3

3 minutes de lecture

Un temps impossible à mesurer après, d’autres pas s’approchèrent, pour s’arrêter devant la porte. Il entendit quatre verrous successifs jouer, puis la lumière l’éblouit. Une silhouette entra. Lorsque ses yeux se furent habitués, il put constater qu’il s’agissait d’un homme d’une cinquantaine d’années, aux cheveux gris et au regard dur. L’inconnu le jaugea un bref instant et déclara :

« Eh bien, tu as moins fière allure qu’il y a deux jours. Au moins as-tu repris conscience. »

Il y eut un bref silence.

« Au fait, reprit l’homme, à quoi pensent tes supérieurs ? Ils nous envoient des gamins, à présent ? »

Le jeune homme ne répondit rien et baissa le regard. Il sentait que mieux valait éviter la confrontation avec cet homme qui tenait probablement sa vie entre ses mains. De plus, il n’avait pas l’énergie pour le faire. Il avait remarqué que l’inconnu avait un léger accent. La langue de l’Empire n’était pas son idiome maternel.

« Une fois que nous en saurons plus à ton sujet, nous pourrons plus facilement envisager ton retour. »

Le jeune homme se rappela qu’il n’était pas dans son pays, ce qui était à l’origine de sa situation délicate.

Nikita va me tuer… pensa-t-il.

« Mais premièrement, poursuivit l’homme, je vais te poser quelques questions, car il va me falloir des informations. C’est la monnaie pour être libre, tu devrais le savoir, en tant qu’espion. Je ne te cache pas que découvrir ce qui l’emportera entre ta volonté et mes moyens de persuasion pourrait se révéler assez intéressant. »

Le jeune homme réprima un frisson, ce que l’inconnu remarqua. Il ajouta :

« Première question : quelle est ton identité ? »

Le jeune homme se contenta de le fixer en haussant légèrement un sourcil, l’air de lui demander s’il s’attendait vraiment à ce qu’il réponde.

« Je vois… Au moins montres-tu d’entrée de jeu quelle sera ta ligne de conduite. Laisse-moi te présenter la mienne. »

Il fit signe à l’un des gardes qui se tenait près de la porte de la cellule.

« Emmenez-le. »

Le garde entra, s’approcha du jeune homme, sortit une clé et déverrouilla le bracelet de fer qui le maintenait au poignet droit. Il lui passa de solides menottes et le fit se lever, puis l’emmena hors de sa cellule à la suite de l’homme. D’autres soldats vinrent les escorter. Ils longèrent nombre de couloirs balisés par des torches et arrivèrent devant une porte de métal noir. L’homme l’ouvrit et entra. L’un des gardes voulut faire avancer le jeune homme, mais il se dégagea et passa de lui-même dans la pièce. Il examina ce qui se trouvait à l’intérieur, luttant contre un sentiment d’horreur grandissant qui s’emparait de lui. Il pensa à ses frères d’armes. Pour eux, il devait repousser ses limites, et se montrer digne de son appartenance à leur escouade. Il jeta un regard de défi à l’homme à cause duquel il était ici. Un autre personnage sortit de l’ombre, portant une cagoule noire, et s’approcha de lui. Le jeune homme fit ce que son chef et mentor lui avait appris pour résister à la douleur, aussi bien physique que morale. Il se retira en lui-même, très loin, commençant presque à quitter son corps tant il tentait d’en faire abstraction, et passa dans un état second. À présent qu’il était quasiment totalement absent de la réalité, il se sentait presque en mesure d’affronter ce qui l’attendait. Il s’était préparé autant qu’il était possible dans ce genre de situation. La souffrance allait débuter. Il regarda le lien pourpre à son poignet gauche. Il ne se permettait pas de faiblir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Laurifey
« Je m'appelle Mélodie, j'ai vingt-quatre ans et ma vie et ma vie est rarement un long fleuve tranquille. »

Suivez les aventures d'une québécoise pleine d'énergie qui a le don de se s'attirer des ennuis et de mettre les pieds dans les plats. Rencontres inoubliables, ruptures amoureuses, moments de folie incroyables, tout ces petits riens et ces grands beaucoup émaillent sa vie. Pour votre plus grand plaisir.
3
0
134
28
Défi
phillechat

J ai une addiction
Sévère addiction
Fatale addiction

Je ne peux m empêcher
De versifier
Et si une seule journée

Se passe sans poéter
Je me sens angoissé
Déprimé

Paumé
Lessivé
14
4
0
0
Loïc Péan

                     L’oiseau pionnier,éclaireur de ta destinée,
                     Il chante la vie,vole d’arbre en arbre pour toucher ton ouie,
                     Entends ses notes de joie,elles ne sont que pour toi,
                     Tu reviendras et de nouveau tu l’entendras,
                     Sais-tu qu’il n’y a de hasard,
                     Prends-en conscience avant qu’il ne soit trop tard,
                     L’oiseau chante la mélodie de l’espoir,
                     Réponds-lui par les mots de ton souffle,
                     Que cette musicale volonté taise tes doutes,
                     Es-tu libre de vivre toute allégresse,
                     De te faire l’ami de l’éternelle sagesse,
                     Vis tes jours avec l’identique plaisir,
                     La même envie de rendre gloire à ces jours,
                     L’oiseau éveille ton amour,
                     Ton coeur entend son bonheur,
                     Puisse ta mémoire suivre son vol,
                     Toujours l’oiseau demeurera pionnier,éclaireur de ta destinée.
0
0
0
1

Vous aimez lire Nelly Eriko ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0