9

4 minutes de lecture

Il s’éveilla péniblement. Il ressentait le froid plus que de coutume, signe que quelque chose avait changé. Il avait repris un peu de forces. Il s’assit. Il remarqua qu’il avait à nouveau la chaîne autour du poignet. Avant, pendant un temps, on ne la lui mettait plus. Ce n’était pas nécessaire, car ce qu’il subissait le laissait sans forces. Il regarda le lien pourpre à son poignet gauche. Les larmes lui vinrent. Il les refoula. Ce n’était pas le moment de faillir.

Des pas qu’il ne connaissait que trop bien s’approchèrent, et il entendit les verrous puis la porte s’ouvrir. Il avait du mal à réfréner le sentiment de terreur qui l’envahissait. L’horreur allait-elle recommencer ? L’homme entra et la porte se referma. Une source de lumière illumina l’endroit, éblouissant le jeune homme. L’autre le regarda un instant puis déclara :

« Tu es enfin réveillé. Tu as été inconscient pendant une semaine. Tu as failli mourir. Ce qui aurait été regrettable. »

Le jeune captif lui jeta un regard furieux.

« Car bien que tu aies réussi pour l’instant à ne pas laisser échapper une information, continua l’homme, je ne désespère pas. Il suffit juste de trouver ton point faible. Pour l’instant, j’ai décidé de cesser momentanément l’emploi de la manière forte. Retenter cela dans ton état te tuerait. Et je n’ai pas l’intention de te faire ce plaisir. De plus, je n’ai pas envie de gâcher mes talents de pharmakon. »

Le jeune prisonnier aurait voulu pouvoir avoir un rire méprisant. L’homme qui le faisait le plus souffrir était un pharmakon ! Mais que faisait-il ici ? Ce que le sort pouvait être ironique. L’homme continua :

« Ne va pas penser que le fait que tu sois muet t’empêche de me donner ce que je te demande. Nous savons tous deux que tu n’as besoin d’aucune incantation pour parler à l’esprit des autres. Cependant, puisque je sais d’ores et déjà que tu n’as pas plus l’intention que moi de céder, je vais t’apprendre quelque chose. J’ai été formé à obtenir des informations par tous les moyens. Et cela inclut aller les chercher jusque dans l’esprit de celui que j’interroge, en l’occurrence toi. Certes, il est impossible d’utiliser les incantations dans cette prison, mais il ne faut pas oublier un détail : cela ne concerne que les détenus. »

Alors qu’il disait ces mots, le jeune homme sentit comme une main invisible qui commençait à chercher dans son esprit. Il tenta de la repousser, mais il était dans un tel état d’épuisement qu’il éprouvait de grandes difficultés à l’empêcher de fouiller ses pensées. Il se rappela alors ce que Nikita lui avait appris en matière de défense mentale. Il se focalisa sur un point. Il vit son ruban et fit le vide dans son esprit, pensant uniquement à la couleur pourpre.

« Jolie résistance. Mais elle comporte une faille. Cette couleur est associée à quelqu’un, n’est-ce pas ? Elle s’appelle Sakura, et… »

L’homme laissa sa phrase en suspens et eut un fin sourire. Le jeune homme se prit la tête dans les mains, en proie à une douleur nouvelle. S’il n’avait pas été muet, il aurait gémi.

« C’est donc là ton point faible ? Intéressant… Qu’as-tu d’autre à me révéler ? »

Le prisonnier n’en pouvait plus. De quel droit cet homme se permettait-il de s’introduire dans son esprit ? Il essaya de se focaliser sur un autre détail. Un morceau de harpe fit suite au pourpre. Les notes tournoyaient, résonnant dans son âme. Il ne pensait plus qu’à cette mélodie. Il avait réussi à fermer son esprit.

« Si tu crois que penser aux morts pourra t’aider… »

L’homme se faisait volontairement blessant. Le jeune captif le regarda droit dans les yeux. Il ressentait à son égard une rage brûlante. Il changea de stratégie, déterminé à prouver à cet homme qu’il était en mesure de lui résister. Tout en continuant à protéger son esprit, il entra dans celui de son adversaire, se servant de sa propre incantation. Il n’y trouva rien d’autre qu’une image, une plaine grise et désolée.

« Bien tenté, mais au moins as-tu réussi à me surprendre. »

Le jeune homme passa à la suite de son idée.

« Pourquoi me transmettre un tel calme ? s’étonna l’homme. Que cherches-tu à faire ? »

Son jeune adversaire esquissa un sourire. Et envoya brusquement dans l’esprit de l’homme tout ce qu’il avait ressenti depuis qu’il s’était éveillé dans cette prison pour la première fois. Le désespoir, la tristesse, la colère, la terreur, la douleur… Le fait qu’il soit muet, et qu’il ne pouvait donc pas extérioriser tout cela en criant avait amplifié la souffrance aussi bien physique que morale au centuple. L’homme reçut un cyclone d’horreur et de tourments. Déstabilisé, il porta la main à son front et cessa le contact. Il quitta la cellule sous le regard plein de haine et de mépris du jeune homme. La porte se ferma, les verrous sécurisèrent l’ensemble, et il se retrouva à nouveau seul, dans l’obscurité. Il se sentait épuisé par le combat qu’il avait mené, mais pour la première fois depuis longtemps ressentait du réconfort. Il avait remporté sa première victoire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0