Kentigern

5 minutes de lecture

« Satisfaite ? »

La voix s’éleva de l’ombre. Amalia sursauta, effectua un quart de tour sur elle-même et pointa son concentrateur actif en direction de l’inconnu.

« Raté, je suis ici. »

Un souffle effleura son cou. Derrière elle. Pour faire preuve de tant de discrétion, ce devait être quelqu’un de l’Ordre. Un frisson de peur lui parcourut le dos. Elle se retourna et se retrouva face à un individu caché sous une cape rouge.

La teinte de la cape représentait la parfaite incarnation du concept même du Rouge. Le Rouge le plus rouge qu’il ne lui ait jamais été donné de voir.

Est-ce bien le moment pour se faire ce genre de réflexions ? Amalia se transféra au beau milieu du Parc aux Agates, à Stuttgart.

« Pas en pleine ville. »

La Cape Rouge l’avait suivi. Elle fronça les sourcils. Sans disposer d’un contrôle total du réseau fédéral, c’était impossible de se transférer de manière si exacte à côté de quelqu’un dont on ignorait la destination. Elle n’eut pas le temps de s’attarder sur le sujet. L’inconnu posa sa main sur son épaule et l’emmena loin, très loin de chez elle.

Amalia bascula. Elle dégringola sur plusieurs mètres avant de trouver un appui pour arrêter sa chute. Elle s’étala de tout son long dans la neige, se redressa et s’assit. Son mince débardeur prenait l’eau au contact de son corps contre la glace. Elle amorça un mouvement pour se relever mais s’immobilisa, stoppée net dans son élan par le paysage stupéfiant offert à ses yeux.

Une chaîne de montagnes s’étendait à perte de vue, multitude de sommets enneigés, de crêtes et de piques malmenés par les vents. L’horizon de roches dominait le ciel, narguant le coton blanc des nuages.

Un froid indescriptible saisit la sorcière. Au port d’Aon, Amalia n’avait jamais eu à porter de lourds vêtements pour aller sur la mer gelée d’hiver. La magie qui lui évitait d’habitude ce genre de désagrément ne parvenait pas à compenser l’extrême rigueur du climat.

Ses mains bleuirent, elle commença à grelotter.

La Cape Rouge descendit sans hâte jusqu’à elle. Elle déposa un épais tissu sur les épaules de la jeune femme décontenancée et s’assit à côté d’elle.

Un silence serein tomba entre eux. Amalia se réchauffait, incapable de détacher ses yeux du théâtre naturel, glacial, que découvrait son regard. L’immensité vertigineuse lui nouait la gorge d’émotion.

« Ce ne devrait pas être ma première question, articula-t-elle enfin, mais où sommes-nous ?

— Au cœur de l’Himalaya. »

Impossible. Aucun réseau de transfert sorcier ne desservait cette zone. Amalia ne sentait pas le maillage de la Fédération frôler ses sens, réagir à sa magie. Cet individu venait de la déplacer sur des milliers de kilomètres. Sans l’aide de la Fédération. Sans puiser dans ses ressources à elle. Impossible.

« C’est ça, et moi je suis Merlin l’enchanteur. »

La Cape Rouge rabattit sa capuche sans se soucier de ses doutes. La jeune femme le détailla avec insistance et sans la moindre gêne. Elle n’avait jamais vu de traits si anguleux. Les quelques rides qui ornaient sa peau sombre donnaient du relief et un peu de souplesse à son visage. Ses cheveux bruns, crépus, se parraient d’éparses mèches argentées. Dans quelques années, il serait de ces hommes poivre et sel à qui profitait le charme de l’âge. La cinquantaine, estima Amalia, même si un humain lui en aurait donné dix de moins. Plus un sorcier était puissant, plus il vieillissait doucement, plus il vivait longtemps. La jeune femme jonglait sans arrêt entre les deux échelles de vies.

« Je suis Maître Kentigern, annonça-t-il sans la regarder.

— Maître ? Vous enseignez ?

— Cela m’arrive. »

Elle plissa les yeux. L’une de ses oreilles, vers elle, était percée et ornée d’un magnifique artefact. Un concentrateur, supposa-t-elle, incroyablement fin et travaillé. Il émettait de la magie d’une puissance et d’une densité qui incitait la jeune femme à se méfier. D’instinct, cet homme la mettait mal à l’aise. Elle trouva enfin la force et l’envie de se relever.

« Qu’est-ce que vous me voulez ?

— Cela fait six mois. C’est suffisant. Il est temps de vous sortir de là.

— Je vous demande pardon ? souffla-t-elle, estomaquée qu’il se mêle ainsi de ses affaires.

