Hostilités

7 minutes de lecture

Des murmures outrés s’élevèrent dans la salle. Dalia détourna le regard avec dégoût.

Amalia sentit combien ils la trouvaient déplacée. Ils étaient profondément choqués qu’une sorcière ose participer à leurs réunions. Leurs rythmes cardiaques s’étaient accélérés, plusieurs personnes s’étaient déjà redressées sur leurs chaises. Ils allaient lui sauter dessus.

Chacune de leurs émotions provoquait une douche glacée chez la jeune femme, une décharge électrique, une sueur froide, une bouffée de chaleur. Ils étaient nombreux et elle pâlit franchement. Wilma fronça les sourcils, puis se leva à son tour, mais son amie ne lui laissa pas le temps d’intervenir.

« Je vis à Aon, avec mon mari, Cédric, commença la sorcière. Cédric tient la boutique des communs. Il n’a pas de pouvoir magique, comme vous. Et nous avons… »

Amalia se tut. Quelqu’un s’apprêtait à l’interrompre. Une femme, installée un peu plus loin sur sa gauche, manifestait à son encontre une haine chargée de chagrin.

« Tu t’es trouvé un petit animal domestique ? »

La sorcière tourna la tête et l’observa. Sa peine s’imposait à Amalia comme une chape de métal glacée coulée sur ses épaules. Nul besoin de posséder ses dons pour sentir sa détresse. L’humaine avait perdu quelqu’un. Amaigrie par le deuil, elle affichait de grands cernes bleus. Ses mains, propres et intactes, arboraient des plaies cicatrisées aux pouces. Ceux qui travaillaient dans les ports s’entamaient souvent les doigts. Elle ne travaillait plus depuis plusieurs jours. On l’en avait dispensée. Sans doute connaissait-elle l’un des marins condamnés par Leuthar… Elle n’était pas venue seule, mais ses amis étaient en couple. Elle, elle n’avait personne. Pas même un gamin.

« Nous avons une fille, Abby, poursuivit Amalia en cherchant son regard. Elle a neuf mois, c’est une petite sorcière. »

Les murmures reprirent. Une légende urbaine, coriace, voulait que les enfants d’union mixtes ne soient pas viables. Pour eux, l’enchanteuse mentait.

« Elle a mes cheveux et mon mauvais caractère. La ténacité de son père. J’ai choisi de vivre avec vous le jour où, à 19 ans, j’ai décidé d’avoir un enfant avec l’homme que j’aime et que j’ai épousé. J’ai 21 ans. Chez vous, cela fait 6 ans que je peux participer à la vie politique. Je suis mère, épouse et sorcière. Permettez-moi de vous apporter ce que je peux. S’il vous plaît. »

Sans laisser quelqu’un répondre à son amie, Johan prit la parole, sur l’estrade.

« J’ai demandé à Amalia de venir ce soir, avec Wilma, parce qu’elles sont toutes les deux originaires de Stuttgart. Nous devons prendre une décision importante, autant avoir toutes les clés en main. Maintenant, si vous voulez bien vous calmer, nous pouvons poursuivre et laisser une citoyenne d’Aon exercer son devoir de civisme. »

La Congrégation de l’Atlantique partait de la Bretagne et descendait jusqu’à la pointe du Portugal. Elle courait ensuite sur cent cinquante kilomètres à l’intérieur des terres. Les humains n’allaient que rarement au-delà de ces frontières.

L’ancienne grande ville Allemande leur paraissait plus loin que les Amériques, avec qui ils commerçaient quelques fois dans l’année. Ce simple argument, très pragmatique, s’avéra suffisant pour qu’on écoute au moins Wilma, même si elle était venue avec une sorcière.

« Merci, Johan. », souffla Amalia, très bas.

Le Yasard lui adressa un signe de tête pour signifier qu’il n’y avait vraiment pas de quoi le remercier. Wilma saisit le micro et lui intima de s’asseoir. La jeune femme, livide, obtempéra sans résister.

« Je suis Wilma. Vous connaissez tous mon père, William Kay. Nous avons habité à la Capitale fédérale jusqu’à mes 15 ans. Il travaillait pour leur gouvernement. Mais il a été viré et nous avons été relogés ici. Ça tombe bien, j’aime bien la mer. »

Quelques personnes sourirent, l’assemblée se détendit. Wilma dégageait quelque chose quand elle parlait et, avec son calme et son mètre cinquante, elle en imposait. Amalia admirait sa prestance, bien qu’elle-même n’en manquât pas.

