

Desya reconnut sans peine l’homme qui menaçait la jeune fille. C’était celui qui l’avait tant fait souffrir. Une puissante rage s’alluma dans les yeux du jeune Chasseur, telle un feu dévorant. Il matérialisa son épée. Le Lieutenant évalua leur ennemi. Commencer un combat ne servirait qu’à les retarder, mieux valait le neutraliser au plus vite et repartir.

« Tōru, dit-il, je vais avoir besoin de toi. J’ai cru comprendre que tu étais un opheleiai.

- En effet.

- Nous allons utiliser une incantation combinée.

- Mais je ne l’ai jamais fait !

- Lie ton esprit au mien, je vais te guider. »

Ils firent ainsi. L’homme qui retenait Sakura reçut une attaque mentale double. Il fut paralysé pendant un instant, dont la jeune fille profita pour lui échapper. Elle rejoignit les autres. L’homme tentait de lutter contre l’énergie qui le maintenait paralysé. À ce moment, Desya s’avança. Le Lieutenant et Tōru furent déconcentrés et cessèrent leur attaque, car le lien entre leurs esprits était brisé.

« Desya, que fais-tu ? » l’interpela le Lieutenant.

Je vais tuer cet homme.

L’autre eut un sourire méprisant et se mit en garde.

« Tu peux toujours essayer. » le provoqua-t-il.

Le jeune Chasseur s’élança. Le combat commença. Desya mettait tout sa rage dans ses coups, et parvenait à faire reculer son ennemi peu à peu.

« Desya ! l’appela Sakura. Arrête ! Cela ne te servira à rien et les gardes arrivent ! »

Mais le jeune homme ne l’entendait pas. À ce moment, les soldats arrivèrent, entourant les duellistes. Le Lieutenant dégaina son épée.

« Gavriil, tu prends le commandement !

- Mais…

- Fais-les sortir d’ici ! »

Le chef des Chasseurs se jeta dans la mêlée. Jamais il n’abandonnait l’un de ses hommes. Gavriil hésita, puis déclara :

« Venez, il faut y aller.

- Je ne peux pas laisser Desya en danger ! répondit Sakura.

- Tu n’as pas le choix. » répliqua le Chasseur.

Et ils repartirent, laissant Desya et Nikita dans une situation dangereuse. Ils arrivèrent finalement à la porte du château. Les jumeaux éliminèrent les quelques gardes qui se trouvaient là, puis ils sortirent. Mais dans la cour les attendaient d’autres soldats. Ils se préparèrent au combat inégal qu’ils allaient mener. Les gardes les attaquèrent. Ils se défendaient tant bien que mal, et avançaient progressivement vers la sortie. Cependant, quand qu’ils l’atteignaient enfin, ils se rendirent compte qu’une épaisse herse avait été fermée entretemps devant le portail clos, en interdisant l’accès. Ils continuèrent à se battre, mais ne savaient comment ils allaient s’en sortir. Alors que Sei se battait avec difficulté contre un capitaine, son adversaire s’effondra. Surpris, il identifia celle qui l’avait aidé. L’inconnue de la prison. Il reprit le combat à ses côtés.

« Merci, commença-t-il, je commençais à fatiguer.

- De rien. J’ai été un peu déloyale en le frappant dans le dos, mais à la guerre comme à la guerre.

- Oh, elle n’a pas encore commencé. » plaisanta Sei.

Il élimina un adversaire et ajouta :

« Mais ça ne saurait tarder. »

La jeune femme employait une rapière, en accord avec son style vif. Les autres aussi avaient remarqué son arrivée, et Gavriil lui demanda :

« Alors, encore là pour sauver la situation ?

- Précisément. Je vais vous indiquer une autre sortie, mais attendons d’abord que vos camarades nous rejoignent. »

Sergey soupira avec amusement avant de tuer un garde. Son épée à deux mains faisait des ravages. Après quelques minutes, Nikita et Desya sortirent du château et les rejoignirent. D’autres soldats arrivèrent.

