Chapitre V : Papillon de lumière

2 minutes de lecture

Souvenir, souvenir...

Ma mère, c'est ma maman qui me regarde à travers un autre monde. Son visage n'exprime rien de positif, elle fait peur. Maman porte des vieux vêtements en laine gris et un jean épais. Un regard fou, d'un grand malade qui amène à me dire si je suis vraiment fou. Votre mère à vous, elle est sûrement ce que vous aimez le plus au monde. Ce n'est clairement pas mon cas, mais alors pas du tout. Ma mère m'a abandonné, du moins elle a fait deux tentatives d'abandon. La première fois, c'était un hiver dans une gare. J'avais passé ma journée à l'attendre de retour, car ma mère partait en vacances sans moi. Il ne naigais pas mais une hécatombe de froid s'abattait sur la ville, j'étais en hypothermie, longtemps. La deuxième fois, c'était un autonome dans une bibliothèque. Elle est partie chercher un livre en me laissant sur une chaise, je l'ai moins attendu. Les gardes l'avait contraint à rester et ont appelée les services sociaux qui n'ont pas bouger d'un petit doigt. Aujourd'hui, elle est morte. C'est l'un des uniques jours où j'étais vraiment heureux, le jour où nous avons enterré ma névrosé de mère. C'était ma dernière peine avec mon cutter sur le bras, j'ai rigolé après l'enterrement. C'était terminé, j'étais libre et plus personne allait me faire du mal.

Marina est venue me voir, dans une sorte de parloir dans le couloir Est de l'asile Normandy. Je n'avais que peu de temps devant moi, je voulais sortir, je voulais rentrer chez moi.

- Ça va... ? commence-t-elle d'un ton inquiet.

- Non... je veux partir. C'est horrible l'asile, pourquoi j'y suis ? dit-je atrister.

- J'ai appris la nouvelle, pourquoi as-tu fais ça ?

- Faire quoi ? je n'ai rien fait !

- Donc tu t'en souvient pas...

- Me souvenir... de... Argh.

Es-ce réel ? le temps s'écoule et j'ai l'impression d'avoir vu personne depuis des années. A nouveau dans ma cellule, je regarde le miroir.

Je vois, et je vois ce que j'ai fais...

Annotations

Recommandations

Défi
Jake "the Crow" Warren

Je rêve de peinture clair-obscur
D’ambiance feutrée et de musique baroque
De ton corps nu posé contre le mur
Couvert de broderies d’une autre époque

Je rêve de la musique du luth
De l’odeur de ces fragrances orientales
De tes charmes qui lascivement s’étalent
De parures d’or t’ornant des seins au sinciput

Je rêve d’une chambre ornée de coussins
De tapis couverts de motifs mauresques
Des rayons de soleil dessinant des arabesques
Sur les plus beaux contours de ton bassin

J’ai rêvé de toi, princesse de Grenade
Et de moi simple manant d’Andalousie
Qui chante jour et nuit la sérénade
Pour tes rondeurs pleines de poésie
8
5
3
0
Défi
Anna Condor

Musique : https://www.youtube.com/watch?v=hmc-x-q0g7I

Elle s'élance, tournoie, danse, infatigable et gracieuse flamme.
Ton heure est venue, déploie tes ailes , vole vers les nues.
Eblouie les , subtilise leurs âmes, la nuit suscite la beauté.
Le vertige est grisant, effleure leurs rêves d'un voltige.
Ne souffle pas un mot, perds toi dans la foule,
Ne recule pas, submerge les coeur de souvenirs ineffables.
Le vide a son charme, la chute, fatalement, exalte.
Tombe, ennivre- les de passions démesurées , la nuit embrase les peurs.
Fébrile, une pointe au dessus de l'âbime , ferme les yeux..
Tu dégringoles, ils t'acclament, une plume n'aurait autant de grâce.
Les visages défilent, les rires se noient, les images se troublent,
Ténébres et Lumiére ont la même cadence, tu t'éparpilles.
La voila scintillante, devenue milles éclats à jamais suspendue au delà des abysses.




1
1
1
1
Velka
Recueil de sonnets. Image de Ken Crawford : la nébuleuse de la Tête de Cheval, dans la constellation d'Orion.
40
81
5
1

Vous aimez lire Clem Laysler ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0