Sur la route d’Aon

4 minutes de lecture

Amalia apparut en rase campagne. Elle s’assit sur un muret à demi effondré et recouvert de mousse, comme il y en avait des dizaines éparpillés dans ces marécages. La région n’avait jamais été très peuplée, mais la montée des eaux avait fait fuir tous les habitants.

La sorcière poussa un soupir en regardant le sol marécageux. Elle n’aimait pas marcher là. À chaque fois qu’elle parcourait le chemin du point de transfert vers le port d’Aon, elle pensait aux anciennes cités. Ici, comme ailleurs, les Cataclysmes avaient causé de nombreux morts. Les Bretons avaient investi beaucoup de moyens dans la sauvegarde de leurs terres. À une époque, les habitants, humains et sorciers, s’étaient serré les coudes pour chasser l’eau des territoires celtes. Amalia n’avait jamais compris pourquoi.

Elle attendit plusieurs minutes, perdue dans ses pensées, avant de se relever. Hors de question de traîner les pieds dans la boue. Elle activa son concentrateur et fit apparaître ses mécas-ailes. Amalia passa ses bras dans les lanières du harnais, attacha l’ensemble en serrant les deux sangles sous ses seins et sur ses hanches, vérifia la solidité de son matériel, puis donna une impulsion et s’envola.

Pas besoin d’aller très haut pour avancer vite. La sorcière filait à un peu plus d’un mètre du sol lorsqu’elle activa le pilotage automatique. Tout droit. Elle se poserait en atteignant la route, plus loin.

Utiliser les mécas-ailes malgré sa fatigue était une mauvaise idée. Elle fournissait un flux constant de magie à la machine volante et risquait la chute à la moindre variation… et variations il risquait d’y avoir, vu son état d’épuisement. Peu lui importait, elle aimait vivre dangereusement.

Elle jeta un sortilège pour éclairer son chemin. Les plantes scintillèrent à la lumière de sa magie. Plusieurs créatures, sans doute des espèces parentes des lièvres, bondirent pour rejoindre leurs terriers.

Vert, marron et gris défilèrent sous ses yeux sans qu’elle y prête attention. Elle repensait au jeune Loïc. Rencontrer son frère pourrait s’avérer intéressant. Elle n’avait jamais eu l’occasion de discuter avec des mercenaires avant qu’ils ne s’augmentent. Des mécamages, en revanche, elle en avait déjà côtoyé plusieurs dans les mauvais quartiers de Stuttgart où elle achetait du tabac et du chanvre de contrebande.

Elle repensa à un mécamage en particulier. Elle l’avait rencontré vers ses 17 ans ; un amant très doué qu’elle avait amené à la table de ses parents. Roald, un grand noir aux yeux verts et à la langue aussi habile sur son corps qu’en longue discussion sur l’économie du pays.

La conversation s’était avérée très intéressante, du moins jusqu’au moment où Roald, indisposé par la chaleur de la demeure familiale, avait ôté son gilet. Ses mécartifices avaient fait une fort mauvaise impression. La mère d’Amalia, dégoûtée à la vue des épaules mécaniques et du long nerf d’acier descendant sous le poignet droit de ce potentiel gendre, avait manqué de tourner de l’œil. Le père de la jeune fille s’était levé, vivement, rouge de colère, et avait foutu le couple dehors, sans ménagement. Souvenir jubilatoire.

Roald et Amalia n’avaient jamais envisagé leur relation comme sérieuse. Elle faisait cela pour emmerder ses vieux, lui pour se la péter auprès de ses collègues. Qu’ils s’entendent bien au pieu s’était trouvé être un très agréable bonus. En sortant avec Cédric, quelques semaines plus tard, la jeune femme avait pris ses distances avec le méca.

Amalia sourit en se souvenant du premier baiser avec son mari. Wilma, Cédric et elle avaient passé la soirée sur la plage à boire des bières jusqu’à ce que le soleil se noie dans l’océan. Au moment de rentrer, la sorcière avait tenu à raccompagner le jeune homme chez lui, à l’épicerie. Il n’avait pas eu besoin de lui dire qu’il voulait l’embrasser, elle l’avait senti, elle lui avait attrapé la main pour l’arrêter au milieu de la petite route. Il l’avait regardé, étonné, puis avait souri. Il savait qu’elle savait. Elle l’avait enlacé avant de baiser ses lèvres. Il embaumait la cigarette et avait un goût de tabac.

