Si c’était à refaire

4 minutes de lecture

En six mois, Amalia n’avait jamais croisé personne de l’Ordre. À la voir habillée en humaine, avec son jean troué et sa gueule de droguée, le trio de Vestes Grises ne pouvait pas résister à la bousculer un peu. Ils se déployèrent dans la ruelle et se rapprochèrent d’elle.

« Perdue, perdue… Pour être en ville, c’est qu’elle l’a voulu, Jack, commenta l’une des deux sorcières.

— Vous êtes de l’Ordre ? »

Amalia s’adressait à celle qui venait de parler, une belle femme aux yeux bleus et à la superbe chevelure blonde. Elle semblait plus accessible que les autres.

« Oui, acquiesça Jack.

— Pourquoi ? » interrogea Amalia d’une voix glacée.

La force de sa question les déstabilisa. Ils voulaient… ils devaient lui répondre pour ne pas la contrarier. La deuxième sorcière résista à la tentation et se racla la gorge, dégoûtée :

« C’est une sorcière. »

Amalia, dans l’état dans lequel elle apparaissait, ne pouvait leur inspirer d’autre sentiment. Pour atteindre le point de dépendance qui se lisait sur son visage et ses bras, il fallait aller loin. Trop loin. Les alcooliques et drogués étaient très rares dans la Fédération. Ils étaient considérés comme des êtres lâches qui noirciraient l’image du mage pur.

La jeune femme percevait leur répulsion comme si elle avait tenu en main un papier rêche, sale, gras, poisseux. Sous leurs yeux et leurs impressions, elle se sentit rabaissée, plus basse encore qu’ils n’estimaient les humains.

« Pourquoi ? répéta-t-elle avec plus de force en s’immisçant, sans le savoir, dans leur esprit.

— Parce que Leuthar a raison. Les humains ont détruit ce monde », répondit Jack, sans parvenir à retenir ses mots.

Il jeta un regard inquiet à ses comparses. Amalia se rua sur lui. Elle attrapa son cou, d’une main, puis le plaqua contre un mur. Les deux autres reculèrent et s’enfuirent.

« Lâche-moi, articula Jack.

— Ils n’ont pas détruit ce monde ! C’est nous qui l’avons laissé dépérir en refusant de les aider ! s’exclama-t-elle, le visage tout proche du sien.

— Et puis quoi encore ? Est-ce que l’on arrête les incendies que les dragons créent ? »

Elle avait desserré sa main du cou du sorcier, mais le tenait toujours. Jack, piégé contre le mur, luttait contre son bras.

« On vaut mieux qu’eux, cracha-t-il. On leur est supérieur en tous points ! Notre race est l’évolution de la race humaine !

— Ferme-la ! » cria la jeune femme.

Leurs esprits, sauvagement intriqués, s’affrontèrent à coup de haine. Jack défendait ses idées. Il vivait pour ses idées. Il n’était pas un de ces gars qui suivaient Leuthar en y voyant un bon moyen de semer le trouble ou de s’en mettre plein les poches. Il croyait sincèrement en ce qu’il disait. Amalia le sentait. Elle ne comprenait pas. L’Ordre et ses idées l’énervaient. Cet homme l’énervait.

« Nous sommes tout aussi humains qu’eux !

— Il est temps que leur branche s’éteigne, de continuer l’évolution dans le bon sens ! »

Elle frappa. Son poing entraîna le visage du sorcier jusqu’à ce que sa joue rencontre le mur. Les os de sa mâchoire se fêlèrent, puis cédèrent dans une multitude de petits morceaux. Broyés. La chair se déchira, sa main glissa et percuta le béton à côté de la tête de Jack. La marque de ses doigts, resserrés en une arme mortelle, s’imprima dans le béton avec un bruit sourd. Une superbe sculpture en bas-relief…

L’homme n’avait rien vu venir. Son crâne avait heurté le mur, entre la tempe et l’arcade. La violence du coup s’était propagée sur le côté de son visage, jusqu’au milieu de son front, dans son cerveau. Il avait hurlé de douleur.