« J’ai donc vécu en milieu sorcier pendant 15 ans. Je voulais vous expliquer, avec nos mots, ce qu’est le transfert. On ne va pas tourner autour du pot. C’est de la téléportation. »

Amalia leva les yeux au ciel et secoua la tête de droite à gauche. La jeune femme lui adressa un large sourire.

« Oui, désolée Amy, mais c’est de la téléportation. »

Elles avaient déjà eu cette discussion à de nombreuses reprises. Elle était certaine que Wilma utiliserait ce mot ce soir.

La téléportation… Un terme fourre-tout dont les humains se servaient pour décrire quelque chose qu’ils ne pouvaient qu’imaginer. La dernière fois qu’elle avait lu des travaux précataclysmiques sur le sujet, ils parlaient de détruire les atomes qui constituent le corps pour les réassembler à destination. Cela lui faisait froid dans le dos… Elle laissa cependant son amie poursuivre sans chercher à la corriger.

« C’est un sortilège qui leur coûte beaucoup de magie s’ils le réalisent seuls. La quantité de magie qu’ils doivent fournir dépend de plusieurs choses. Du temps, de la distance, de leur dextérité… entre autres. Et il faut aussi qu’ils aient déjà été à l’endroit où ils souhaitent se rendre. Ce qui n’est pas vraiment pratique, il faut avouer. »

Quelques sourires saluèrent cette nouvelle tentative pour détendre l’atmosphère.

« Pour pallier à ça, la Fédé a créé un maillage qui peut compter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de points au kilomètre carré, comme à Stuttgart, par exemple. Ils disent qu’ils “demandent” un transfert. Un gigantesque sortilège s’occupe alors de les faire se téléporter à l’endroit souhaité. Ils peuvent se déplacer partout où la Fédération a déjà établi son réseau, sans dépenser de magie, ou presque. Dans le coin, autant dire qu’on n’est pas franchement bien desservi. Y’a un point de transfert au bout de la digue, ici, un autre à une heure au sud d’Aon, et quelques-uns aux alentours de la zone morte de L’Ellez. C’est très peu, ce qui oblige les sorciers à se déplacer sur leurs ressources propres. C’est un important frein au commerce, mais…

— Et je suppose que c’est pour ça que la sorcière veut qu’il y en ait plus, hein ? coupa un adolescent.

— Non, justement. Mais Amalia va vous expliquer tout ça. Je veux simplement terminer avant de lui laisser la parole. Je peux ? demanda-t-elle poliment au garçon.

— Heu, oui, bien sûr… répondit le jeune, déstabilisé.

— Merci. J’utilise le réseau de transfert, parfois, avec Amalia. Elle m’emmène avec elle. Elle fournit la magie dont j’ai besoin pour voyager. Si cela vous arrive un jour, d’être téléporté par un sorcier, sachez que pour que cela soit confortable pour vous, il faut qu’il ait conscience qu’il doit payer, en quelque sorte, pour vous. Dans le cas contraire, vous aurez l’impression que vos tripes veulent remonter dans votre corps pour faire un câlin à vos amygdales. Une mauvaise expérience. À ne pas essayer.

— J’avais 12 ans… grogna Amalia

— Et je m’en souviens encore. »

Quelques rires récompensèrent l’échange. L’assemblée, doucement, passait au-dessus de ses préjugés.

« Je connais Amalia, Amy, depuis que je suis toute gamine. Elle s’est toujours battue pour que l’on puisse se voir. Contre ses parents. Contre son école…. Je ne peux que vous conseiller d’écouter ce qu’elle a à dire et de prendre en compte son avis. »

Il y eut quelques applaudissements et elle se rassit. Amalia n’avait pas la moindre envie de se relever. Elle n’avait pas encore digéré la vague d’hostilité à son égard. Elle se força. La sorcière resta quelques instants, debout derrière sa petite table ronde, à observer ceux qui attendaient maintenant qu’elle parle.

« Je pense qu’il faut refuser d’installer de nouveaux points de transfert sur les côtes Bretonnes. »

Sans surprise, Dalia se braqua. La Yasarde, très opposée à toute interaction avec la magie, n’entendait pas la laisser parler. Pour elle, la sorcière ne pouvait abonder en son sens. Elle se montrait incapable d’imaginer autre chose qu’un stratagème, incapable de lui faire confiance, incapable d’écouter. Elle s’empara du micro pour récupérer la parole. Sa colère engloutit Amalia et lui tira une sueur froide.