— Ce n’est pas négociable. Vous allez reprendre votre vie en main. »

Il agita quelque chose en l’air de sa main gauche. Aveuglée par la réverbération de la neige, Amalia plissa les yeux et sursauta. L’homme détenait ses fioles de Rakabat, ses seringues démontées, son shit et ses feuilles. Elle ne l’avait ni vu ni senti subtiliser le tout dans son sac-univers. Elle se jeta sur lui pour récupérer sa précieuse drogue.

Sur une pente aussi forte, l’idée s’avéra mauvaise. Elle les précipita dans le vide, mais sa chute s’interrompit lourdement, moins d’un mètre en contrebas. Elle grogna de surprise, sentant une surface sèche et solide sous ses paumes. Une congère lui avait dissimulé la présence de ce toit.

L’homme en rouge se réceptionna avec légèreté et attendit à côté d’elle. La jeune femme resserra son châle autour d’elle, le fixa d’un charme et reprit son attaque.

Après six mois d’errance, elle ne savait toujours pas se battre, mais elle avait appris des maléfices qu’il lui suffisait de lancer pour gagner son combat. En ce moment, elle avait un petit faible pour un sortilège temporel. Élégant, simple, difficile à déceler, passe-partout… Parfait pour filer en douce.

L’enchantement changeait la perception de l’écoulement du temps chez ses adversaires. Pendant une très longue seconde, il leur imposait la sensation de vivre sept jours. Sept jours immobiles. Sept jours sans dormir, sans manger. Sept jours inactif. À la fin de cette seconde dans le référentiel commun, les malheureux s’écroulaient. Un cerveau non entraîné se montrait incapable d’accepter un tel paradoxe.

Le dénommé Kentigern encaissa l’attaque sans même chercher à la contrer. Il ne s’écroula pas et alla jusqu’à sourire. Amalia marqua un temps d’arrêt. Ça ne sentait pas bon. Elle déballa toute la palette de sortilège qu’elle connaissait. L’adversaire dévia la plupart des assauts. Les rares maléfices à l’atteindre ne le touchaient que parce qu’il semblait les estimer trop négligeables pour valoir une esquive.

Le visage impassible, il attendait que la sorcière épuise son arsenal, ce qui ne tarda pas à arriver. À court d’idées, la rage au ventre, Amalia termina par un sortilège de rasage qui ne fit pas même frémir les beaux cheveux du cinquantenaire.

La jeune femme s’arrêta, essoufflée, et il fronça les sourcils :

« C’est vraiment tout ? »

Elle lui adressa un regard d’encre, une main sur le ventre. Un point de côté cassait sa respiration.

« C’est parce que je suis encore sous les effets de la drogue, justifia-t-elle avec une parfaite mauvaise foi.

— Je parlais du nombre de sortilèges différents. Tu pourrais faire beaucoup mieux.

— Vous êtes gentil, on n’a pas gardé les licornes ensemble. Ce sera vous et Madame Elfric. »

Il la fixa plusieurs secondes, puis, d’un geste, la dépouilla de la chaude couverture. Exposée à la morsure du froid, elle se remit à grelotter avec violence.

« Il y a de quoi vivre, là-dessous. Je reviendrai quand tu seras douchée, changée et sevrée. Dors. Tu en as besoin. Tu ne pourras pas partir d’ici sans moi.

— Non, mais vous vous écoutez par… hé ! »

Kentigern disparut avant qu’elle ne termine sa phrase.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
bertrand môgendre
Dans un exercice où qu'on veut améliorer son orthographe,
faisons ce qu'il faut, car le faire plaît.
6
3
1
1
lauratrice
Theldyn Mainight, descendant des plus grands guerriers du Royaume des Trois Vallées, a hérité des talents de soldats et de stratèges de ces ancêtres. Alors qu’il revient vainqueur du combat qui opposait les peuples de la Terre Ebène et l’armée royale, Marcus, le souverain du Royaume le fait demander dans ses appartements pour lui donner une nouvelle quête. Cette fois-ci, il ne s’agira pas d’une énième conquête de village, mais d’une mission périlleuse et secrète. Loin du château et de ses terres, de l’autre côté de la rivière divine, se trouve une étrange et immense dune, qui, selon la légende, serait habitée par un autre roi. Elle avait la particularité d’être éclairée par la douce lueur bleue de la lune quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Marcus avait toujours formellement interdit à son peuple d’essayer de s’y rendre, prétendant que l’accès y était trop dangereux, et que personne n’en revenait jamais. C’est donc là-bas qu’il voulait que Theldyn exécute sa mission. Le jeune soldat, qui était secrètement amoureux de la nièce du roi s’inquiétait de ne pas revenir de cette quête, mais il ne pouvait déshonorer ses ancêtres. Il accepte donc la demande de son souverain, et part en direction des Dunes de la Lune Bleue. Ce qui l’y attend va à l’encontre de tout ce que le guerrier connait, et il va y découvrir d’innombrables secrets enfouis depuis la nuit des temps…
0
0
0
20
-H.