Amalia s’écarta et le corps glissa au sol, inconscient. Elle serra les poings, pas assez lucide pour comprendre comment elle avait pu, d’un seul coup, mettre K.O. un sorcier de l’Ordre en pleine possession de ses moyens. Elle fit apparaître son concentrateur et le pointa sur lui, la mâchoire aussi crispée que ses mains.

D’un très lent geste, elle lança un sortilège qu’elle connaissait depuis longtemps. Jamais elle n’aurait imaginé l’utiliser un jour. Le cœur de Jack cessa de battre.

La douleur se réveilla, doucement, tout au bout de son bras. Elle regarda son poing. Elle s’était blessée. Sa peau s’était déchirée contre le mur, mais les os n’avaient pas cédé. Pourquoi ?

Amalia repoussa la question. Elle chercha de quoi se soigner dans son sac-univers. Un sérum de guérison qu’elle avala en grimaçant. Elle jeta la fiole à côté de Jack sans adresser un regard au cadavre, puis porta son attention sur sa blessure. Ses chairs se recomposaient sous l’effet du charme.

La sorcière s’adossa au mur en face de Jack. Elle nettoya ses mains du sang qui les maculaient d’un sortilège et se roula un joint. Elle resta là, à fumer, sans savoir quoi en penser.

Elle avait tué un homme. Pas par accident. Le coup n’était pas contrôlé, mais elle avait choisi, froidement, de mettre fin à sa vie. Elle n’en ressentait aucune sensation forte. Pas de sentiment de puissance absolue, pas d’impression d’horreur. Elle croyait pourtant que tous ceux qui tuaient étaient soit des psychopathes en puissance amoureux du goût du sang, soit des êtres faibles incapables d’assumer leurs actes. Elle ne pensait pas entrer dans une de ces catégories.

Elle recracha une première volute de fumée dans un long soupir, les yeux fixés sur Jack.

Il ne portait pas de bague. Il ne devait pas être marié, mais Amalia n’était pas idiote. Elle savait pertinemment que quelqu’un, quelque part, serait peiné par sa mort. Aucun homme ne pouvait être haï de tous. Il avait eu une vie. Elle refusait de le nier, mais, malgré tout, elle ne regrettait pas son geste.

Si c’était à refaire, elle éviterait de salir ses mains. Après réflexion, elle aurait préféré le tuer en le regardant droit dans les yeux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Leah Nash