« C’est une blague ? clama la Yasard. À qui voulez-vous faire croire cela ? Vous pensez vraiment que nous allons tomber dans le piège et faire l’inverse de ce que vous dîtes ?

— Est-ce que vous allez me laisser parler, bordel ! s’exclama alors la sorcière d’une voix puissante. Merde ! Je vis parmi vous ! Si je vous prenais pour des demeurés, vous pensez vraiment que je serai ici, dans un bar, paumée au bout de l’Europe de l’Ouest ? »

Amalia serrait les poings et tremblait légèrement. S’ils n’étaient pas foutus de ressentir leurs émotions moins fort, alors elle allait vivre les siennes plus intensément.

« Et à Stuttgart, pourquoi croyez-vous que je me bats ? Ma propre fille est l’enfant d’un homme qui ne possède pas de pouvoirs magiques ! Quel intérêt aurais-je à vous nuire ? À vous piéger ? Vous reprochez aux sorciers de vous repousser, de vous traiter comme des moins que rien, mais regardez-vous trente secondes ! Est-ce que vous faites vraiment mieux que l’Ordre en me jugeant au premier regard ? Cela fait six ans que je fais des allers-retours réguliers dans la région ! Trois ans que je me suis établie ici ! Quand est-ce que vous allez ôter vos putains d’œillères et cesser de me considérer comme un danger ? »

Elle s’arrêta brutalement. Wilma la regardait, inquiète. Personne ne bougeait dans la pièce. Ils étaient indécis. Hésitants. Certains ne cherchaient que cette occasion pour la mettre dehors. Dalia esquissa un petit sourire victorieux mais de courte durée. Quelques timides applaudissements retentirent dans la salle. D’autres suivirent, ni une foule en délire, ni même vraiment enthousiaste, l’assemblée manifestait son accord. Une façon élégante et polie de faire savoir à la jeune femme qu’elle avait agi comme il fallait. Elles les avaient posées sur la table, au bon moment.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
bertrand môgendre
Dans un exercice où qu'on veut améliorer son orthographe,
faisons ce qu'il faut, car le faire plaît.
6
3
1
1
lauratrice
Theldyn Mainight, descendant des plus grands guerriers du Royaume des Trois Vallées, a hérité des talents de soldats et de stratèges de ces ancêtres. Alors qu’il revient vainqueur du combat qui opposait les peuples de la Terre Ebène et l’armée royale, Marcus, le souverain du Royaume le fait demander dans ses appartements pour lui donner une nouvelle quête. Cette fois-ci, il ne s’agira pas d’une énième conquête de village, mais d’une mission périlleuse et secrète. Loin du château et de ses terres, de l’autre côté de la rivière divine, se trouve une étrange et immense dune, qui, selon la légende, serait habitée par un autre roi. Elle avait la particularité d’être éclairée par la douce lueur bleue de la lune quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Marcus avait toujours formellement interdit à son peuple d’essayer de s’y rendre, prétendant que l’accès y était trop dangereux, et que personne n’en revenait jamais. C’est donc là-bas qu’il voulait que Theldyn exécute sa mission. Le jeune soldat, qui était secrètement amoureux de la nièce du roi s’inquiétait de ne pas revenir de cette quête, mais il ne pouvait déshonorer ses ancêtres. Il accepte donc la demande de son souverain, et part en direction des Dunes de la Lune Bleue. Ce qui l’y attend va à l’encontre de tout ce que le guerrier connait, et il va y découvrir d’innombrables secrets enfouis depuis la nuit des temps…
0
0
0
20
-H.


