6

Une minute de lecture

Une brûlure. Une brisure. Et puis encore la même question. Il ferma les yeux et détourna la tête. Il lui fallut un immense courage pour le faire. Car en agissant ainsi, il se condamnait. À nouveau. L’horreur reprit. Elle ne s’était jamais vraiment arrêtée. Depuis combien de temps ? Il ne savait plus d’où venait la souffrance qu’il ressentait. Son corps ne répondait plus. Et l’épreuve continuait. Si seulement il pouvait crier ! Mais il en était incapable, depuis si longtemps. Il n’en pouvait plus, c’était trop intenable. Il perdit connaissance. Quelques instants plus tard, la douleur cessa de l’attaquer. Il avait toujours affreusement mal, mais on avait cessé de la provoquer. Il entendit vaguement une voix, un cliquetis de chaînes, des mouvements, et quelques temps plus tard retrouva l’atmosphère glacée de sa cellule. Ce froid mortel lui faisait presque du bien, après ce qu’il avait enduré. Il ne savait depuis combien de temps il était ici, dans cette sombre prison, ni combien de fois il avait dû subir cette épreuve. Mais cela n’avait plus vraiment d’importance. Il se sentait mourir. D’ailleurs, c’était l’unique chose qu’il espérait à présent. Que tout cesse…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0