Une image éloquente - semaine 8/52

4 minutes de lecture

Comme à l’accoutumée, Élise attendait James. Pourquoi cette situation l’agaçait-elle encore ? Ce n’est pas comme ci durant tous ces derniers mois, il avait témoigné d'une quelconque ponctualité.

Elle avait poireauté de nombreuses fois devant le lieu de rencontre où ils se rejoignaient en fin de journée.

Néanmoins, James ne s’était pas toujours comporté de cette façon. Au début de leur relation, son attention la couvrait de bonheur et d’amour. Puis les années défilèrent et semèrent ses notes sournoises : routine, ambition professionnelle, détachement de l’autre et regret.

À la demande de son mari, Élise se trouvait dans leur endroit préféré, le dinner’s de leur rencontre, il y a sept ans. Un mauvais pressentiment la submergea au point de se goinfrer de gaufres et de café.

Peut-être est-ce le moment de se rendre à l’évidence et d’affronter les problèmes ? s’interrogea-t-elle en touillant sa boisson.

Certainement, oui. Il est sans doute temps de délier les langues et d’aller au-devant de la réalité.

Plongée dans ses réflexions amères, Élise ne vit son mari qu’une fois installé en face d’elle. Un simple bonjour accompagné d’un petit sourire, puis il commanda un brownie noisette et un latté.

  • Désolé, un client s’éternisait et j’ai été pris dans les bouchons, débite-t-il machinalement.

Tiens donc, il s’excuse… une première !

  • Je sais que j’aurai pu attendre ce soir pour te parler à la maison, mais l’idée d’un terrain neutre me rassurait.

Pourquoi a-t-il besoin de se rassurer ? Le public présent m’empêcherait-il de monter sur mes grands cheveux et de faire esclandre ? Mouais...

La serveuse coupa James dans son élan et le servit. Aussitôt, il se saisit de la tasse et se réchauffa les mains.

  • Élise, je sais que je ne suis pas trop présent ces temps-ci. Mon nouveau poste à la direction m’a dépassé au point de me sentir totalement englouti. Je me donne à fond pour réussir, pour assurer mon… notre avenir.

Hum... Lapsus révélateur ? Amusant pour quelqu’un qui n’a jamais bafouillé de sa vie.

  • J’ai beaucoup pensé pendant ces longues heures seul au bureau. J’ai comme posé un état des lieux de ma vie, de notre mariage, de notre quotidien.

Notre mariage ? Foutaise ! Tu y songeais quand tu baisais ta cliente chez Mc Bury’s ?

  • Je pense que toi aussi. Si tu fais le point sur ce que tu souhaites réellement, tu…

Mais qui es-tu pour penser à ma place ?

  • Tu aurais certains regrets sur ta position au sein de l’entreprise, ou sur ta fonction en tant que femme. Tu n’as pas réussi à tomber enceinte…

À qui la faute ?

  • Je ne dis pas que tu dois assumer seule la responsabilité, mais je crois qu’inconsciemment tu ne dois pas le sentir. Le psychologique exerce beaucoup d’influence sur le physique, tu sais…

Tu t’engouffres James ! Abrège ! Qui as-tu dans ton lit en ce moment ? Ou devrais-je dire avec qui tu forniques sur ton bureau ?

James, mal à l’aise, boit son café et enfourche rapidement quelques bouchées de sa friandise.

  • Enfin bref, je… je…

Et voilà qu’il s’étoque cet imbécile !

James toussota, puis très vite porta ses mains à sa gorge comme s’il essayait de recracher quelque chose.

Aie ! Une noisette ? Une praline ? Ça doit faire mal, bon sang !

Il se mit de grandes tapes sur le torse, tout en implorant du regard de l’aide.

Tu veux que je te vienne en aide ? C’est ça ? On peut attendre un petit peu, tu n’es pas pressé il me semble, puisque tu souhaitais me raconter à quel point j’ai gâché ma vie en ta compagnie. Ma vie de femme tout comme ma vie professionnelle. Allais-tu m’avouer le nombre de fois où tu m’as trompée ?