Alors que les dernières minutes de ma très longue vie s’écoulent, je repense à au jour où ma liberté me fut rendue. À celle qui s’est soulevée contre sa propre espèce pour me sauver.
Des centaines d’années auparavant, le monde dans lequel je vis était des plus cruel envers mon espèce. Il faut dire que les humains font tout pour contrôler ce qui leur fait peur, et nous leur faisions extrêmement peur. C'est à cause de cette peur et de cette cruauté que je vécu le début de ma vie en captivité, et la plus grande partie de celle-ci à me défendre dans leurs arènes. Comme les gladiateurs combattaient des lions il y a des siècles, les hommes combattaient des dragons. Nés en captivité ou capturés, nous étions forcés de nous battre pour le plaisir des humains, ou de périr sous leurs coups. Nous qui étions autrefois gigantesque et fort, étions devenu de la taille d’un cheval et beaucoup plus faible. J'étais l’un des plus fort (si on peut appeler cela de la force), ce qui fit de moi le dragon le plus prisé, et tous les gladiateurs voulaient être celui qui mettrait fin à ma misérable vie. Les ailes parfois brisées ou fendues, nos cornes lacérées, nos corps meurtris par les coups d’épées et de lances étaient les quelques preuves du traitement ignoble que nous accordaient les humains. Nous vivions sous l’arène, dans des pièces étroites et noires à en devenir fou. Certain sont mort de folie, au milieu des cris et coups en tapant dans les murs. Nous avions à peine de quoi manger : quelques morceaux de viande plus ou moins frais selon notre popularité parmi les spectateurs. Nos nuits étaient faites de cauchemars, de douleurs, de lamentations et d’odeur infecte de sang, signe que la mort approchait. Les journées, elles, étaient pires : l’attente du combat, se dire qu’il s’agissait peut-être du dernier. Mais rien de comparé aux cris de joie des spectateurs à chaque coup reçu, au peuple qui criait “MORT” au gladiateur au-dessus de sa victime à bout de force, attendant le choix de ses supporteurs. Voilà la vie que menait les créatures autrefois nobles, fières et fortes. En tout cas, jusqu'à ce que notre héroïne n’apparaisse.
Vibia était son nom. Elle était la fille d’un lanista. Elevée dans le monde des gladiateurs, elle ne s’était pourtant pas habituée à la violence et l'atrocité des combats. Elle était d’une nature gentille et juste, tout l’inverse de son père.
Un jour où je sentais que ma fin était proche, Vibia s’était introduite dans nos quartiers sous l’arène. Ce n’était pas la première fois qu’elle venait nous rendre visite. Elle nous regardait un par un avec un visage grave et triste. Mes pauvres petits, dit-elle.
Elle s’approcha de ma prison. Arkos. Tu es donc là. Je crois avoir entendu que c’est toi qui combats dans le dernier affrontement aujourd’hui...
Oui, c’était bien moi. J'étais étonné qu’elle sache mon nom, peut-être m'avait-elle reconnu ?
Sa visite était plus qu’agréable. Elle était bien la seule à ne pas crier, ou taper sur la porte pour nous stresser, ni à rentrer, arme au poing pour nous affaiblir d’autant plus avant d’aller mourir. Sa petit voix douce et chaude me procurait une sensation que je ne pouvais décrire, ne la connaissant pas jusque-là. Si seulement elle savait que sa présence même suffisait à me donner espoir de vivre encore une journée, de gagner. Elle était la seule humaine digne de son espèce. La seule éprouvant de la sympathie, la seule qui soit raisonnable et juste dans cette ville. La seule que je n’ai jamais respecté de ma vie.
Elle partit, et j’entrais dans l’arène. Le sang de mes congénères sur le sol, mêlé à des morceaux de leur peaux me mirent hors de moi. Je regardais autour : les spectateurs, toujours aussi nombreux me regardaient en criant le nom de mon adversaire “COSSIUS”. Le combat commença. Cossius était un redoutable adversaire. Armé d’un large bouclier et d’une masse, chacun des coups qu’il portait et m’atteignait me mettais à sang. Un coup sur la tête et je me trouvais au sol. Alors que tout semblait perdu, je fus rejoins par d’autres dragons. Jamais cela n’était arrivé, cela ne se pouvait ! Les spectateurs se mirent à crier et à partir en courant. Le filet au-dessus de l’arène qui nous empêchait de voler à l’extérieur tombât sur nos têtes. Les cordes qui le tenant avaient été coupées. Vibia arriva et nous délivra. C’était elle qui avait ouvert toutes les portes aux autres dragons, et elle nous délivrait, épée à la main, vêtu d’une légère armure de cuir marron. Je me souviendrai toute ma vie de ce moment. Le moment où, avec elle sur le dos je m’envolais enfin pour la première fois vers la liberté, entouré de ceux qui avaient souffert les pires atrocités en même temps que moi.
2
2
4
3
Défi
Anneh Cerola

Tirant à vue
En intervalles réguliers
Petites touches saccadées
Tu vrilles mes pensées
D'ondes sonores
Qui s'immiscent
Incolores

Voilà que l'éclair survient
Se rapproche de moi
Plus proche encore
Illusion ou réalité ?
Ma peau se hérisse
D'anxiété

Pause bienvenue
L'impression que tu t'en vas
Mais le leurre est rusé
À nouveau tu reviens
Faire battre mon coeur
Au rythme de ta chaleur

Faces encapuchonnées
Sourires rapaces
Ta veste de cuir figée
Souligne ton regard vermeil
Enfonce un pieu
Dans mon âme en sommeil

Martèle
Martèle
Martèle
Puis la fin
5
8
0
0
Charlie Jdan
Dans la rue, on croise des gens,
Leur vie, leurs pensées, on passe à côté,
Sans s'en soucier.
5
5
0
2

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0