Gens du voyage – Papa.
Note : N’ayant pas d’inspiration en ce moment, j’ai demandé à plusieurs personnes de mon entourage de me donner chacune une phrase, et un groupe nominal. A partir de ça, je vais écrire des histoires dont le titre sera le groupe nominal de chacun. A chaque écrit, je devrais placer la phrase donnée. Le groupe nominal et la phrase pouvant n’avoir aucun lien, l’histoire doit, elle, avoir un sens.
Je continu avec mon Papa.
Groupe nominal – Titre : Gens du voyage.
Phrase : Tu es belle.
Gens du voyage :
Je lis tranquillement un livre quand un poids viens s’affaler brutalement sur mes épaules.
« Eh les enfants, allez-y doucement. Je sais que je ne suis pas en sucre mais quand même ! 
- Papa ! Avec Mathis on se posait une question !
- Dites-moi, c’est quoi votre question ?
- Comment vous vous êtes rencontrés avec Maman ? »
Aaaaah, c’est une très belle histoire ça ! Et si ça peut les tenir en place cinq minutes, je ne dis pas non.
« Vous voulez que je vous raconte ?
- Ouiiiiii !
- Très bien, asseyez-vous. »
Et je commence mon récit comme n’importe quel narrateur : Tout commence à l’époque où j’étais adolescent. Je devais avoir environ 16 ans, et maman en avait 15.
« Wah c’était il y a longtemps ! »
Allez hop, prend ça le vieux ! Non mais je vous prie, je ne suis pas si vieux que ça en plus. Je me contente de sourire à Maelle. Ce n’est pas méchant venant d’une enfant, c’est sincère. Je ne sais pas si c’est mieux d’ailleurs ahah. Enfin bon, passons. Je me promenais en ville avec des amis, et on est passés devant un grand terrain vague, où il y avait tous pleins de camping-car et de caravanes. Ce terrain vague se situait juste à côté d’une zone commerciale, donc je passais souvent là en voiture. Et que ce soit en voiture ou à pied avec des amis, je voyais très souvent une jeune fille dehors, en train de lire, de jouer avec d’autres ados, ou entrain de dormir sur un transat.
« C’est maman !
- Mais dis donc, tu veux spoiler mon histoire ou quoi ? »
On rigole et je continue : Je la trouvais très jolie, et elle portait beaucoup de robes, ça lui allait très bien. C’est vrai qu’elle me plaisait, mais moi j’étais timide, je n’osais pas aller la voir, alors j’ai attendu très longtemps avant de me lancer.
« Combien de temps ?
- Oh, je ne sais pas. Environs un ou deux mois.
- D’accord. »
C’est Papy qui m’a encouragé à y aller. Un jour j’étais à table et je pensais à elle. Papy a vu que j’étais pensif et il m’a demandé si je pensais à une fille. J’ai rougi en lui disant que oui, mais que je n’arrivais pas à lui parler car j’avais peur qu’elle ne m’aime pas. Alors il m’a dit que si je ne tentais pas, je ne saurais jamais si c’était réciproque.
« C’est quoi réciproque ?
- Hum, c’est quand toi tu éprouves quelque chose envers quelqu’un, et que l’autre éprouve la même chose envers toi.
- Et éprouver quelque chose c’est quand on ressent des trucs pour quelqu’un.
- Oui voilà c’est ça ! »
Alors le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sur ce terrain vague pour la voir. Les gens du terrain vague, ce sont des gens du voyage. Ils bougeaient beaucoup. Et moi je suis un sédentaire, c’est-à-dire que je ne voyage pas tout le temps, le long de l’année j’ai une maison fixe dans laquelle je reste. Et quand je suis allé la voir, les gens me regardaient bizarrement car ils n’ont pas l’habitude que des sédentaires viennent les voir. Je me suis approché de Maman, sous le regard de son père pas très rassuré.
« Et tu lui as dit quoi ?
- Je lui ai dit : Tu es belle.
- C’est tout ? Après vous êtes ensemble ?
- Noooon ! Ça ne se fait pas comme ça ahah. Mais ça lui a fait beaucoup plaisir, et on a discuté. Ensuite on s’est revus presque tous les jours, et elle est venue dans mon lycée. Puis un jour on s’est mis ensemble, et on a eu deux enfants, des petits monstres !
- Eh ! C’est même pas vrai on est pas des monstres !
- Ah bon ? Je croyais moi ! »
Mathis réplique en disant qu’ils sont très sages, ce que je ne peux pas contester, c’est vrai. Mais ils ont beaucoup d’énergie, infatigables ces gosses j’vous jure ! Alors, la morale de l’histoire ?
« C’est qu’il faut pas avoir peur d’aller dire à Maman qu’on l’aime !
- Ahah, oui voilà. »
Et ils sont partis en courant voir leur mère pour leur dire qu’ils l’aimaient.

Pour Papa.
0
0
0
3

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0