Oh, tu ne tousses plus ? Par contre, tu deviens tout rouge… hum, dire que j’ai supporté cet air de crétin pendant sept ans.

Tes lèvres bleuissent, mon cher. Mauvais signe si je n’abuse pas. Enfin, tu sais ce qu’on dit chez les épouses non épanouies : probablement trop égocentriques qu’elles n’apercevraient pas leur mari sur le point de défaillir.

C’est magnifique ce bleu… tu vois, c’est exactement cette nuance que je voulais pour les toilettes. À la place, tu as mis un indigo super moche et terne. Tout comme ton reflet, en fait…

James abattit une fois la main sur la table puis deux… Ce qui exaspéra Élise au plus haut point.

Pas besoin d'un tel vacarme ! Tu pourrais crever en silence tout de même ! Aie un peu de dignité…

Ses gestes désespérés et bruyants l’insupportaient, alors elle prit sa fourchette et la planta dans la main de son mari.

À travers le visage morbide qu’arborait James, la souffrance pouvait se lire dans ses yeux. Il rugissait tant bien que mal de douleur… ou il bramait comme un cerf en chaleur, difficile à déterminer.

  • Que désirez-vous, Monsieur ? annonce l’employée, serviable.

Élise percuta au son de la voix de cette demoiselle et analysa la scène.

Son mari James se tenait assis sur la banquette à l’opposé. Le visage rosi de froid, mais oxygéné. Son manteau sur les genoux, il enlevait son écharpe en quémandant un brownie noisette et un latte.

La fourchette, plantée sur le bois de la table, trônait tristement telle une évidence. La vérité la frappa de plein fouet. Elle n’était pas la première à avoir délaissé leur relation, mais elle ne pouvait plus vivre ainsi.

  • Désolé, un client s’éternisait et j’ai été pris dans les bouchons…
  • On va divorcer, s’insurgea-t-elle, le regard suspendu sur le couvert. Oui, je demande le divorce James. Ça vaut mieux pour nous deux, je pense.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

MaddyMoon Rhodian
cv

Gaël Boyara, un jeune homme d’une vingtaine d’année, se rend à Veysonnaz, chez son grand-père, pour les grandes vacances d’été. Alors qu’il pensait y vivre un été tranquille et serein, Robert va lui transmettre son héritage qui cache un lourd secret qui va changer sa vie à jamais.

Pour l’aider dans sa tâche, il fera alliance avec Rami Fériquel, une Exiwora. Entre les deux jeunes, le courant sera électrique. Tous les opposent, mais ils devront faire impasse sur leur différends pour sauver ce qu’il reste de l’imagination humaine, après la disparition des personnages de films, séries et livres.

Comment réagir quand l’équilibre des Mondes s’effondre chaque jour d’avantage ?
Deux êtres réunis par l’espoir des Mondes.
Deux êtres liés par de grands secrets
Deux peuples qui, à travers de Rami et Gaël, vont devoir s’entre-aider, afin de ne pas sombrer.
91
208
610
310
Défi
Orchidoclaste
Image parAlexander Lesnitsky de Pixabay
11
17
3
1
Orchidoclaste



C'est l'histoire d'une petite graine qui n'était finalement qu'un tout petit chat.

Toujours dans les pieds, au point de se faire appeler "chat-sson gauche" . Il faisait la paire avec son frère, le chat-sson droit.

Chat-plumeau derrière le canapé, dans sa moustache ramenant les toiles d'araignées.

Spider-cat dans l'escalier, c'est plus rigolo de grimper dans le tissu mural.

Ronronnant pattes en rond sur les genoux de son maître.

Toujours tout petit, tout malingre.

Tout malade.



Pavé vide entre les côtes

Un mois déjà souffle coupé...

Notre chat-grain est immense depuis qu'il ne ronronne plus.
8
8
0
0

Vous aimez lire ACKLES Noa ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0