Toute à son souvenir, elle n’était plus concentrée sur son vol. Le flux qu’elle fournissait à son artefact varia. L’aile droite s’arrêta net.

La sorcière vrilla et s’écrasa lamentablement contre le sol. Elle s’étala dans la boue des marécages et fit deux roulades avant que son visage ne s’emplâtre dans une flaque particulièrement puante.

Amalia se redressa d’un bond et cracha ce qu’elle avait en bouche en jurant comme un dragonnier. C’était de la faute de tout ce qu’il y avait autour d’elle et de tous ceux qui n’étaient pas présents, mais surtout pas de la sienne. Qu’est-ce qu’ils la faisaient chier à la forcer à partir ainsi ? Elle aurait pu dormir sur place avec Wilma le soir et elles seraient rentrées au petit matin. Oui, dans le dortoir ! Oui, avec beaucoup d’humains dans la même salle ! Oui, elle en était capable ! Ils étaient cons de ne pas lui faire confiance !

Elle passa plusieurs minutes à s’énerver dans la campagne bretonne, mais, sans personne sur qui exprimer sa frustration, elle se calma et poussa un soupir. La jeune femme ôta ses méca-ailes et grogna. Elles étaient cassées. Quelle saloperie, cela ne résistait vraiment à rien… Sa mauvaise foi n’avait aucune limite.

Amalia lança un sortilège de nettoyage sur ses habits et sa figure. Le goût de la vase refusait de partir alors elle sortit du tabac et roula une clope. Elle l’alluma avant de reprendre sa route, à pied, dans la boue. Ses mécas-ailes s’étaient d’elles-mêmes rangées dans son sac-univers.

La sorcière jeta un coup d’œil au ciel puis lança un charme pour se repérer. Elle avait tout de même bien avancé et ne se trouvait plus qu’à quelques mètres de l’ancienne départementale. Une route précataclysmique de pavés et de reste de macadam. Elle y marcherait au sec. Son sortilège lumineux l’attendait sagement. Quelques secondes de concentration de plus lui auraient évité cette chute dont personne ne saurait jamais rien.

Elle grogna en s’époussetant du plat de la main, puis poussa un long soupir. Plus qu’une quinzaine de minutes et elle arriverait chez elle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
corinne fagot

À mon ami Philippe

Si seulement ! Oui si seulement tu était toujours là
J’entendrais encore ta voix.
Au téléphone, tu te faisais passer pour les impôts.
Chaque fois, je tombais dans le panneau
Une fois fini ta bêtise, tu éclatais de rire
Je me souviens, comme si c’était hier.
Notre première rencontre sur Internet
Toi et ta copine, tous les trois ont s'est liés d’amitié
Pendant des années, on s’est côtoyé.
Combien de fois, on s’est invité, ou l’on n’a bien rigolé
Pourquoi ce jour-là ! Étais le tiens
Toi mon pote ! Tu t’es étouffé.
Ta compagne a tout fait pour te réanimer
Dans la panique, elle a même appelé les pompiers.
Ton cerveau a manqué d'oxygéne
Tu n’étais plus là pendant quelques minutes.
Ils ont fini par te ramener à la vie.
Mais ton état de santé, s'était aggravé
Sur ton lit d’hôpital, tu étais triste.
Ton corps était déjà froid, sans vitalité.
Tu nous as quittés quelques jours plus tard.
Nous avons tous pleuré ton départ.
Tes cendres, son dans une urne
Enfouie au fond de moi ! Je garde nos souvenirs.
Dis ! Quand reviendras-tu sonner à ma porte.
3
1
19
1
Lolie Toons
- Je te mets au défi. Je vais t'apprendre. Absolument tout. Prends-le comme des cours particuliers. Tu passeras tes nuits avec moi, je ferai ce que je veux de ton corps. Je vais te prendre. Dans tous les sens du terme. Tu vas jouir comme jamais. Ne t'attends pas à ce que je te couvre de cadeaux. Je ne suis pas un putain de prince charmant. Je serai juste un pote avec qui tu prends ton pied. Je serai le seul à en profiter, t'iras voir personne d'autre. Je vais t'apprendre toutes les subtilités du sexe. Tu vas adorer ça et tu en réclameras d'avantage. Tu ne diras rien à personne de ce qui se passe quand on est ensemble. Tu veux, relever ce défi ? Est ce que t'es prête pour ça ?



- Je crois que oui. Répondis-je.



- Oh, dernière chose. Ne tombes pas amoureuse.
3
2
20
3
Défi
Benbec

(Je ne suis pas habitué à écrire des textes de ce genre, donc ce fut un bon exercice!)