« Bien, reprit l’inconnue, suivez-moi. »

Constatant sa présence, Nikita réprima un soupir. Les fugitifs se rassemblèrent près d’elle sans cesser le combat. Elle employa une incantation pour repousser leurs ennemis. Les autres l’imitèrent, leur accordant un précieux répit. Ils coururent ensuite jusqu’à un bâtiment désert sur la gauche. Elle les guida à l’intérieur, se rendant au sous-sol. Là, dans une grande salle de pierre, elle leur révéla un passage dérobé dans le mur du fond. Ils entrèrent et elle referma derrière eux. Ils se trouvaient à présent dans un couloir sombre, éclairé de loin en loin par de faibles chandelles.

« Il faudrait détruire le mécanisme de la porte, déclara-t-elle, cela nous laisserait au moins quelques heures d’avance. Pavel, vous êtes un pyroi, n’est-ce pas ?

- En effet. confirma-t-il.

- Le système d’ouverture du passage est composé d’éléments métalliques, pensez-vous pouvoir le faire fondre ?

- Cela ne devrait pas me poser de problème. »

Il s’approcha de la porte de pierre et posa sa main dessus. Il sonda un instant puis une forte chaleur se dégagea des murs. Il avait propagé un feu entre la double épaisseur des parois, le temps de neutraliser le mécanisme. Il retira sa main et se tourna vers les autres.

« C’est fait. » dit-il.

L’inconnue le remercia d’un sourire. Le groupe repartit. Elle les précédait pour les guider et Nikita marchait à ses côtés. Gavriil, Sergey et Pavel suivaient, puis Sakura et Desya main dans la main, et enfin Tōru et Sei. Au bout d’un moment, le Chef des chasseurs s’adressa à leur guide :

« Vous avez l’air de connaître tous les souterrains de ce royaume, faites-vous partie d’un réseau secret ?

- Vous y êtes presque, sourit-elle, et je pense qu’il est temps de vous expliquer quelques détails à mon sujet.

- Allez-vous enfin révéler votre identité ? s’enquit-il en paraissant plaisanter.

- En effet. Après tout, je ne suis pas revenue uniquement pour vous aider. Il aurait été impoli de ma part de vous laisser avec vos questionnements. Alors, que voulez-vous savoir ?

- Premièrement, quel est votre nom ?

- Eriko.

- Et votre nom de famille ?

- Excellente question. »

Il la considéra avec surprise.

« J’ai mes raisons de ne pas répondre à certaines interrogations. Mais je vous en prie, ajouta-t-elle, poursuivez.

- Avez-vous une raison particulière de protéger votre identité ?

- Oui, car mon métier peut s’avérer assez dangereux.

- Et quel est-il ?

- Je travaille pour les services secrets. De l’Empire. » précisa-t-elle.

Il fallut un instant à ses auditeurs pour assimiler la nouvelle. Ils comprenaient enfin pourquoi elle était si bien informée.

« Que faites-vous dans le royaume ? reprit le Lieutenant.

- J’avais pour mission d’espionner nos futurs adversaires, et on m’avait envoyée à la frontière est de l’Empire. Je disposais d’une certaine liberté de mouvements, ce pourquoi j’ai pu faire des allers-retours à la capitale puis vous rejoindre à deux reprises. Et vous communiquer les résultats de mon enquête parallèle. Car j’avais découvert ce qui était arrivé à votre camarade. Ne pouvant abandonner mon ordre de mission pour l’aider, j’ai fait en sorte de vous tenir au courant de sa situation. Et ayant récemment terminé ce pourquoi j’étais venue ici, j’ai décidé de vous aider avant de regagner l’Empire. À présent, il ne me reste plus qu’à retourner dans les montagnes pour y faire mon rapport. »

Un silence suivit. Ils prenaient conscience du rôle qu’elle avait joué, et Sakura et Desya en particulier éprouvaient de la gratitude pour l’aide qu’elle s’était efforcée de leur apporter. Finalement, Sergey prit la parole :

« Puisque nous allons également passer par les montages, que diriez-vous de faire route avec nous ? »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0