Gens du voyage – Papa.
Note : N’ayant pas d’inspiration en ce moment, j’ai demandé à plusieurs personnes de mon entourage de me donner chacune une phrase, et un groupe nominal. A partir de ça, je vais écrire des histoires dont le titre sera le groupe nominal de chacun. A chaque écrit, je devrais placer la phrase donnée. Le groupe nominal et la phrase pouvant n’avoir aucun lien, l’histoire doit, elle, avoir un sens.
Je continu avec mon Papa.
Groupe nominal – Titre : Gens du voyage.
Phrase : Tu es belle.
Gens du voyage :
Je lis tranquillement un livre quand un poids viens s’affaler brutalement sur mes épaules.
« Eh les enfants, allez-y doucement. Je sais que je ne suis pas en sucre mais quand même ! 
- Papa ! Avec Mathis on se posait une question !
- Dites-moi, c’est quoi votre question ?
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Maman ? »
Aaaaah, c’est une très belle histoire ça ! Et si ça peut les tenir en place cinq minutes, je ne dis pas non.
« Vous voulez que je vous raconte ?
- Ouiiiiii !
- Très bien, asseyez-vous. »
Et je commence mon récit comme n’importe quel narrateur : Tout commence à l’époque où j’étais adolescent. Je devais avoir environ 16 ans, et maman en avait 15.
« Wah c’était il y a longtemps ! »
Allez hop, prend ça le vieux ! Non mais je vous prie, je ne suis pas si vieux que ça en plus. Je me contente de sourire à Maelle. Ce n’est pas méchant venant d’une enfant, c’est sincère. Je ne sais pas si c’est mieux d’ailleurs ahah. Enfin bon, passons. Je me promenais en ville avec des amis, et on est passés devant un grand terrain vague, où il y avait tous pleins de camping-car et de caravanes. Ce terrain vague se situait juste à côté d’une zone commerciale, donc je passais souvent là en voiture. Et que ce soit en voiture ou à pied avec des amis, je voyais très souvent une jeune fille dehors, en train de lire, de jouer avec d’autres ados, ou entrain de dormir sur un transat.
« C’est maman !
- Mais dis donc, tu veux spoiler mon histoire ou quoi ? »
On rigole et je continue : Je la trouvais très jolie, et elle portait beaucoup de robes, ça lui allait très bien. C’est vrai qu’elle me plaisait, mais moi j’étais timide, je n’osais pas aller la voir, alors j’ai attendu très longtemps avant de me lancer.
« Combien de temps ?
- Oh, je ne sais pas. Environs un ou deux mois.
- D’accord. »
C’est Papy qui m’a encouragé à y aller. Un jour j’étais à table et je pensais à elle. Papy a vu que j’étais pensif et il m’a demandé si je pensais à une fille. J’ai rougi en lui disant que oui, mais que je n’arrivais pas à lui parler car j’avais peur qu’elle ne m’aime pas. Alors il m’a dit que si je ne tentais pas, je ne saurais jamais si c’était réciproque.
« C’est quoi réciproque ?
- Hum, c’est quand toi tu éprouves quelque chose envers quelqu’un, et que l’autre éprouve la même chose envers toi.
- Et éprouver quelque chose c’est quand on ressent des trucs pour quelqu’un.
- Oui voilà c’est ça ! »
Alors le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sur ce terrain vague pour la voir. Les gens du terrain vague, ce sont des gens du voyage. Ils bougeaient beaucoup. Et moi je suis un sédentaire, c’est-à-dire que je ne voyage pas tout le temps, le long de l’année j’ai une maison fixe dans laquelle je reste. Et quand je suis allé la voir, les gens me regardaient bizarrement car ils n’ont pas l’habitude que des sédentaires viennent les voir. Je me suis approché de Maman, sous le regard de son père pas très rassuré.
« Et tu lui as dit quoi ?
- Je lui ai dit : Tu es belle.
- C’est tout ? Après vous êtes ensemble ?
- Noooon ! Ça ne se fait pas comme ça ahah. Mais ça lui a fait beaucoup plaisir, et on a discuté. Ensuite on s’est revus presque tous les jours, et elle est venue dans mon lycée. Puis un jour on s’est mis ensemble, et on a eu deux enfants, des petits monstres !
- Eh ! C’est même pas vrai on est pas des monstres !
- Ah bon ? Je croyais moi ! »
Mathis réplique en disant qu’ils sont très sages, ce que je ne peux pas contester, c’est vrai. Mais ils ont beaucoup d’énergie, infatigables ces gosses j’vous jure ! Alors, la morale de l’histoire ?
« C’est qu’il faut pas avoir peur d’aller dire à Maman qu’on l’aime !
- Ahah, oui voilà. »
Et ils sont partis en courant voir leur mère pour leur dire qu’ils l’aimaient.

Pour Papa.
0
0
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0