Avant de tomber sur le croque-pages, je vouais une haine assidue aux cafés littéraires. Ceux là regroupaient une faune des plus redoutables : des hordes de scélérats éparpillait ça et là, poussant d’immondes sonorités qui parfois formaient des phrases. Ils épiaient tout ce qui les entourait, me laissant ainsi un confort assez restreint. Mais le hasard fit que j’entrai une maisonnette aux murs blancs penchant vers le rose. A première vu, l’endroit était assez agréable, à l’entrée une grande pancarte affichant « Happy Hour » faisait le bonheur des plus radins. A l’intérieur étaient assis des gens à l’air tout à fait respectable : Un homme d’une vingtaine d’années faisait le coin de la pièce. Il s’évertuait à produire une multiplicité de ronds de fumées tout en se balançant légèrement sur sa chaise. Au comptoir étaient accoudés deux hommes, leurs costumes firent revivre en moi la folie des années 1910, pipe à la bouche, moustache taillée en crayon, j’étais propulsé à la belle époque, en un coup d’œil. Mais le personnage le plus excentrique, n’était pas le plus exposé. Quand je le vis pour la première fois, je sentis un frisson qui se baladait sur mon dos, striant ainsi mon corps en plusieurs morceaux. « Mon dieu, me dis-je cet homme mange du papier, et il à l’air d’apprécier », à ce moment précis, je pensais encore être tombé sur un café abritant des dégénérés. Je restais fixé sur ma chaise, les yeux rivés sur celui qui prenait un plaisir fou à déguster des pages. J’étais prit entre un fou rire enfantin et une gêne indomptable. A première vue je pensais que c’était une nouvelle mode littéraire. Après tant d’années passés à fréquenter les sous êtres de la sphère artistique, je conclus que le vise du paraitre avait dévoré leurs personnalités, les laissant ainsi  pliés au gré de tendances ahurissantes. Peut être que cet homme au teint blafard assis devant moi, voulait devenir avant-gardiste  dans ce vil domaine, peut être qu’il se réunissait chaque lundi avec ses vils compagnons pour manger des feuilles et converser de leurs nouvelles bouffonneries.
« Vous ne préfériez pas une part de gâteau ? » J’arborais un léger sourire en prononçant ces mots, j’étais vraiment fier de ma blague.
Le croqueur de pages resta silencieux pendant un moment puis me fit signe de la tête pour décliner ma proposition. J’étais légèrement vexé, et pleinement hilare à la vue de sa physionomie austère et concentrée.
 « Mais, je repris, c’est pourtant plus facile à digérer que ce que vous mangez !
-Peut être, mais je ne mange pas s’il n’y a pas d’émotions.
-Et s’il y a du chocolat ?
-Non merci, me dit-il, sans façon. »
J’étais assis devant un drôle de personnage, qui ne voulait en aucun cas abandonner sa dimension grotesque. Après un petit silence, je relançai la conversation.
« Mais pourquoi mangez vous votre roman ?
-Parce que, contrairement à votre gâteau, ce roman contient de la passion.
-Je sais, je l’ai lu. »
Il poussa un soupir à peine audible, qui se fit succédé par un rire narquois.
« Mais vous n’avez fait que lire, me répondit-il.
-Ca vous paraitra peut être risible, mais je fais partie de ces Hommes qui préfère la lecture à la dégustation quand il s’agit de livres.
- La lecture, me dit-il, peut être une distraction plaisante pour l’esprit. Mais la vibration du corps, l’irisement des poils ou les papillons dans le ventre sont des choses que ne peuvent possédés que les mangeurs de livres.
-Vous me présentez là, tous les symptômes d’une gastro. »
Encore une bonne blague de ma part. Encore un instant de silence.
« -Tenez, faites l’expérience par vous-même. »

Il me tendit un bout de page déchiré et plié en deux. J’hésitai pendant quelques instants, puis je le pris. Après l’avoir avalé, je me sentis vraiment bête. J’étais dans un petit café, entrain de manger la partie supérieur de la page 101 de Mon chien Stupide. Puis tout à coup, mon ventre se mit à se tordre, dans tous les sens, je sentais que mes intestins étaient en vrac et que mes abdominaux étaient fortement contractés. Je nous pouvais plus m’arrêter de rire, j’étais submergé par quelque chose d’inexplicables, quelque chose qui me suspendait les lèvres, et qui me pliait en deux… Depuis ce jour, je ne lis plus, je mange.          
4
4
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0