18

2 minutes de lecture

« Nikita, quelqu’un doit se charger de le lui dire. » dit Gavriil.

Le Lieutenant tarda à répondre, songeur.

« Tu sais bien que le tact n’est pas mon fort, dans ce genre de situation.

- Pourtant tu es notre chef.

- Je risque de la blesser bien plus que toi, si tu le faisais. Sinon, demandons aux deux autres.

- Tant pis, je m’en chargerai. déclara Gavriil. Après tout, nous sommes revenus à la capitale, ce ne sera l’affaire que de quelques heures au maximum.

- Merci.

- Il fallait bien que quelqu’un le fasse. » ironisa Gavriil.

Il se détourna et quitta le palais impérial. Il marcha le long des rues pendant quelques minutes, réfléchissant à ce qu’il pourrait dire. Il arriva finalement à la maison. Il toqua à la porte. Ce fut elle qui lui ouvrit.

« Gavriil ? s’étonna-t-elle. Que puis-je faire pour toi ?

- Sakura, j’ai quelque chose d’important à te dire.

- Veux-tu entrer ? proposa-t-elle, pressentant la mauvaise nouvelle.

- Ce sera mieux, je le pense. »

Elle le fit entrer et ils se rendirent au salon. Elle l’invita à s’assoir.

« Puis-je t’offrir quelque chose ? »

Inconsciemment, elle tentait de repousser l’échéance.

« Non, merci. » refusa-t-il.

Il y eut un bref silence.

« Alors… se risqua-t-elle, qu’as-tu à m’annoncer ?

- Tu ferais mieux de t’assoir toi aussi avant que je ne te le dise. »

Elle prit place à côté de lui.

« Tu sais qu’il y a deux mois que nous n’avons pas reçu de nouvelles de Desya. commença-t-il. Il est actuellement dans les prisons du royaume. »

Il hésita à poursuivre. Il lisait la peur se dessinant peu à peu dans les yeux de la jeune fille.

« Y a-t-il autre chose ? demanda-t-elle d’une voix blanche.

- Malheureusement, oui. Il… il a été condamné à mort. »

La sentence tomba de tout son poids sur les épaules de la jeune fille. Pendant un temps, elle fut incapable de réagir. Puis elle éclata en sanglots. Elle tomba dans les bras du Chasseur, qui ne savait comment réagir. Il décida de faire ce qu’il pouvait pour la consoler. Il tenta quelques paroles de réconfort.

« L’Empereur va négocier pour le faire libérer, tout espoir n’est pas perdu. »

Elle était incapable de prononcer une seule parole, secouée de sanglots incontrôlables. Il ne savait comment la réconforter. À ce moment, la porte de la maison s’ouvrit et ils entendirent Tōru annoncer :

« Je suis de retour ! »

Il se rendit dans le salon et s’arrêta sur le pas de la porte.

« Que se passe-t-il ?

- Desya va être exécuté. » lui apprit Gavriil.

Tōru marqua un temps d’arrêt. Le Chasseur continua :

« C’est la décision du roi. Mais l’Empereur va tenter de le faire libérer. Et s’il échoue, les Chasseurs interviendront.

- Tout n’est donc pas perdu. »

Il alla s’assoir auprès de sa sœur et la prit dans ses bras.

« Raconte-moi, s’il te plaît. » demanda le jeune garçon au Chasseur.

Gavriil leur dit ce qu’il savait. À la fin de son explication, il déclara :

« Nous serons fixés dans un mois.

- Merci. dit Tōru.

- Voyez-vous un inconvénient à ce que je rejoigne les autres ?

- Je pense que cela vaudrait mieux. Vous devez vous préparer. »

Gavriil quitta leur maison. Une fois qu’ils furent seuls, Sakura releva la tête et réussit à dire entre ses larmes :

« Si Desya mourrait, je n’y survivrais pas. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0